Première visite officielle du Prince Charles pour les commémorations d’Auschwitz
Rechercher

Première visite officielle du Prince Charles pour les commémorations d’Auschwitz

La visite du futur roi prévu le mois prochain constituera la deuxième visite d'un membre de la famille royale en Israël ; celui-ci se rendra aussi dans les Territoires palestiniens

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Prince Charles (Crédit : CC BY-SA, Dan Marsh, Flickr)
Le Prince Charles (Crédit : CC BY-SA, Dan Marsh, Flickr)

Le Prince Charles se rendra en Israël et dans les Territoires palestiniens le mois prochain, a annoncé le bureau du futur roi britannique mercredi.

Ce déplacement, sur fond de Brexit et de signature d’accords commerciaux bilatéraux avec d’autres pays ainsi que de controverse au sein du Parti travailliste britannique, constituera la deuxième visite officielle seulement d’un membre de la famille royale depuis la création de l’État d’Israël en 1948.

Son Altesse royale le Prince de Galles doit assister au Forum mondial de la Shoah à Jérusalem pour commémorer le 75e anniversaire de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau le 23 janvier 2020.

Au musée-mémorial de Yad Vashem, le prince sera entouré d’une dizaine d’autres dirigeants du monde et accueilli par le président Reuven Rivlin. D’après ce dernier, les présidents russe, français, allemand, italien et autrichien, ainsi que les rois d’Espagne et de Belgique, ainsi que plusieurs autres dignitaires ont confirmé leur présence à l’événement. L’Élysée n’a pas confirmé la venue du président Emmanuel Macron auprès du Times of Israël en français.

Le premier fils de la Reine Elizabeth et héritier de la couronne ne sera pas accompagnée de son épouse Camilla. Mais la Duchesse de Cornouailles participera à la cérémonie du 26 janvier prévue à Auschwitz en compagnie de 200 survivants de la Shoah.

L’ambassadeur britannique en Israël, Neil Wigan, a fait savoir dans un communiqué qu’il était « ravi » de la venue du prince. « Le Prince Charles s’est rendu deux fois en Israël par le passé, et je me réjouis qu’il ait plus de temps cette fois-ci pour en voir plus ».

Le futur monarque s’est en effet déplacé dans le pays en 1995 et en 2016 pour représenter la reine lors des funérailles de Shimon Peres et Yitzhak Rabin, respectivement.

Ces visites, lors desquelles il s’est recueilli sur la sépulture de sa grand-mère paternelle, la Princesse Alice de Battenberg, à l’église Marie-Madeleine sur le mont des Oliviers de Jérusalem, étaient présentées comme des visites privées.

Le prince William visite la tombe de son arrière-grand-mère, la princesse Alice de Battenberg, pendant une visite de l’église Marie-Madeleine, à Jérusalem-Est, le 28 juin 2018. (Crédit : AFP/ POOL / Sebastian Scheiner)

En janvier, néanmoins, il s’agira « de la première fois que le Prince prévoit des visites en Israël et dans les Territoires palestiniens occupés », d’après le communiqué diffusé par son bureau.

À l’invitation du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, le Prince Charles se rendra dans les « territoires palestiniens occupés », où il « représentera le gouvernement britannique ».

Le consul général britannique à Jérusalem, Philip Hall, qui officie de facto comme ambassadeur auprès des Palestiniens, s’est également dit « ravi » de la visite du futur roi dans les territoires palestiniens.

« Cette visite s’appuiera sur la visite du Prince William l’année dernière et permettra au Prince de renforcer les relations chaleureuses et anciennes qu’il entretient dans tout le monde arabe », a réagi le consul dans un communiqué.

Le Prince William rencontre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara à la résidence du Premier ministre à Jérusalem le 26 juin 2018. (Crédit : AFP / Pool / Thomas Coex)

En juin 2018, le Prince William s’est rendu en Israël et dans les territoires palestiniens, marquant la première visite officielle d’un membre de la famille royale britannique dans l’État d’Israël, après sept décennies de boycott officieux.

Lors de son séjour, le Duc de Cambridge a visité le Dôme du rocher, la mosquée d’Al-Aqsa, l’église du Saint-Sépulcre et le mur Occidental et a rencontré des Israéliens et des Palestiniens lors de réceptions distinctes à Tel Aviv et Jérusalem.

« Cette région possède une histoire compliquée et tragique — au cours du siècle passé, la population du Moyen-Orient a connu une tristesse et des pertes immenses. L’espoir et la réconciliation n’ont jamais été davantage nécessaires », avait déclaré le Prince William lors des deux événements. « Je sais que je partage avec vous tous, ainsi que vos voisins, la volonté d’une paix juste et durable ».

À Tel Aviv, le fils aîné du Prince Charles a salué l’excellent état des relations bilatérales ainsi que la « vitalité fondamentale » d’Israël.

Le diplomate jordanien Nizar al-Qaissi, à gauche, s’est joint aux officiels du Waqf et au mufti palestinien de Jérusalem pour saluer le prince William sur le mont du Temple dans la vieille ville de Jérusalem, le 28 juin 2018. (Consulat général britannique de Jérusalem)

Des hauts responsables israéliens étaient mécontents que les visites du prince au-delà des lignes de 1967, y compris à Jérusalem-Est, n’aient pas été organisées dans l’ambassade britannique à Tel Aviv, mais sous les auspices du consulat de Jérusalem, qui se situe dans le quartier de Sheikh Jarrah dans la partie orientale de la ville.

L’itinéraire officiel du Duc de Cambridge, divulgué quelques jours avant son arrivée, a fait référence à la Vieille Ville de Jérusalem comme relevant des « territoires palestiniens occupés ».

Sur le mont du Temple, le prince William, également connu sous le nom de duc de Cambridge, a été accueilli par Nizar al-Qaissi, un diplomate jordanien de la mission diplomatique du royaume à Ramallah, contre la volonté des autorités israéliennes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...