Pompeo : « le monde entend la voix » des Iraniens qui manifestent contre le régime
Rechercher

Pompeo : « le monde entend la voix » des Iraniens qui manifestent contre le régime

"Le gouvernement iranien gaspille les ressources des citoyens, par son aventurisme en Syrie, son soutien au Hezbollah, au Hamas et aux Houthis," a déclaré le chef de la diplomatie

Mike Pompeo, alors représentant républicain du Kansas, pendant le témoignage de l'ancienne secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton devant la commission de la Chambre sur Bengazi, à Washington, D.C., le 22 octobre 2015. (Crédit : Saul Loeb/AFP)
Mike Pompeo, alors représentant républicain du Kansas, pendant le témoignage de l'ancienne secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton devant la commission de la Chambre sur Bengazi, à Washington, D.C., le 22 octobre 2015. (Crédit : Saul Loeb/AFP)

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a affiché mercredi son soutien aux Iraniens qui manifestent contre leur gouvernement, qu’il a accusé de « corruption, injustice et incompétence ».

« Le peuple iranien demande que ses dirigeants partagent la richesse du pays et répondent à ses besoins légitimes », a-t-il déclaré dans un communiqué. « Le monde entend leur voix », a-t-il ajouté.

Le gouvernement de Téhéran fait face à un mécontentement grandissant du fait des turbulences économiques que traverse le pays.

Sous pression depuis des mois, la devise iranienne a accéléré sa chute sur le marché parallèle depuis que Donald Trump a retiré en mai les Etats-Unis de l’accord international de 2015 sur le nucléaire iranien et annoncé un renforcement des sanctions économiques américaine vis-à-vis de l’Iran.

Lundi et mardi, les commerçants du Grand Bazar de Téhéran, soutien traditionnel du système politique en Iran mais attaché aussi à la défense de ses propres intérêts, ont observé un rare mouvement de grève pour protester contre la dépréciation de la monnaie nationale et les entraves à l’activité économique dont ils rendent le pouvoir responsable.

Les magasins du Grand Bazaar fermés dans le cadre d’un mouvement de grève contre la dépréciation de la monnaie iranienne, le 25 juin 2018. (Crédit : AFP / ATTA KENARE)

« Le gouvernement iranien gaspille les ressources des citoyens, par son aventurisme en Syrie, son soutien au Hezbollah, au Hamas et aux Houthis », respectivement au Liban, à Gaza et au Yémen, « ou ses ambitions pour développer sans raison son programme nucléaire », a estimé Mike Pompeo.

« Il ne fera qu’accroître la souffrance des Iraniens » s’il continue ainsi, a-t-il prévenu.

Le chef de la diplomatie américaine, qui a affirmé récemment que la tendance des manifestations anti-régime était à la hausse en Iran, a jugé mercredi que ces protestations n’étaient en rien une surprise.

Soupçonnée de vouloir favoriser un changement de régime en Iran, par ses sanctions rétablies après le retrait de l’accord sur le nucléaire, l’administration Trump assure vouloir seulement « changer le comportement du régime » et mettre fin à son rôle jugé « déstabilisateur » au Moyen-Orient.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...