Bientôt un espace pluraliste permanent au mur Occidental
Rechercher

Bientôt un espace pluraliste permanent au mur Occidental

Malgré le gel d'un accord sur la prière mixte, le gouvernement commence à construire un espace élargi, mais sans répondre aux demandes clés des groupes juifs libéraux

Amanda Borschel-Dan édite la rubrique « Le Monde Juif »

La nouvelle construction d'une plateforme de prière pluraliste au parc archéologique Davidson au mur Occidental le 5 février 2018 (Crédit : Mouvement masorti en Israël)
La nouvelle construction d'une plateforme de prière pluraliste au parc archéologique Davidson au mur Occidental le 5 février 2018 (Crédit : Mouvement masorti en Israël)

Les ouvriers ont commencé jeudi la construction d’un pavillon de prière pluraliste permanent, un projet longtemps reporté et qui reste controversé, au mur Occidental. Une initiative qui a suscité des réactions mitigées, même de la part des partisans de l’espace égalitaire.

Les ouvriers ont dressé des échafaudages à côté de gros sacs de matériaux de construction à l’arche de Robinson, près de la plateforme de prière temporaire que le pavillon doit remplacer.

La décision gouvernementale initiale de construire le pavillon remonte au 31 janvier 2016 quand le gouvernement israélien – encouragé par des décennies de militantisme virulent de la part du groupe de prières des Femmes du mur – a approuvé le soi-disant compromis du mur Occidental. Négocié avec minutie depuis 2012 avec les leaders du judaïsme libéral et d’autres personnalités importantes, il a déterminé la construction d’un espace de prière pluraliste permanent. D’autres aspects essentiels du plan comprennent une entrée unique partagée avec le pavillon de prière orthodoxe, où femmes et hommes sont séparés, et la mise en place d’un bureau de surveillance pluraliste pour superviser la zone mixte.

Mais le 25 juin 2017, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a gelé le compromis de 2016. Tout en renonçant à l’entrée conjointe et au bureau de surveillance pluraliste, il a cependant promis de continuer la construction d’une plateforme permanente.

« En juin 2017, le Premier ministre a ordonné que la construction soit faite sur la nouvelle place. nous assistons aujourd’hui à la mise en œuvre de cette directive », a déclaré un responsable du bureau du Premier ministre lundi.

Le début des constructions, lundi, a été accueilli avec prudence par le mouvement Massorti israélien – le mouvement local conservateur – qui supervise la plateforme pluraliste existante et qui organise là-bas deux prières hebdomadaires.

Le chef du mouvement Massorti, le docteur Yizhar Hess, a déclaré que tandis que le mouvement s’oppose au gel du 25 juin des autres demandes essentielles du plan, « il y a également une importance accordée de notre part aux particularités des contours de l’espace sur lesquelles nous nous sommes accordés et j’espère qu’au moins, elles seront respectées ».

Le mouvement Massorti a souligné dans un communiqué de presse qu’il n’était pas au courant de l’envergure des constructions.

La nouvelle construction d’une plateforme de prière pluraliste au parc archéologique Davidson au mur Occidental le 5 février 2018 (Crédit : Mouvement masorti en Israël)

« Nous ne serons pas en mesure de consacrer le produit fini, mais nous pouvons très certainement nous réjouir de ce qu’il y ait quelque chose de fait et c’est une donnée que je ne minimise pas », a-t-il dit.

En comparaison, le mouvement réformé a critiqué le gouvernement qui a démarré les constructions sans consulter préalablement les autres parties impliquées.

« L’Etat a commencé le travail sur la section sans coordination et sans nous informer de ce qui sera construit. Nous n’avons entendu parler de cette construction que par hasard », a indiqué un porte-parole du mouvement réformé au Times of Israel.

L’Agence juive a déclaré en réponse : « Nous continuons à maintenir que le plan présenté par le président [Natan] Sharansky et adopté par le gouvernement après des négociations intensives avec toutes les parties concernées reste le plus raisonnable, le plus équitable, et que c’est la solution la plus fonctionnelle, celle qui garantira que le mur Occidental restera, selon les mots employés par le Premier ministre, ‘un mur pour un peuple’. »

Au début de la semaine, la chaîne israélienne Kan a fait savoir que l’Autorité israélienne des antiquités (IAA) avait commencé à superviser les travaux de préparation pour la plateforme permanente de prière dans la section sud du mur.

L’IAA n’a pas répondu aux sollicitations, renvoyant les questions posées vers le bureau du Premier ministre.

De la même façon, les Femmes du mur ont confié au Times of Israel lundi que « notre seule déclaration est que nous attendons la décision de la Haute cour ». Des requêtes sur un grand nombre de questions relatives au mur Occidental déposées par plusieurs organisations – notamment les Femmes du mur et le Centre d’action réformé israélien (IRAC), qui ont tous deux à leur tête Anat Hoffman – ont été soumises à la Haute cour. Parmi ces questions, celle de la légalité du gel du 25 juin.

Une vue de la section de prière mixte du mur Occidental dans la vieille Ville de Jérusalem, au mois de mars 2016 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Même si en 2016, le plan initial avait été chaleureusement adopté par la communauté juive libérale et la diaspora, il avait immédiatement suscité la controverse, les politiciens ultra-orthodoxes se glissant dans la brèche et jurant d’y mettre un terme.

En résultat, les Juifs de la diaspora s’étaient emparés de la cause de cette plateforme pluraliste qui est devenue un point de friction croissant entre Israël et la communauté juive mondiale. La saga en cours a rapidement atteint la Haute cour, qui a compté des audiences innombrables sur le sujet depuis lors.

Le plan qui créerait un espace de prière unifié qui touche le mur Occidental en un point étroit dans le coin sud-ouest et plus large vers l’arrière. L’espace de prière allait toucher le mur sur un segment de 9,5 mètres. Cette image montre aussi à quoi ressemblera l’entrée de la section : un large escalier et une passerelle plate menant à l’espace de prière (JTA)

Vestige d’un mur qui soutenait le complexe du Second temple détruit par les Romains en l’an 70 de l’ère commune, le mur Occidental est honoré par les Juifs depuis des milliers d’années. C’est le lieu le plus saint où les Juifs peuvent prier en raison de sa proximité avec le mont du Temple, le lieu le plus sacré du Judaïsme, qui est administré par le Waqf musulman et qui accueille le troisième lieu saint de l’Islam, la mosquée Al-Aqsa, et le dôme du Rocher.

Le pavillon pluraliste se situe dans le parc archéologique de Davidson, dans une zone appelée l’Arche de Robinson. Il n’est pas visible depuis l’esplanade de prière orthodoxe actuelle, séparée par une rampe qui mène à la porte de Mughrabi qui est la seule entrée pour les non-musulmans au sein du complexe de la mosquée Al-Aqsa.

S’il est terminé, le nouveau pavillon permanent va grandement élargir la petite plateforme de prière qui accueille depuis l’an 2000 les Juifs libéraux. Il devrait probablement remplacer la plateforme sous forme de gradin qui avait été mise en place par le ministre des Affaires de la diaspora Naftali Bennett avant les grandes fêtes religieuses de 2013.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...