Proclamer la victoire trop tôt, trop souvent : revue de presse du 3 mars
Rechercher
Revue de presse

Proclamer la victoire trop tôt, trop souvent : revue de presse du 3 mars

La presse a déclaré Netanyahu vainqueur sur la base des sondages à la sortie des urnes et des premiers résultats ; qu'est-ce qui pourrait mal tourner ?

Des bénévoles trient des affiches électorales à l'effigie du Premier ministre Benjamin Netanyahu, au siège de la campagne électorale du parti Likud à Tel Aviv, le 2 mars 2020. (Jack GUEZ / AFP)
Des bénévoles trient des affiches électorales à l'effigie du Premier ministre Benjamin Netanyahu, au siège de la campagne électorale du parti Likud à Tel Aviv, le 2 mars 2020. (Jack GUEZ / AFP)

1. Vous voulez le couronner, alors allez-y : il n’y a pas deux façons de le faire. La presse de mardi matin déclare le leader du Likud Benjamin Netanyahu vainqueur de l’élection de lundi.

• Les gros titres de mardi matin sont loin de la confusion des élections 2.0, où personne ne savait que faire des sondages à la sortie des urnes.

• Même dans la version 1.0, cependant, comme l’ont montré les sondages à la sortie des urnes lui donnant une large victoire et les hypothèses sur Yisrael Beytenu, conduisaient presque tout le monde à penser qu’il était un verrou pour la coalition de droite, la victoire de Netanyahu n’a pas été déclarée noir sur blanc comme c’est le cas ici.

• « Le message des élections est clair : sortir de l’impasse signifie passer par Netanyahu », écrit Nahum Barnea de Yedioth Ahronoth, en mettant tous ses œufs dans le même panier.

• La une du journal, en pleine page, présente une immense photo, inclinée et pas très bonne de Netanyahu faisant un selfie et un mot sur le côté « Victoire ». Qu’est-ce que cela veut dire ?

Israel Hayom, qui aime le Likud, est encore plus direct, au sens propre et au sens figuré (bien qu’il fasse également sa première page en grand format), en déclarant que « le peuple a parlé ».

• « Le public a voté comme il a voté, et aucun message ne pourrait être plus clair », écrit Mati Tuchfeld dans le quotidien.

Haaretz, qui souhaitait que Netanyahu perde, se montre plus réservé, faisant preuve de courage et notant en une que le bloc de droite dispose de 60 sièges et que le Likud devance Kakhol lavan de 3 à 5 mandats.

2. Les sondeurs d’opinion : ces titres déclaratifs sont d’autant plus audacieux qu’ils sont basés sur les données des sondages de sortie des bureaux de vote, qui sont notoirement peu fiables, et imprimés en sachant qu’au moment où ils seront publiés, la plupart des votes auront été décomptés, créant ainsi l’occasion parfaite pour un moment du type « Dewey bat Truman« .

• Les sondages de sortie des urnes ne sont même pas fiables, les révisions effectuées vers 1 heure du matin montrant la droite avec seulement 59 sièges, et changeant complètement les commentaires.

• « Si nous parlons de 58 sièges, nous pourrions évoquer une autre élection ou un gouvernement minoritaire », déclare Amit Segal, de la Douzième chaîne de télévision.

• Sans parler du manque de fiabilité des sondages à la sortie des bureaux de vote dans le passé. Les résultats étaient encore si surprenants, apparemment, que le sondeur Camil Fuchs a risqué d’enfreindre la loi en passant à la télévision alors que le vote était encore en cours et en déclarant que le prochain sondage à la sortie des urnes « sera l’un des plus intéressants que nous ayons jamais eu… Nous voyons des choses auxquelles nous n’avions pas pensé ».

• Apparemment, il s’agissait d’une référence à la montée en puissance du Likud, dont personne n’aurait pu imaginer qu’il obtiendrait un ou deux sièges de plus que ce que les sondages avaient montré quelques jours auparavant. Bien que deux des sondages à la sortie des bureaux de vote montrent qu’il en a obtenu 37, les graphiques et autres éléments concernant les personnes qui seront à la Knesset ne mentionnent que les noms de 36 députés.

• D’autres éléments indiquent que les sondages de sortie des urnes ont été divulgués prématurément. Dans un article sur la victoire du Likud, Raphael Ahren, du Times of Israel, note qu’avant même leur publication, les gens disaient que le parti avait obtenu 37 sièges et Kakhol lavan 30 ou moins.

3. Comptage provisoire : heureusement pour les publications imprimées, le décompte des votes est apparemment retardé (à 7h30, seuls 24 % des résultats sont affichés, contre plus de 90 % à cette heure en septembre), si bien que les sondages à la sortie des bureaux de vote sont toujours considérés comme le véritable baromètre de l’évolution de la situation, du moins pour l’instant, et sont toujours affichés en bonne place sur les sites d’information.

• Grâce à la composition géographique de la population israélienne, les résultats réels affichés au compte-gouttes sur le site de la commission centrale électorale peuvent varier considérablement selon l’endroit d’où ils sont publiés (à 6h50 du matin, les deux principaux partis ultra-orthodoxes pouvaient presque former une coalition à eux seuls).

• Walla rapporte que les votes ont été effectivement comptabilisés, mais qu’ils ne sont pas encore publiés.

• Interrogé sur ce retard, la responsable des élections, Orly Adas, a déclaré à la Douzième chaîne qu’elle préférait que les résultats soient vérifiés pour s’assurer qu’ils soient aussi précis que possible avant leur publication, en précisant qu’ils « prenaient des mesures supplémentaires » pour s’assurer qu’ils étaient prêts à être publiés.

• Ynet rapporte que la nuit pourrait passer avant que les résultats complets ne soient publiés (moins les soldats et les personnes hospitalisées).

• Sans parler de la question de savoir qui comptera les bulletins de vote des électeurs mis en quarantaine pour cause de coronavirus. Selon plusieurs informations, les agents électoraux refusaient de toucher ces bulletins.

• Dedy Markovich, de la chaîne Kan, a rapporté sur Twitter qu’ils sont conservés dans un entrepôt dans la ville de Shoham en attendant. « C’est une chose vraiment stupide que je ne peux pas comprendre », a-t-il écrit.

4. Déluge de commentaires sur le vif : la lenteur de la publication des résultats réels n’empêche pas les « analyses à chaud » de jaillir à la vitesse de l’éclair et chaque site d’information est truffé de suffisamment « d’analyses” (la plupart d’entre elles ne sont que des opinions sans grande valeur analytique) pour remplir un entrepôt de « corona-votes ».

Haaretz, qui malgré son grand format, ne présente sur sa page d’accueil aucune information autre que les gros titres, tel un tabloïd, remplit la majeure partie de ses pages d’une avalanche d’analyses.

• Sur les trois principales chaînes, des kumsitzes [spectacles] ont été organisés toute la nuit autour de la table du présentateur, avec des analystes, des responsables politiques, des journalistes, des assistants et tous ceux qu’ils pouvaient faire entrer dans la salle à 3 heures du matin pour discuter de tout, de la direction que prend le pays à l’avenir juridique de Netanyahu, à qui peut crier le plus fort, ce qui les rend plus justifiés.

• Cela inclut le député du Likud Miki Zohar, qui s’est pour ainsi dire installé dans le studio de la Douzième chaîne (à 7 heures du matin, il y était apparemment depuis cinq heures. Entre autres choses, il a expliqué à la chaîne que le plan du Likud est de rallier un ou deux députés de l’autre camp pour compléter la coalition, notamment en modifiant les lois sur le financement des campagnes électorales pour s’assurer qu’il n’y ait pas de sanctions).

• Kan a pris le temps de retranscrire les « réactions orageuses » aux sondages de sortie des urnes lors d’un de ces échanges.

• Dans Zman Yisrael, Avner Hofstein écrit que les Israéliens adorent regarder leurs émissions d’information, mais n’aiment pas nécessairement le travail des journaux télévisés : « Ce sont des gens qui pensaient autrefois que les infos étaient la base de la démocratie, mais qui craignent depuis des années que le journalisme israélien ait perdu son âme et trompe ses clients ».

• Il suppose que ce changement est peut-être dû à la télé-réalité et à sa volonté de faire appel à l’émotion. « Le résultat est que de nombreux journalistes convainquent le public de ne penser qu’avec son cœur et ses tripes, et presque jamais avec sa tête. »

5. Pas de justice, pas de problème : en mettant ses idées en pratique dans Haaretz, Yossi Verter écrit que oui, Netanyahu a gagné, mais qu’il est de toute façon trop tard pour lui.

• « Même s’il forme une coalition de 61 personnes, le train du procès a quitté la gare. Son objectif, échapper à la justice, n’a pas été atteint et ne le sera pas ».

• D’autres ne sont pas si sûrs qu’il échappe à la justice et aperçoivent la perspective d’une bataille à venir. Ben-Dror Yemini, de Yedioth, écrit que les électeurs ont prouvé qu’ils croyaient en Netanyahu, et non en la communauté des forces de l’ordre. « 60 sièges ont dit oui à Netanyahu et non à Shai Nitzan [ancien procureur] ».

• Shalom Yerushalmi, de Zman, écrit que l’argument selon lequel le peuple a parlé est exactement ce que Netanyahu utilisera devant les tribunaux pour faire valoir qu’ils ne peuvent pas le toucher. « Nous assistons à un affrontement sans précédent, peut-être même à une crise constitutionnelle, entre la Knesset et les autorités judiciaires et les gardes-fou ».

• Dans Israel Hayom, Amnon Lord qualifie l’élection de « vote de défiance à l’égard du système judiciaire ».

• « Le public israélien préfère Netanyahu, même avec les trois actes d’accusation que divers acteurs ont réussi à lui coller », écrit-il.

6. Comment le scrutin a été gagné : la victoire de Netanyahu est considérée comme suffisamment solide pour que même certains critiques ne puissent s’empêcher de s’émerveiller.

• « Il a prouvé qu’il n’a pas d’équivalent en Israël, peut-être dans le monde, lorsqu’il s’agit d’organiser une élection », écrit Sima Kadmon du Yedioth.

Comment a-t-il fait ? David Horovitz, du Times of Israel, écrit qu’il a été stimulé « par une campagne extrêmement efficace pour faire voter les électeurs, qui, entre autres éléments, a utilisé les données du registre électoral national pour cibler les électeurs du Likud et les électeurs potentiels du Likud, et s’assurer qu’ils se rendent effectivement aux urnes » (le fameux Big Data salué par Netanyahu lui-même cette nuit).

• « Et son allégation selon laquelle Kakhol lavan envisageait de former une coalition minoritaire, avec le soutien extérieur de la Liste arabe unie composée principalement de partis arabes – une affirmation démentie par Gantz, mais confirmée par le leader travailliste Amir Peretz – a probablement aliéné des pans entiers d’électeurs potentiels de Kakhol lavan », ajoute-t-il.

Ravit Hecht, de Haaretz, qualifie cette dernière de « campagne particulièrement méchante, réalisant l’incroyable : déplacer les électeurs du bloc de centre-gauche vers son camp juste avant son procès imminent ».

• Mais elle estime que la véritable info est la façon dont Netanyahu a réussi à réunir sa base – des gens « qui adorent sa cruauté » – avec « des gens qui en avaient assez de toutes les élections et de l’incertitude, préférant se soumettre à son pouvoir ». Ce sont eux qui ont fait pencher la balance – non seulement politiquement, mais aussi moralement. Israël a dit un oui retentissant au message révolutionnaire de Netanyahu : tout est permis dans un Israël dissolu ».

• Elad Simchayoff, de la Douzième chaîne, écrit que Netanyahu a peut-être appris du leader britannique Boris Johnson, qui a réussi à gagner des électeurs qui voulaient juste en finir avec le Brexit et étaient prêts à se pincer le nez.

• « Il est possible qu’à Balfour [résidence officielle du Premier ministre d’Israël, ndlr] ils aient compris que le malheur des gens face à la crise politique ici était si profond et que certains étaient prêts à voter pour n’importe qui pourvu qu’ils puissent sortir de l’impasse », écrit-il.

7. Détester le jeu, pas les joueurs : alors, où allons-nous maintenant ? Malgré les déclarations d’une victoire massive et d’une lourde défaite pour Kakhol lavan, certains continuent de croire que l’unité est possible.

Anshel Pfeffer, de Haaretz, note qu’aucun des dirigeants ne s’est explicitement prononcé contre l’unité dans leurs discours et a semblé laisser cette possibilité ouverte : « Gantz n’a pas la possibilité de former sa propre coalition. Au lieu d’attendre que Netanyahu rallie des isolés et fomente une scission à Kakhol Lavan issue du chaos de l’opposition, il a fait une proposition à Netanyahu dans son discours. ‘Les procédures pénales doivent être traitées au tribunal’, a-t-il déclaré, rappelant à ses partisans que « dans deux semaines, Benjamin Netanyahu siégera sur le banc des accusés dans un tribunal israélien pour trois crimes graves ». Contrairement à ce qu’il avait dit pendant la campagne, Gantz n’a pas ajouté cette fois-ci que cela disqualifiait Netanyahu pour le poste de Premier ministre ».

• Raoul Wootliff note dans le Times of Israel : « Dans un changement de ton par rapport à sa rhétorique de campagne, Netanyahu a apparemment lancé un appel en direction des autres partis politiques, en disant dans son discours à Tel Aviv, devant des militants du Likud très enthousiastes : ‘Nous devons éviter d’autres élections. Il est temps d’apaiser les tensions. Il est temps de se réconcilier' ».

• Mais il a ajouté : « Pour que Gantz rejoigne un gouvernement Netanyahu, il faudrait qu’il revienne complètement sur sa promesse de campagne de ne pas servir sous un Premier ministre qui est accusé, en revenant sur ses dizaines de serments de ne jamais le faire. »

• Akiva Bigman d’Israel Hayom écrit que « dans toute situation normale, les résultats des trois élections conduiraient à un gouvernement stable dans une constellation ou une autre. Il n’y a aucune raison de continuer à être en colère, à part cette obsession autour de Netanyahu ».

• Même si les chiffres n’exigent pas l’unité, l’ancienne ministre du Likud Limor Livnat a écrit dans le Yedioth que « après une campagne aussi sale… il est nécessaire de clore la fissure, de panser les blessures et d’unir la société israélienne ».

Mais à quel prix ?

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...