Plus d’un million de téléspectateurs pour le débat Schiappa-Hanouna
Rechercher

Plus d’un million de téléspectateurs pour le débat Schiappa-Hanouna

Plusieurs idées ont émergé, dont la suppression de la TVA pour les produits de première nécessité et l'instauration d'une peine plancher pour l'évasion fiscale

Plus d’un million de téléspectateurs ont suivi le « grand débat » coanimé vendredi soir par la secrétaire d’État Marlène Schiappa et le présentateur Cyril Hanouna en direct sur C8, selon les chiffres de Médiamétrie samedi.

Il s’agit d’une audience record pour l’émission « Balance ton post » lancée en septembre.

« De très nombreux Français ont trouvé chez nous une écoute qu’ils n’avaient pas ailleurs : les plus jeunes notamment, les 15-34 ans, étaient trois fois plus que l’avant-veille sur France 2 et bien plus présents que sur TF1 », a affirmé Cyril Hanouna dans un entretien au Journal du Dimanche.

Pour la première partie du débat, qui a accouché de plusieurs propositions telles que la suppression de la TVA sur les produits de première nécessité, 1.089.000 de téléspectateurs en moyenne ont regardé l’émission entre 22H10 et 23H15, avec une part d’audience de 6,1 %.

À titre de comparaison, l’émission « vendredi, tout est permis avec Arthur » a rassemblé 1,2 million sur TF1 de téléspectateurs entre 23h et 00h35.

Outre vouloir « répéter ce dispositif, notamment pour les élections européennes », Cyril Hanouna compte inviter Emmanuel Macron dans « Balance Ton Post ». « Et j’espère avant les européennes », a-t-il ajouté.

L’idée la plus plébiscitée de la soirée sur le plateau composé de « gilets jaunes », d’une retraitée, d’un restaurateur ou encore d’un policier, mais aussi de nombreuses personnalités a été la suppression de la TVA sur les produits de première nécessité.

D’autres propositions ont évoqué la peine plancher pour l’évasion fiscale, le réexamen des niches fiscales, la révision des « cycles horaires » de la police, le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) réservé aux TPE et PME, le retour de l’ISF – d’avance exclu par Emmanuel Macron – et l’augmentation de 2 à 4 % du budget des hôpitaux.

La secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes s’est engagée à relayer auprès de l’exécutif.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...