Plus de cent médecins s’élèvent contre le confinement et la fermeture des écoles
Rechercher

Plus de cent médecins s’élèvent contre le confinement et la fermeture des écoles

Dans une lettre, les professionnels déplorent "la perte des valeurs" de la part du gouvernement, ajoutant que la coercition détruit les libertés civiles

Une unité de traitement du coronavirus à l'hôpital Ziv, dans la ville de Safed, au nord du pays, le 7 octobre 2020. (David Cohen/Flash90)
Une unité de traitement du coronavirus à l'hôpital Ziv, dans la ville de Safed, au nord du pays, le 7 octobre 2020. (David Cohen/Flash90)

Plus de cent docteurs ont signé une lettre protestant contre les confinements et les autres restrictions visant à réduire la propagation du coronavirus.

Ce courrier survient alors qu’Israël semble se préparer à imposer de nouvelles restrictions. Le nombre de nouveaux cas quotidiens, au sein de l’Etat juif, frôle actuellement les 3 000.

« Nous, médecins en Israël, dénonçons avec force les mesures coercitives visant à prévenir la circulation du coronavirus, et notamment les confinements, les couvre-feux, la fermeture du système scolaire, les surveillances et les restrictions imposées aux déplacements », a noté la lettre, selon un reportage diffusé samedi par la Douzième chaîne.

Deux confinements nationaux ont été mis en vigueur au sein de l’Etat juif depuis le début de la pandémie – le deuxième avait débuté à la mi-septembre. De nombreuses limitations imposées dans le cadre de ce second confinement n’ont pas encore été levées.

Ces professionnels de la médecine ont condamné les nuisances essuyées par les libertés civiles, affirmant que le système de la santé ne s’effondrerait pas sous le poids de la pandémie, comme le disent les responsables gouvernementaux.

Des membres de l’équipe hospitalière transfèrent des patients dans le nouveau service coronavirus de l’hôpital Shaare Zedek à Jérusalem, le 16 novembre 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

« En nous préparant correctement, le coronavirus ne pourra pas faire chuter le système de santé en Israël », ont-ils écrit, rejetant l’argument souvent avancé que les confinements visaient à conserver à flot les hôpitaux.

« Les mesures coercitives adoptées au cours des neuf derniers mois, dans le pays, expriment une perte des valeurs et elles sont contraires aux fondements éthiques de la médecine », ajoute la missive qui déclare que les restrictions « sont destructrices pour les droits civils » et « dénuées de toute justification médicale ».

« Nous maintenons que nous pourrons prendre en charge le coronavirus en prenant des mesures consensuelles par le biais de la sensibilisation et de la coopération civile », continuent les médecins dans le courrier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...