Propos négationnistes : le patron du FN à Nice suspendu et exclu du groupe FN du Conseil régional
Rechercher

Propos négationnistes : le patron du FN à Nice suspendu et exclu du groupe FN du Conseil régional

"Il n'y a pas eu de morts de masse comme ça a été dit", a entre autres déclaré Benoît Loeuillet dans un documentaire qui sera diffusé mercredi soir sur C8

Benoît Loeuillet (Crédit : Capture d’écran YouTube)
Benoît Loeuillet (Crédit : Capture d’écran YouTube)

Le Front national a annoncé mercredi que son responsable à Nice Benoît Loeuillet, un ex-dirigeant identitaire, était suspendu du parti en vue de son exclusion pour des propos négationnistes tenus dans un documentaire tourné dans la fédération FN des Alpes-Maritimes.

Dans un communiqué en fin de matinée, Marion Maréchal-Le Pen a annoncé « à compter de ce jour, Monsieur Loeuillet ne fait plus partie du groupe Front national au Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur ».

Ce documentaire, tourné pendant deux mois en caméra cachée, au début de cette année, doit être diffusé mercredi soir sur C8.

« Suite à la révélation de propos qu’il a tenus dans le cadre d’un reportage télévisé qui sera diffusé ce jour, Benoît Loeuillet est suspendu du Front national et sera convoqué très prochainement devant les instances disciplinaires du mouvement en vue de son exclusion », a déclaré le secrétaire général du FN, Nicolas Bay, dans un communiqué.

Benoît Loeuillet est un ex-dirigeant de Nissa Rebela, branche locale du mouvement identitaire, et depuis fin 2015 conseiller régional FN en Paca.

« Lorsqu’il a demandé à adhérer au Front national puis sollicité une investiture aux élections régionales de décembre 2015, M. Loeuillet n’a bien sûr jamais exprimé de telles idées qui, rappelons-le, n’ont pas leur place au Front national », assure Nicolas Bay, souhaitant que l’élu ait « l’honnêteté de démissionner de son mandat de conseiller régional ».

Filmé dans ce documentaire dans la Librairie du Paillon qu’il gère à Nice, Benoît Loeuillet présente plusieurs livres qu’il vend, dont des livres d’Adolf Hitler ou de Robert Faurisson, régulièrement condamné pour nier la réalité de la Shoah.

Il dit d’abord qu’il « ne sait pas trop quoi penser de la thèse révisionniste. C’est compliqué. Bon, après, je pense qu’il n’y a pas eu autant de morts. Il n’y a pas eu 6 millions ».

« Il n’y a pas eu de morts de masse comme ça a été dit », ajoute-t-il ensuite.

Une édition allemande de "Mein Kampf" ('Mon Combat') d'Adolf Hitler’s à la Librairie régionale et centrale de Berlin (Zentrale Landesbibliothek, ZLB) à Berlin, Allemagne, le 7 débembre 2015 (Crédit : AFP/Tobias Schwarz)
Une édition allemande de « Mein Kampf » (‘Mon Combat’) d’Adolf Hitler’s à la Librairie régionale et centrale de Berlin (Zentrale Landesbibliothek, ZLB) à Berlin, Allemagne, le 7 débembre 2015 (Crédit : AFP/Tobias Schwarz)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...