Israël en guerre - Jour 284

Rechercher

Pour éviter les Houthis, les biens expédiés en Israël passent par Ryad et Amman

Pour éviter les attaques sur les cargos en mer Rouge, des entreprises basées en Israël organisent des itinéraires par camion depuis les ports de Dubaï et du Bahreïn jusqu'à Haïfa

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

Le navire américain Genco Picardy qui a été attaqué la veille par un drone porteur de bombes lancé par les Houthis du Yémen dans le golfe d'Aden, le 18 janvier 2024. (Crédit : Marine indienne via AP/Dossier)
Le navire américain Genco Picardy qui a été attaqué la veille par un drone porteur de bombes lancé par les Houthis du Yémen dans le golfe d'Aden, le 18 janvier 2024. (Crédit : Marine indienne via AP/Dossier)

La perturbation du commerce maritime en mer Rouge due aux attaques incessantes des milices Houthies du Yemen, soutenues par l’Iran, contre les navires de marchandises, a incité les entreprises israéliennes de fret et de logistique à contourner les eaux dangereuses et à utiliser d’autres voies terrestres pour transporter les marchandises de l’Extrême-Orient vers Israël en passant par l’Arabie saoudite et la Jordanie.

Mentfield Logistics, un transitaire basé en Israël, est l’une des entreprises qui a établi une route commerciale contournant la mer Rouge, acheminant les marchandises des ports de Dubaï et du Bahreïn par voie terrestre sur des camions qui traversent les Émirats arabes unis (EAU), l’Arabie saoudite et la Jordanie, pour arriver dans les ports israéliens. Une deuxième société basée en Israël, Trucknet, a également mis en place une telle route.

La Jordanie a conclu un accord de paix avec Israël depuis 1994. Les Émirats et le Bahreïn ont signé les accords d’Abraham normalisant les liens avec Israël en 2020. L’Arabie saoudite, en revanche, n’a toujours pas de relations diplomatiques avec Israël – même si des progrès ont été réalisés dans ce sens sous les auspices des États-Unis.

« Les navires en provenance de Chine et d’Inde déchargent leurs conteneurs dans les ports de Bahreïn et de Dubaï. La cargaison est ensuite chargée sur des camions jordaniens et acheminée par voie terrestre jusqu’en Israël via le pont d’Allenby, un poste frontière avec la Jordanie, où les camions israéliens attendent les marchandises », a indiqué le PDG de Mentfield, Omer Izhari, au Times of Israel. « Des dizaines de camions par jour, et pas seulement les nôtres, empruntent cet itinéraire pour raccourcir les délais d’expédition de marchandises diverses, allant des textiles et de l’électronique aux matières premières pour l’industrie, en passant par les tuyaux en métal et l’aluminium ».

Izhari a expliqué que, lors de leur passage à travers l’Arabie Saoudite et la Jordanie, les marchandises ne sont pas identifiées comme étant destinées à Israël ou comme étant des marchandises israéliennes, puisqu’elles sont en transit vers le port de Haïfa. Cette procédure, connue sous le nom de transbordement, est souvent utilisée lorsqu’il n’y a pas de connexion directe entre deux ports et que les marchandises doivent être déchargées d’un navire et transférées vers un autre moyen de transport de marchandises, par route ou par rail, pour terminer le voyage.

Depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, les navires commerciaux sont la cible d’attaques incessantes de missiles et de drones menées par les terroristes houthis. Les plus grandes compagnies maritimes du monde, dont la danoise Maersk et l’allemande Hapag-Lloyd, ainsi que le géant pétrolier BP, ont temporairement suspendu la navigation en mer Rouge et dans le canal de Suez, une voie commerciale essentielle reliant l’Asie à l’Europe via Israël.

Les Houthis, mandataires de l’Iran, ont déclaré que leurs frappes en mer Rouge étaient menées en solidarité avec la population de Gaza dans la guerre en cours, qui a éclaté après que des milliers de terroristes du groupe terroriste palestinien Hamas ont forcé la frontière israélienne à partir de la bande de Gaza par voie terrestre, aérienne et maritime, tuant près de 1 200 personnes et prenant 253 otages le 7 octobre dernier.

Le transitaire Mentfield Logistics, basé en Israël, est spécialisé dans le fret aérien, maritime et routier, et fournit des services de chaîne d’approvisionnement à l’échelle mondiale. (Crédit : Autorisation)

La campagne des Houthis a forcé les porte-conteneurs en provenance d’Extrême-Orient et à destination de l’Europe à emprunter des routes plus longues contournant l’Afrique et le cap de Bonne-Espérance, allongeant ainsi la durée d’expédition des marchandises de deux à quatre semaines et augmentant les coûts par navire. Les attaques sur les navires en mer Rouge et aux alentours de celle-ci ont ralenti le commerce entre l’Asie et l’Europe depuis plusieurs semaines.

Selon Izhari, en comparaison avec la route contournant le continent africain, « la voie terrestre permet de gagner environ 20 jours, de sorte qu’au lieu de prendre 50 à 60 jours, les marchandises parviennent en Israël depuis la Chine en 20 à 25 jours ».

L’idée de créer un pont terrestre commercial reliant la Jordanie, Israël, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis depuis le golfe Persique jusqu’aux ports maritimes d’Israël avait été avancée il y a quelques années dans le but de faciliter la circulation des marchandises.

L’idée a pris forme lorsque les relations commerciales au Moyen-Orient ont commencé à s’ouvrir suite à la signature en 2020 des accords d’Abraham, l’accord négocié par les États-Unis qui a permis de normaliser les relations entre Israël et les Émirats arabes unis, le Bahreïn et le Maroc.

« Dans le service que nous offrons, les marchandises sont destinées à Israël, mais elles sont en transit avant d’arriver en Israël et elles ne sont donc pas acheminées ou suivies comme des marchandises israéliennes », a précisé Izhari. « Le gouvernement saoudien ne permettrait pas à des ‘marchandises israéliennes’ de traverser son territoire. »

Omer Izhari, PDG de Mentfield Logistics. (Crédit : Autorisation)

« Je ne suis pas un politicien, je crois simplement en la paix et j’espère qu’un accord bilatéral de normalisation des relations avec l’Arabie saoudite, semblable aux accords d’Abraham, sera conclu après la guerre, car nous voulons collaborer et travailler ensemble », a-t-il fait remarquer.

Fondé il y a 40 ans en tant qu’entreprise familiale, le transitaire Mentfield, basé en Israël et ayant son siège au Royaume-Uni, est spécialisé dans le fret aérien, maritime et routier et fournit des services de chaîne d’approvisionnement et de logistique à l’échelle mondiale, y compris des services de dédouanement. En 2021, le fonds d’investissement israélien Legacy Partners a acquis une participation de 50 % dans Mentfield.

La société possède 31 bureaux dans 11 pays, dont les États-Unis, l’Allemagne, la France, l’Italie, la Chine, Hong Kong et la Jordanie. Elle emploie au total 650 personnes, dont 250 en Israël.

La société israélienne de transport intelligent Trucknet Enterprise a, elle aussi, établi une route terrestre pour contourner la mer Rouge. Trucknet a conclu des accords de coopération avec son homologue émirati Puretrans FZCO et la société d’exploitation portuaire de Dubaï DP World afin d’établir une route commerciale terrestre bidirectionnelle pour le transfert de marchandises du golfe Persique vers Israël en passant par l’Arabie saoudite et la Jordanie, en contournant la voie navigable de la mer Rouge.

« Des dizaines d’entreprises israéliennes collaborent avec des entreprises de Dubaï, du Bahreïn et de Jordanie pour offrir ce type de service de transport maritime », a affirmé Izhari.

Le transporteur de conteneurs allemand Hapag-Lloyd a déclaré qu’il mettait également en place des routes de transit terrestres à travers l’Arabie saoudite pour offrir des connexions entre Jebel Ali à Dubaï, les ports saoudiens de Dammam et Jubail sur la côte est et Djeddah sur la côte ouest. Elle propose également une route terrestre reliant Jebel Ali à la Jordanie.

Carte de l’itinéraire terrestre permettant aux camions de se rendre du port de Dubaï, aux Émirats arabes unis, en Israël et en Égypte en passant par l’Arabie saoudite et la Jordanie. (Crédit : Trucknet)

En janvier, la ministre des Transports et de la Sécurité routière, Miri Regev, a annoncé qu’Israël était en train de concevoir un plan qui permettrait de transférer des marchandises de l’Inde vers Israël en passant par Abou Dhabi et en utilisant une voie de transport terrestre pour contourner la mer Rouge, où les Houthis sont actifs. Cette voie terrestre « permettrait de réduire les délais d’expédition de 12 jours », a déclaré Regev.

Afin d’ouvrir de nouvelles routes, Israël envisage d’avancer la signature d’un accord sur l’aviation civile avec le Sri Lanka au cours de la visite de Regev en Inde et au Sri Lanka cette semaine.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.