Rechercher

Pour apaiser les tensions, Kariv renonce à assister à un office mixte au Mur

Des échauffourées ont éclaté entre la police et des manifestants ultra-orthodoxes qui ont tenté d’empêcher les Femmes du Mur d'apporter un rouleau de la Torah

Une membre des Femmes du mur avec un rouleau de la Torah, alors qu'elle est entourée par les forces de sécurité israéliennes qui retiennent les manifestants au Mur occidental dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 5 novembre 2021. (Crédit : AP Photo/Maya Alleruzzo)
Une membre des Femmes du mur avec un rouleau de la Torah, alors qu'elle est entourée par les forces de sécurité israéliennes qui retiennent les manifestants au Mur occidental dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 5 novembre 2021. (Crédit : AP Photo/Maya Alleruzzo)

Ce vendredi matin, malgré ses convictions, le député travailliste Gilad Kariv n’a pas assisté à l’office organisé par un groupe de prière progressiste au Mur occidental. La veille, tout comme Alon Tal, un autre député désireux de s’y rendre, il a été contacté par le président Isaac Herzog qui leur a demandé de renoncer à ce projet afin d’apaiser les tensions autour du lieu saint.

Cet appel a été réitéré par le bureau du Premier ministre Naftali Bennett selon le radiodiffuseur public Kan. La demande a finalement été entendue par les deux législateurs.
 
« Suite à la demande du président, j’ai annoncé que je ne me rendrai pas au Mur occidental demain matin. Une fois de plus, on voit quel côté croit au compromis et aux négociations et quel côté est perturbateur et violent », a déclaré Gilad Kariv avant d’ajouter que « les Femmes du Mur se présenteront demain matin comme c’est leur coutume pour les prières de Rosh Hodesh, et nous continuerons à les soutenir ».

Après l’annonce de Gilad Kariv, le député Moshe Gafni du parti ultra-orthodoxe Yahadout HaTorah a déclaré que lui et les membres de son parti n’iraient pas protester au Mur occidental vendredi. 

Le seul membre de la Knesset à s’y être rendu était le député Itamar Ben Gvir du Parti sioniste religieux. « Vous ne porterez pas atteinte au Mur occidental », a-t-il crié au groupe de femmes et à leurs soutiens.
 
Même si la tension était vive et que des heurts ont éclaté entre forces de sécurité et manifestants ultra-orthodoxes, la situation a été maîtrisée. Une violence plus intense a ainsi été évitée, a conclu le rabbin du Mur occidental.

 
À chaque Rosh Hodesh, jour qui marque le début du mois hébraïque, le groupe des Femmes du Mur a pris l’habitude d’apporter un rouleau de Torah et de prier au Mur occidental. Cette activité est fortement contestée par les politiciens et civils ultra-orthodoxes qui ont régulièrement perturbé l’événement par des provocations et des manifestations.

Il y a quelques jours, un appel à manifester et à bloquer l’office de prière de ce vendredi avait été lancé par le leader du parti ultra-orthodoxe Shas, Aryeh Deri, et partagé par le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu.
 
« Demain, vendredi, Rosh Hodesh Kislev, à 7 heures du matin, moi et des dizaines de membres de la Knesset arriverons pour prier au Mur occidental. J’appelle tous ceux qui croient en la sainteté du mur à venir prier avec nous afin que Dieu nous en préserve, ce lieu saint ne soit pas profané », a écrit Aryeh Deri dans le tweet partagé par Benjamin Netanyahu. 

Des hommes juifs ultra-orthodoxes manifestent alors que des membres du mouvement des Femmes du Mur organisent des prières de Rosh Hodesh au Mur occidental à Jérusalem, le 5 novembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Shas a également publié un tract appelant les partisans du parti ultra-orthodoxe à se réunir au Mur occidental vendredi matin pour protester contre « l’intention des Juifs réformés et des Femmes du Mur, avec le soutien du gouvernement et de la coalition, de profaner la sainteté du Mur occidental ».
 
Outre Aryeh Deri et les députés du Shas, des législateurs d’autres factions du bloc religieux de droite de Netanyahu – qui comprend son parti, le Likud, le parti ultra-orthodoxe Yahadout HaTorah, et le Parti sioniste religieux, d’extrême droite – ont également indiqué qu’ils se joindraient à la manifestation de vendredi – de quoi encourager les ultra-orthodoxes à poursuivre leur démarches.

Les forces de sécurité avaient été renforcées pour l’occasion.

Dans les heurts, la dirigeante des Femmes du Mur, Anat Hoffman, a été expulsée de l’esplanade du Mur occidental après avoir tenté d’introduire un petit rouleau de Torah. Au moins une personne a été arrêtée lors des échauffourées entre activistes et manifestants.

Le député travailliste Gilad Kariv remet une Torah aux activistes des Femmes du Mur, le 7 octobre 2021. (Crédit : Gilad Kariv/Twitter)

Les Femmes du Mur ont accusé les agents de sécurité employés par la Fondation du patrimoine du Mur occidental de violences à leur encontre. 

Ces accusations ont été rejetées par la Fondation, qui a affirmé que le groupe de prière était à l’origine des provocations, et que ses agents de sécurité avaient « protégé le groupe des Femmes du Mur avec leurs corps », et a appelé la police à intensifier sa présence sur les lieux.

Gilad Kariv, député à la Knesset depuis avril, a à plusieurs reprises utilisé son immunité parlementaire pour transmettre illégalement un rouleau de Torah aux Femmes du Mur, chose prohibée par le règlement actuel du Kotel mais qui n’a pas fait flancher ce rabbin réformé et ancien directeur du mouvement libéral en Israël.

Des membres du mouvement des Femmes du Mur célèbrent la prière de Rosh Hodesh au Mur Occidental à Jérusalem, le 5 novembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Interrogé tôt ce vendredi par la radio militaire, il a qualifié sa décision de ne pas se rendre à l’office de difficile. « Les Femmes du Mur sont exposées à la violence chaque Rosh Hodesh, tandis que des éléments qui reçoivent le soutien du Shas et du Parti sioniste religieux interfèrent régulièrement avec les prières égalitaires », a t-il poursuivi, avant de déclarer qu’il s’efforcera de relancer le projet d’extension de la section égalitaire du Mur occidental, qui a été abandonné.

Yizhar Hess, ancien directeur exécutif et PDG du Mouvement du judaïsme conservateur en Israël, s’est dit « stupéfait » que Benjamin Netanyahu ait partagé le tweet d’Aryeh Deri.

« Je voudrais rappeler à M. Netanyahu les nombreuses réunions que nous avons tenues… au cours desquelles il nous a, pour la plupart, supplié de signer l’accord de compromis sur le Mur occidental », a déclaré Yizhar Hess dans un communiqué. « Je me souviens aussi très bien des mots que Netanyahu a utilisés publiquement et à huis clos sur son engagement profond pour que la prière pour tous les courants du judaïsme soit autorisée au Mur occidental, et que le Mur occidental appartient à tout le monde. »

Le Shas et Yahadout HaTorah s’opposent également aux propositions visant à relancer le compromis du Mur occidental afin de créer un pavillon de prière pluraliste permanent sur le site.

Les escaliers menant à la plateforme de prière pluraliste de l’arche de Robinson dans les ruines du parc archéologique Davidson au mur Occidental. (Crédit : Amanda Borschel-Dan/ToI)

L’accord a été approuvé par le gouvernement de Netanyahu en 2016 après des années de négociations entre Israël et les dirigeants de la diaspora. Mais un an plus tard, l’ancien Premier ministre a capitulé devant la pression de ses partenaires de coalition ultra-orthodoxes et a gelé indéfiniment l’accord.

En août, le ministre des Affaires de la diaspora, Nahman Shai, a déclaré au Times of Israel que la relance de l’accord était à l’ordre du jour du cabinet et bénéficiait d’un large soutien au sein de la coalition, y compris de la part du Premier ministre Bennett.

Vendredi, Nahman Shai a réitéré sa conviction que le plan devait être remis sur le devant de la scène. « Les événements d’aujourd’hui près du Mur occidental ont renforcé ma conviction que nous devons nous dépêcher de renouveler le plan de compromis du Mur occidental », a tweeté Nahman Shai. Le ministre a déclaré avoir accepté la demande de Herzog de ne pas y assister, « afin de ne pas attiser les flammes, mais la seule façon d’avancer est de renouveler l’accord de compromis… l’égalité pour tous. C’est la seule solution ».

Le plan original comprend trois dispositions clés : une entrée commune à la place principale du Mur occidental et à l’espace de prière égalitaire ; un nouveau pavillon permanent agrandissant considérablement la modeste plate-forme de prière existante, qui sert de site pour la prière pluraliste depuis 2000 ; et, peut-être la plus controversée, un conseil conjoint qui comprend des représentants des courants libéraux du judaïsme et des fonctionnaires du gouvernement qui serait chargé de superviser le site.

La petite plate-forme actuellement utilisée pour les services de prière pluralistes est située dans le parc archéologique de Davidson, dans une zone nommée l’Arche de Robinson. Elle est hors de vue de l’actuelle place de prière orthodoxe traditionnelle, dont elle est séparée par la rampe menant à la porte des Maghrébins, qui est la seule entrée du Mont du Temple pour les non-musulmans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...