Quatre ados soupçonnés d’avoir violé une fillette de 11 ans
Rechercher

Quatre ados soupçonnés d’avoir violé une fillette de 11 ans

Les suspects, âgés de 12 et 13 ans, auraient filmé leur acte et partagé la vidéo avec leurs amis ; ils ont eu le droit de retourner à l'école après avoir été interrogés

Photo d'illustration : Une adolescente victimes de violence (Crédit :Tunatura; iStock by Getty Images)
Photo d'illustration : Une adolescente victimes de violence (Crédit :Tunatura; iStock by Getty Images)

Un groupe de jeunes garçons, âgés de 12 et 13 ans, est soupçonné d’avoir violé à maintes reprises une fillette de 11 ans il y a plusieurs mois.

Les viols ont été filmés et une vidéo a été partagée auprès de leurs amis, selon la Treizième chaîne.

La victime aurait été invitée à une fête dans un bâtiment abandonné, il y a trois mois.

Là-bas, les quatre suspects l’auraient violé à plusieurs reprises, sous la menace d’un couteau qu’ils auraient posé sous la gorge de l’enfant tout en filmant l’agression.

Les abus sexuels des suspects présumés auraient continué pendant plusieurs jours, les adolescents menaçant de diffuser la vidéo si elle n’acceptait pas de coopérer ou si elle se confiait sur son supplice.

Selon des informations transmises par les médias israéliens, les suspects ont été interrogés par la police puis libérés en raison de leur âge. Ils ont été autorisés à retourner à l’école.

La fillette, pour sa part, a été prise en charge dans un hôpital psychiatrique et souffrirait d’un syndrome de stress post-traumatique. Son état serait grave.

Les parents de la victime ont confié mardi avoir découvert ce qu’avait vécu leur fille après la diffusion de la vidéo, dont ils avaient appris l’existence.

« Elle était menacée et avait peur », a déclaré le père de l’enfant au micro de la radio militaire. « Elle se sent coupable et tout a été déployé pour qu’elle se sente coupable. Nous essayons de la soutenir mais elle va très mal. Elle pleure… Elle n’arrive pas à comprendre pourquoi les garçons ont été libérés alors qu’elle se trouve enfermée ici, loin de chez elle. »

Le père a ajouté que la famille avait dû se cacher après les menaces proférées par le frère de l’un des suspects, qui n’avait pas apprécié les commentaires des parents sur le dossier. L’homme a été assigné à domicile.

La fillette devait fêter sa bat-mitzvah avant la révélation de l’affaire. L’avocat de la famille, Hillel Babayev, a déclaré à la radio militaire qu’au « lieu de célébrer sa bat-mitzvah, elle passe son temps auprès des psychiatres et des psychologues ».

Pour sa part, le père de l’un des suspects a déclaré à la Treizième chaîne que « la fille souhaitait » ces relations sexuelles imposées, ajoutant être « désolé pour elle. Je ne sais pas quelle sorte d’éducation elle a reçue ».

Il a également qualifié la distribution de la vidéo par les enfants de « bêtise de gamin ».

La police a annoncé que le dossier était actuellement examiné par les procureurs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...