Pour le Likud et Kakhol lavan, il s’agit de rester sur le ring, pas de gagner
Rechercher
Analyse

Pour le Likud et Kakhol lavan, il s’agit de rester sur le ring, pas de gagner

Les deux grands partis font preuve d'une résistance inattendue dans un combat qui sera remporté non pas sur un KO mais par l'usure, en attendant le quatrième round

Haviv Rettig Gur

Haviv Rettig Gur est l'analyste du Times of Israël

Des affiches électorales du parti Kakhol lavan montrent les candidats Benny Gantz (à gauche) et Benjamin Netanyahu, le 18 février 2020. (Miriam Alster/Flash90)
Des affiches électorales du parti Kakhol lavan montrent les candidats Benny Gantz (à gauche) et Benjamin Netanyahu, le 18 février 2020. (Miriam Alster/Flash90)

Trois cent vingt-neuf jours séparent le jour des élections du 9 avril 2019 – cette période innocente, où les Israéliens ne savaient pas encore que leurs lois pouvaient produire une impasse politique pendant un an et trois élections – du jour des élections du 2 mars 2020.

Trois cent vingt-neuf jours d’épuisante impasse politique.

Au cours des dernières semaines, et surtout dans les derniers jours précédant le vote de lundi, il est apparu clairement que cette impasse était passée d’un hoquet ou d’un désagrément mathématique à la réalité fondamentale de ce moment politique israélien. Elle a façonné la campagne et la psychologie des deux principaux candidats, et a donné lieu à une nouvelle agressivité dans leurs stratégies de campagne.

En avril, un Likud disposant de 35 sièges a découvert que son jeune adversaire pouvait également en obtenir 35 – et a découvert également, lors du dernier jour des négociations de coalition et trop tard pour agir, que son allié de longue date, Avigdor Liberman du parti Yisrael Beytenu, n’était plus un partenaire fiable de la droite traditionnelle.

En septembre, Kakhol lavan a perdu deux sièges – mais le Likud en a perdu trois. Le déclin de Kakhol lavan n’a pas été causé par une diminution des électeurs – il a en fait remporté 25 000 voix de plus qu’en avril – mais plutôt par le calcul compliqué du seuil électoral.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors de la conférence du journal israélien « Makor Rishon » au centre de convention international de Jérusalem, le 8 décembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Plusieurs factions religieuses de droite se sont unies au sein du parti Yamina, contribuant ainsi à empêcher que le bloc ne perde à nouveau environ trois sièges de votes comme quand HaYamin HaHadash n’a pas réussi à franchir le seuil électoral de 3,25 % en septembre. Pendant ce temps, le parti Koulanou, qui a remporté quatre sièges en avril, a fusionné avec le Likud pour la course de septembre, mais n’a pas réussi à faire venir ses électeurs avec lui – ils ont eu plus tendance à voter pour Kakhol lavan. Mais l’élan des électeurs désenchantés de Koulanou a été compensé pour le parti centriste par la perte de dizaines de milliers de partisans russophones au profit d’Yisrael Beytenu, la plupart d’entre eux attirés par la nouvelle vigueur laïque de Liberman – la même vigueur qui a entraîné les élections de septembre et a permis à la faction de Liberman de passer de cinq sièges en avril à huit en septembre.

Ainsi, s’il est vrai que certains sièges se sont déplacés lorsque certains électeurs ont reconsidéré leurs options, ce qui est plus surprenant lors des deux élections de 2019, c’est la loyauté dont a fait preuve la grande majorité des électeurs – et la constance inattendue de Kakhol lavan.

Le Likud, en revanche, a en fait perdu des voix, chutant de quelque 35 000 voix, soit environ 3 % de son score d’avril – et ce, malgré la fusion avec Koulanou.

Ces chiffres peuvent sembler être des détails pour quiconque cherche à comprendre les grandes lignes et la signification globale du vote de lundi. C’est justement cela : les campagnes, et l’élection dans son ensemble, sont maintenant engagées dans une politique par petits pas, une guerre de tranchées amère qui définit ses objectifs en termes de gains minuscules, qui s’accroche désespérément à la moindre avancée – non pas pour la victoire, mais pour établir un récit qui garde la possibilité de la victoire ouverte pour un autre cycle encore.

Ce qui a commencé le 21 février 2019, jour de la formation du parti Kakhol lavan, comme étant le défi le plus difficile à relever en dix ans pour le maintien au pouvoir du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a transformé plus de trois cycles électoraux en une guerre d’usure électorale sans précédent entre deux mastodontes d’une résistance inattendue.

Le chef du parti Kakhol lavan, Benny Gantz, lors d’un communiqué de presse, le 1er janvier 2020. (Flash90)

Considérez l’exploit politique que représente cette élection de lundi pour Netanyahu et Gantz. Netanyahu n’a pratiquement pas perdu de terrain dans les sondages malgré l’annonce de l’inculpation pour corruption à son encontre (une première pour un Premier ministre en exercice).

A LIRE : Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

Gantz a maintenant montré qu’il pouvait unir et dompter l’ego et la loyauté de trois partenaires incroyablement ambitieux – Yair Lapid, Moshe Yaalon et Gabi Ashkenazi – grâce à une année de luttes indécises, aux offres extrêmement généreuses du Likud en matière de positions et d’influence politique, et à de nombreuses querelles dans les rangs des activistes.

Il est tout simplement stupéfiant et (bien que le mot soit devenu galvaudé dans ces élections) sans précédent de voir que les deux camps ont réussi à mener leurs troupes et leur appareil politique jusqu’à ce stade.

Alors, qu’est-ce que cela signifie pour les deux partis à la veille des élections ?

En un mot : Netanyahu et Gantz sont tous les deux coincés.

À moins d’un changement dans le taux de participation ou d’une participation inattendue dans les bureaux de vote décisifs, Netanyahu n’a toujours pas de coalition majoritaire avec seulement des partis de droite et Haredi, et Liberman est moins susceptible de rejoindre sa coalition aujourd’hui qu’auparavant. Les deux hommes ont une longue et surtout désagréable histoire commune, et Liberman sait que sa croissance politique actuelle vient des électeurs qui préfèrent Kakhol lavan à un gouvernement Likud.

Une affiche de campagne d’Yisrael Beytenu sur l’autoroute Ayalon à Tel Aviv montrant le chef du parti, Avigdor Liberman, le 21 janvier 2020. (Miriam Alster/Flash90)

Gantz aussi est coincé. Kakhol lavan a peut-être entretenu un vague espoir de former un gouvernement minoritaire avec une majorité juive soutenue de l’extérieur par les votes Haredi et/ou d’Yisrael Beytenu et/ou de la Liste arabe unie, selon les besoins. Mais cet espoir s’éloigne de la réalité. De tels gouvernements minoritaires ont existé dans d’autres démocraties, mais n’ont jamais été un véhicule de gouvernance stable dans le système politique israélien. En termes simples, un tel gouvernement dépendrait de chacun de ces intérêts divergents pour presque chaque vote politique ou législatif, et serait donc à la fois difficile à gouverner et facile à renverser.

Nous nous retrouvons avec deux factions résistantes, chacune ayant fait ses preuves contre l’autre dans deux campagnes et d’innombrables sondages, et aucune d’entre elles n’est capable de remporter la victoire (encore une fois, en supposant que les sondages soient fiables).

Cette réalité a façonné les enjeux de la compétition de lundi. Il ne s’agit plus d’une victoire totale. En supposant qu’aucune des deux factions n’implose soudainement – comme chacune l’avait supposé au cours des 11 derniers mois, le Likud qualifiant Kakhol lavan de « mode passagère » et Kakhol lavan attendant avec impatience les sondages d’opinion des partisans de Netanyahu après la mise en accusation – le combat s’est déplacé vers la définition du récit d’après-vote. Si la victoire ne se joue plus d’un seul coup d’urne, elle doit être recherchée dans la lente et pénible usure de ses adversaires.

Et c’est ainsi que de minuscules changements sont soudainement importants.

Le Likud a perdu à la fois des sièges et des électeurs d’avril à septembre, y compris dans des endroits considérés comme ses bastions de longue date, comme les « villes périphériques » du nord et du sud du pays. Une baisse similaire lundi transformera Netanyahu, l’invincible faiseur de pluie et de beau temps de la politique de droite, en un albatros qui le tirera lentement mais sûrement vers le bas.

Des manifestants soutiennent le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de ses audiences pour corruption près du domicile du procureur général Avichai Mandelblit, le 5 octobre 2019. (Tomer Neuberg/Flash90)

Gantz a moins à prouver, mais a un environnement politique plus fragile pour le faire. Il a perdu des sièges mais a gagné des électeurs en septembre. Pourtant, contrairement à Netanyahu, seules trois ou quatre personnes détiennent la clé de sa survie politique. La coalition Kakhol lavan s’est montrée étonnamment résistante, mais personne ne sait vraiment combien de cycles électoraux elle peut endurer sans ses partis constitutifs, en particulier Yesh Atid et son solide réseau d’activistes de base, qui quittent le navire. Ce sera particulièrement vrai si les résultats de lundi privent Gantz de l’argument selon lequel il gagne du terrain, même si c’est lentement et péniblement.

Une fois que la balle commence à rouler dans un sens ou dans l’autre, le récit peut être difficile à contester. La peur de l’échec peut accélérer l’échec.

Tout cela aboutit à une conclusion écrasante : chaque camp est hanté par la perspective de perdre, non pas une élection, mais un seul siège. Et ce désespoir pour le moindre gain, et l’impératif d’éviter à tout prix l’apparence d’un déclin, a conduit à une campagne grossière de manipulations sans scrupules et d’amertume croissante.

Samedi soir, Gantz a averti que Netanyahu et le Likud « n’ont aucune limite [éthique] » à ce qu’ils seraient prêts à faire pour gagner – et que les électeurs devraient donc être à l’affût des tentatives de perturbation des élections de lundi.

Benny Gantz, chef du parti Kakhol lavan, lors d’un rassemblement électoral à Ramat Gan, le 25 février 2020. (Miriam Alster/Flash90)

Netanyahu a adopté une campagne de dissuasion des votes qui insiste sur le fait que Gantz est mentalement handicapé, qu’il peut être soumis au chantage des services de renseignement iraniens en raison du contenu sexuellement explicite de son téléphone portable (et, selon les informations du Likud, apparemment accessible uniquement à la campagne du Likud et aux services de renseignement iraniens), et qu’il est un gestionnaire et un dirigeant incompétent, malgré les éloges répétés de Netanyahu lui-même lorsqu’il était chef d’état-major de Tsahal jusqu’en février 2015.

Le jour des élections risque de devenir encore plus laid, beaucoup plus laid. Chaque électeur qui reste à la maison, chaque électeur poussé aux urnes par la peur et la colère (dont on sait depuis longtemps qu’elles motivent mieux l’action humaine que les émotions plus légères) pourrait être celui qui renversera la vapeur dans cet équilibre exaspérant.

Personne ne devrait donc être surpris par le fait que les deux partis et les deux campagnes ont déjà commencé à se préparer pour le quatrième tour.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...