Quand le prince héritier saoudien rencontre des rabbins à New York
Rechercher

Quand le prince héritier saoudien rencontre des rabbins à New York

Mohammed ben Salmane s'est adressé aux leaders catholiques et juifs lors d'un dialogue interconfessionnel pour faire la démonstration "des liens communs parmi les peuples"

Le prince héritier Mohammed ben Salman lors d'une réunion aux Nations unies le 27 mars 2018 à New York (Crédit : AFP PHOTO / Bryan R. Smith)
Le prince héritier Mohammed ben Salman lors d'une réunion aux Nations unies le 27 mars 2018 à New York (Crédit : AFP PHOTO / Bryan R. Smith)

Le prince héritier Mohammed ben Salmane a rencontré mercredi un groupe de chefs juifs et catholiques à New York lors d’une rare démonstration de dialogue interconfessionnel.

Le prince Mohammed a rencontré le rabbin Steven Wernick, le chef de la synagogue unie du judaïsme conservateur ; le rabbin Rick Jacobs, président de l’Union du judaïsme réformé ; Allen Fagin, vice-président exécutif de l’Union orthodoxe ; le révérend Bernardito Cleopas Auza, observateur permanent du Saint-siège aux Nations unies, et l’évêque James Massa du diocèse de Brooklyn.

L’ambassade saoudienne à Washington a indiqué que la réunion avait été l’occasion de « souligner le lien commun entre les peuples, en particulier les peuples de foi, mettant en valeur l’importance de la tolérance, de la coexistence, et du travail à livrer tous ensemble pour un meilleur avenir pour toute l’humanité ».

Ce communiqué de l’ambassade a ajouté que « le royaume d’Arabie saoudite a toujours élargi le dialogue et il continuera à le faire et à construire une meilleur compréhension entre les confessions, se concentrant sur l’humanité partagée entre tous les peuples ».

Aucun détail spécifique portant sur les sujets abordés par les chefs religieux et le prince héritier n’a filtré.

Malgré les rhétoriques récentes de tolérance et de réformes au sein de l’Arabie saoudite, le royaume interdit encore tout symbole des religions juive et chrétienne.

Sur la page officielle des douanes de l’Arabie saoudite, le pays interdit explicitement l’importation de « l’étoile à six branches », des « arbres de Noël » et de la « croix ou tout autre produit, image, inscription, dessin, récitation, phrases – notamment dans les livres, les prospectus et autres publications – films et vidéos contraires à la foi et à la morale islamique ou aux régulations sur les publications.

Lors d’un événement majeur survenu l’année dernière en Arabie saoudite, le prince Mohammed a écarté son cousin, plus âgé et plus expérimenté, dans la succession au trône de son père, se positionnant à la tête de la politique saoudienne pour les décennies à venir.

La semaine dernière, le prince héritier âgé de 32 ans a rencontré le président américain Donald Trump à la Maison Blanche à l’occasion d’un séjour aux Etats-Unis qui devrait durer trois semaines.

Cette visite survient alors que les Etats-Unis et une grande partie des pays occidentaux sont encore au stade de la découverte de la personnalité du prince Mohammed, mieux connu sous ses initiales, MBS, dont le programme révolutionnaire de changements sociaux sur le territoire saoudien et d’assurance à l’étranger a donné un nouveau souffle à des décennies de gouvernance en Arabie saoudite.

« Ce n’est pas la vraie Arabie saoudite », a commenté récemment le prince Mohammed en évoquant la version rigoriste de l’islam qu’un grand nombre d’étrangers associent au royaume. Il a expliqué qu’il tentait de restaurer la société plus tolérante et plus égalitaire qui existait avant que les ultra-conservateurs saoudiens ne prennent le dessus, en 1979. Il a déclaré à CBS News : « Nous avons été des victimes, en particulier ma génération qui a énormément souffert de tout ça ».

C’est un message qui a permis au prince Mohammed de gagner des admirateurs aux Etats-Unis. Il a autorisé les femmes à passer leur permis de conduire et a rouvert les cinémas qui avaient été fermés depuis les années 1980.

Le prince héritier est en train de transformer l’Arabie saoudite en « pays normal où des gens normaux vivent des vies normales », a commenté devant les journalistes avant la visite du jeune souverain le ministre des Affaires étrangères saoudien, Adel al-Jubeir.

L’ambassadeur saoudien aux États-Unis Adel bin Ahmed Al-Jubeir annonce que l’Arabie saoudite mène des frappes aériennes militaires au Yémen lors d’une conférence de presse- 25 mars 2015 (Crédit : Chip Somodevilla / Getty Images / AFP)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...