Rechercher

Préparatifs pour Lag BaOmer : les députés approuvent les règlements de sécurité

Après la tragédie de 2021, qui a couté la vie à 45 personnes, l’accès se fera sur présentation d’un billet d’entrée, valable 4 heures, et un seul feu de joie sera autorisé

Des milliers de juifs ultra-orthodoxes se réunissent pour célébrer Lag BaOmer, sur le mont Meron, dans le nord d’Israël, le 29 avril 2021 (Crédit : David Cohen/Flash90)
Des milliers de juifs ultra-orthodoxes se réunissent pour célébrer Lag BaOmer, sur le mont Meron, dans le nord d’Israël, le 29 avril 2021 (Crédit : David Cohen/Flash90)

La commission de sécurité intérieure de la Knesset a approuvé, mardi, les règles de sécurité pour les célébrations de Lag BaOmer au mont Meron la semaine prochaine.

Cette décision intervient un an après que 45 personnes ont été tuées, à cette même occasion, dans un mouvement de foule dans le nord d’Israël. Chaque année, à l’occasion d’un pèlerinage nocturne commémorant la mort de Rabbi Shimon bar Yochai, des centaines de milliers de fidèles se rendent au mont Meron, qui abrite, au sommet de la montagne, la tombe du sage du 2e siècle.

Selon les règlements du ministère de la Justice, du ministère des Affaires religieuses et de la police, un maximum de 16 000 personnes seront autorisées à accéder en même temps au site dans la nuit de mercredi à jeudi, jour de la célébration.

Le site ne sera plus libre d’accès, comme par le passé, et l’entrée sera désormais conditionnée à l’achat préalable d’un billet.

Trois options de transport et d’admission s’offrent aux fidèles: les transports en commun, dont le billet constitue le permis d’entrée sur le site, les autobus privés transportant jusqu’à 50 passagers, avec acheminement au site par une navette sur présentation d’un billet ou encore le véhicule privé, nécessitant également un billet pour l’acheminement en navette depuis le parking.

Aucun véhicule privé ne pourra accéder à la montagne.

Les habitants de la communauté de Meron devront également se munir de billets d’entrée pour accéder à l’enceinte de la célébration. Ces billets peuvent être obtenus auprès des services municipaux.

Le temps de présence de chaque fidèle sera limité à quatre heures, afin de permettre à chacun d’accéder au site. Il n’est, pour l’heure, pas précisé comment s’effectuera le contrôle de cette disposition.

llustration : Vue du mont Meron en Haute-Galilée, le 4 février 2018.(Crédit : Yaakov Lederman/Flash90)

Pendant la célébration, un seul feu de joie sera autorisé, en surplomb du complexe funéraire, et placé sous la responsabilité – comme le veut la tradition – du rabbin de la mouvance hassidique de Boyan. Aucun autre feu de joie ou événement additionnel ne sera autorisé sans avoir été approuvé au préalable par le chef du Conseil régional de Merom Galil.

Les fidèles ne pourront pas stationner devant la tombe de Bar Yochai, mais circuleront de manière fluide, à la manière d’un tapis roulant. Une zone à l’écart permettra, à ceux qui le souhaitent, de prendre le temps de prier.

Ce nouveau dispositif fait suite à l’avis de la procureure générale Gali Baharav-Miara, indiquant qu’aucune procédure pénale ne pourrait avoir lieu contre les contrevenants en l’absence de réglementation.

La tragédie s’était produite le 30 avril 2021, lorsque des milliers de fidèles s’étaient engagés en même temps sur une passerelle étroite. La chute de certains, sur la passerelle, avait entrainé celle de fidèles dans les escaliers proches puis, en contrebas, sur d’autres fidèles, dans un effet « domino » fatal.

L’accident avait été imputé à des remparts et passerelles mal fixés, ainsi qu’à l’absence de jauge de sécurité sur le site. En outre, le complexe du mont Meron était administré, par zones, par différents groupes ultra-orthodoxes, ce qui a complexifié l’organisation.

Une commission d’enquête d’État est en cours, ralentie depuis janvier à la suite du décès de Miriam Naor, sa responsable.

La Knesset a débloqué, cette semaine, une subvention de 500 000 shekels au titre de « premier secours » aux familles des 45 victimes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...