Israël en guerre - Jour 229

Rechercher

Pour Lapid, Netanyahu doit limoger les ministres qui attaquent Tsahal

Le chef de l'opposition a aussi réclamé des projets de loi sur la discrimination sexuelle après des cas de sexisme dans des bus

Le chef de l'opposition Yaïr Lapid et la députée Yesh Atid Meirav Cohen lors d'une réunion d'urgence à la suite de récents cas de sexisme dans les espaces publics, à la Knesset, à Jérusalem, le 16 août 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef de l'opposition Yaïr Lapid et la députée Yesh Atid Meirav Cohen lors d'une réunion d'urgence à la suite de récents cas de sexisme dans les espaces publics, à la Knesset, à Jérusalem, le 16 août 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le chef de l’opposition, Yair Lapid, a appelé mercredi le Premier ministre Benjamin Netanyahu à licencier les ministres qui attaquent le chef d’état-major et les officiers supérieurs de l’armée.

Ces agressions verbales se sont multipliées ces derniers jours en raison des troubles au sein de l’armée liés à la vaste refonte judiciaire souhaitée par le gouvernement.

« Les ignobles et fausses attaques contre le chef d’état-major ces derniers jours, y compris aujourd’hui, par d’importants ministres du gouvernement, par des députés de la coalition et même par le fils du Premier ministre, sont une attaque directe contre l’armée, la société israélienne, la résilience nationale et la sécurité nationale », a déclaré Lapid.

« Rien n’est sacré aux yeux de ces gens. Ils n’ont pas de limites », a-t-il déclaré.

Netanyahu et le ministre de la Défense Yoav Gallant ont publié mardi une déclaration conjointe défendant Tsahal et l’establishment de la sécurité, suite aux attaques répétées contre les hauts gradés de Tsahal de la part de la coalition et du fils du Premier ministre ces derniers jours.

Cette recrudescence de vives critiques survient alors que l’armée a exprimé à plusieurs reprises ses inquiétudes concernant les dégâts causés à la préparation militaire suite au refus de certains réservistes d’exercer leurs fonctions en signe de protestation contre la législation controversée de révision judiciaire de la coalition. Certains membres de la coalition ont dénoncé l’échec apparent de l’armée à réprimer le phénomène.

Lapid a également annoncé mercredi une proposition de mesures législatives visant à lutter contre la discrimination à l’égard des femmes et a accusé le gouvernement suite à de récents incidents de sexisme dans des espaces publics.

Lors d’une réunion d’urgence convoquée au parlement, le président du parti Yesh Atid a annoncé 12 projets de loi qu’il prévoyait de présenter au retour des vacances d’été de la Knesset. Ceux-ci viendront « lutter contre la discrimination et la haine à l’égard des femmes ». Étant donné qu’il s’agit d’une législation dirigée par l’opposition, la coalition peut empêcher qu’elle soit présentée à la Knesset (tout en proposant éventuellement ses propres mesures).

Parmi ces lois, l’une d’elles définirait la discrimination à l’égard des femmes dans la sphère publique comme du harcèlement sexuel, et prévoirait une peine de cinq ans de prison et une amende de 500 000 shekels comme sanction pour un tel acte.

Les autres projets de loi de Lapid viendraient définir la discrimination fondée sur l’identité de genre, l’orientation sexuelle ou les croyances religieuses et interdire les activités qui encouragent une telle discrimination dans le système éducatif public ; fixer des quotas de représentation féminine dans les conseils d’administration des entreprises publiques, les comités de planification de la construction et les conseils des gouvernements locaux ; et chercher à réduire l’écart de rémunération entre les sexes.

Lapid a qualifié les récents incidents de discrimination à l’égard des femmes comme « seulement la pointe de l’iceberg misogyne dans lequel nous nous écrasons ».

Lapid a fustigé « la suppression des femmes des panneaux d’affichage, la promulgation de la ségrégation dans les espaces publics et même ici à la Knesset, où des conférences ont eu lieu et où les femmes n’étaient pas autorisées à entrer ».

Un ultra-orthodoxe devant une affiche publicitaire vandalisée à Jérusalem, le 2 novembre 2017. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

« Ce n’est pas une coïncidence si tout cela se passe maintenant. C’est un message qui vient d’en haut, du gouvernement. C’est politique », a accusé Lapid.

« La coalition compte deux partis dans lesquels les femmes ne peuvent pas du tout être élues », a-t-il ajouté, en référence aux partis haredim. « Regardez le nombre de femmes ministres dans ce gouvernement, le nombre de députées et le nombre de directrices générales dans les ministères. Ils ne nomment pas de hauts fonctionnaires femmes.

De plus, « les femmes qui s’y trouvent subissent des insultes chauvines », a-t-il affirmé.

Seules six des 32 membres du cabinet – le plus à droite de l’histoire d’Israël – sont des femmes : la ministre des Transports Miri Regev, la ministre de la Protection de l’environnement Idit Silman, la ministre de la Diplomatie publique Galit Distel Atbaryan, la ministre du Renseignement Gila Gamliel, la ministre des Missions nationales Orit Strock et la ministre de la Promotion de la condition féminine May Golan.

Seuls deux directeurs généraux des ministères sont des femmes.

Les deux partis ultra-orthodoxes de la coalition, Shas et Yahadout HaTorah, n’ont aucune femme sur leurs listes électorales, tandis que la liste religieuse d’extrême droite Otzma Yehudit n’en compte qu’une. Parmi les 64 députés de la coalition, neuf seulement sont des femmes.

L’annonce de Lapid est intervenue après une série de cas récents de discrimination à l’égard des femmes dans les transports publics en Israël, condamnés par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Miri Regev, qui ont juré de punir les responsables.

La députée Yesh Atid Meirav Cohen, ancienne ministre de l’Égalité sociale qui était également à la réunion de mercredi à la Knesset, a critiqué la récente proposition d’Idit Silman d’autoriser la baignade séparée après les heures d’ouverture régulières des sources naturelles dans les parcs nationaux du pays.

La procureure générale Gali Baharav-Miara a opposé son veto au plan dans sa forme actuelle, déclarant qu’il nécessiterait une législation explicite.

« La demande [d’une telle ségrégation] ne vient pas des femmes », a déclaré Cohen. « Je me promène dans la nature, j’y vois des hommes et des femmes religieux et laïcs, ensemble, en vacances, et tout va bien », a-t-elle déclaré.

« Ne créez pas une nouvelle norme qui contraint les femmes religieuses et haredim. N’en faites pas une norme parce que personne ne l’a demandée », a-t-elle accusé.

Cohen a déclaré qu’elle aurait peut-être compris la décision « si [le gouvernement] respectait vraiment tout le monde », tout en reprochant à la coalition de ne pas traiter d’autres problèmes de religion et d’État, comme l’idée de créer un espace séparé pour que les femmes puissent lire la Torah au mur Occidental ; de proposer des transports publics le Shabbat pour aider ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter une voiture ; ou d’offrir une alternative aux citoyens qui ne peuvent pas se marier sous les autorités religieuses.

« Nous ne sommes pas en train de devenir comme la Hongrie ou la Pologne », a déclaré Cohen, faisant référence à des pays qui ont connu un recul démocratique. « Nous marchons vers ce qui ressemblerait à l’Iran, car cela est du fanatisme religieux. »

Des femmes s’habillent en costumes de la série « La Servante écarlate » lors d’une manifestation contre les plans de refonte judiciaire du gouvernement à Tel Aviv, le 15 juillet 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le discours national sur la discrimination sexuelle a pris de l’ampleur après qu’un chauffeur de bus a ordonné dimanche à un groupe d’adolescentes de s’asseoir à l’arrière et de se couvrir en raison de leur tenue vestimentaire prétendument impudique (les filles portaient des shorts et des hauts sans manches). Dans un enregistrement de l’incident, qui s’est produit sur une ligne Nateev Express 885 d’Ashdod à Kfar Tavor, on pouvait entendre le conducteur rejeter les plaintes des filles quand l’une d’elles lui a dit qu’elle se sentait humiliée.

« Assez avec ces bêtises, vous n’avez pas de religieux chez vous. Vous vivez dans un kibboutz, détachées du monde. Vous vivez dans un État juif et vous devez respecter les gens qui y vivent. Je suis désolé pour le fait que vous viviez dans un kibboutz et que vous ayez été élevées de cette façon », a dit le chauffeur.

Dimanche également, Tzefi Erez, une femme de 88 ans de Givatayim, a déclaré à Kan qu’un chauffeur de bus l’avait ignorée à plusieurs reprises lorsqu’elle lui avait demandé si elle avait pris la bonne ligne. Lorsque le mari de la femme a demandé au chauffeur pourquoi il ne lui répondait pas, le chauffeur a répondu qu’il refusait de parler aux femmes.

« J’ai été profondément blessé. Je suis une survivante de la Shoah », a déclaré la femme. « J’ai assez souffert… Je suis venu dans l’État d’Israël, et soudain je suis en Iran. Demain, ils me diront de me couvrir le visage. »

Les deux sociétés se sont excusées pour ces incidents et se sont engagées à ouvrir une enquête pour que cela ne se reproduise pas.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.