Quelques heures avant la fermeture des frontières, 72 Ethiopiens font l’alyah
Rechercher

Quelques heures avant la fermeture des frontières, 72 Ethiopiens font l’alyah

Sur fond d'accusations d'âgisme et après un processus d'immigration frustrant, 14 familles de Falash Mura retrouvent leurs proches israéliens ; des centaines d'autres attendent

  • Des immigrants éthiopiens peu après leur arrivée à l'aéroport Ben Gurion, le 24 mars 2020. (Michael Dimenstein/ GPO)tein / GPO.
    Des immigrants éthiopiens peu après leur arrivée à l'aéroport Ben Gurion, le 24 mars 2020. (Michael Dimenstein/ GPO)tein / GPO.
  • Un immigrant éthiopien s'agenouille peu après son arrivée à l'aéroport Ben Gurion, le 24 mars 2020. (Michael Dimenstein/ GPO)
    Un immigrant éthiopien s'agenouille peu après son arrivée à l'aéroport Ben Gurion, le 24 mars 2020. (Michael Dimenstein/ GPO)
  • Des immigrants éthiopiens peu après leur arrivée à l'aéroport Ben Gurion, le 14 mars 2020. (Michael Dimenstein/ GPO)
    Des immigrants éthiopiens peu après leur arrivée à l'aéroport Ben Gurion, le 14 mars 2020. (Michael Dimenstein/ GPO)
  • Des immigrants éthiopiens en partance pour Israël à l'aéroport Addis-Abeba, le 23 mars 2020. (Crédit: Avraham Neguise)
    Des immigrants éthiopiens en partance pour Israël à l'aéroport Addis-Abeba, le 23 mars 2020. (Crédit: Avraham Neguise)

Quelques heures avant que l’Ethiopie ne ferme officiellement ses frontières terrestres pour empêcher la propagation du coronavirus, un groupe de 14 familles éthiopiennes – totalisant 72 nouveaux immigrants – a atterri à l’aéroport Ben-Gurion avant l’aube le 24 mars. Leur arrivée survient une semaine après que le gouvernement israélien a initialement reporté la naturalisation d’un total de 250 Éthiopiens dont l’immigration avait été promise avant les élections nationales du 2 mars.

Un porte-parole du ministère de l’Alyah et de l’Intégration a déclaré dans un courriel la semaine dernière que le bureau du Premier ministre avait interdit les vols en raison de la crise du coronavirus.

Le gouvernement est revenu sur cette décision cette semaine et a annoncé dans une déclaration écrite que toute personne détenant un visa d’immigration valide était autorisée à immigrer en Israël en vertu de la loi du retour.

« J’ai été très attristé la semaine dernière par la suspension de l’alyah [l’immigration] », a déclaré l’ancien membre de la Knesset Avraham Neguise, qui défend les intérêts des Israéliens éthiopiens. « Je suis très heureux pour les immigrés, qui réalisent leur rêve de longue date, et pour leurs familles, qui attendent de les voir ».

Malgré sa satisfaction de voir les premiers arrivants, Neguise, né en Éthiopie, qui a présidé la commission de la Knesset sur l’Immigration, l’Intégration et les affaires de la Diaspora de 2015 à 2019, a protesté contre le fait que le dernier pont aérien n’incluait pas les personnes de plus de 60 ans.

« Je suis ravi que les ministres [du gouvernement israélien] aient changé d’avis et aient relancé l’immigration en provenance d’Ethiopie », a déclaré Neguise au Times of Israël par téléphone. « Cependant, ma joie n’est pas entière compte tenu de la politique de discrimination à l’égard des plus de 60 ans qui ont été laissées derrière ».

« Cette politique n’est pas acceptable », a-t-il déclaré. « Ils doivent eux aussi être emmenés en Israël pour réaliser leur rêve de retourner à Sion, la patrie juive. Qu’il y ait ou non le coronavirus, j’appelle le gouvernement d’Israël à reconsidérer sa politique de discrimination fondée sur l’âge ».

Avraham Neguise, député du Likud et président de la commission pour l’Immigration, l’Intégration et la Diaspora de la Knesset. (Crédit : GPO)

A l’inverse, Neguise a évoqué l’exemple un groupe d’immigrants d’Amérique du nord qui est arrivé en Israël la semaine dernière. Nefesh B’Nefesh avait alors confirmé que les nouveaux immigrants en provenance des Etats-Unis étaient âgés de 9 mois à 73 ans.

« En tant que représentant des Juifs du monde entier, l’Agence juive est responsable de faire venir des Juifs des quatre coins du monde en coopération avec l’Etat d’Israël, a déclaré Neguise. Si cette politique [de discrimination à l’âge] n’a pas été appliquée pour d’autres pays, comme l’Amérique, pourquoi est-elle appliquée pour l’immigration éthiopienne ? »

Interrogé au sujet de possibles politiques discriminatoires sur la base de l’âge, un porte-parole de l’Autorité de la population a déclaré que le gouvernement fixe les critères pour les nouveaux immigrants. En outre, un porte-parole de l’Agence juive a déclaré que les immigrants entrent par ordre d’approbation de leurs demandes d’immigration.

Un immigrant éthiopien s’agenouille peu après son arrivée à l’aéroport Ben Gurion, le 24 mars 2020. (Michael Dimenstein/ GPO)

Les immigrants éthiopiens sont des parents au premier degré de membres de Beta Israël de Gondar et d’Addis Adeba déjà installés en Israël, a déclaré Neguise.

Ils sont des membres de la communauté Falash Mura, des Ethiopiens dont les ancêtres juifs se sont convertis au christianisme il y a des générations, souvent par pression sociale, financière ou politique. Environ 8 000 Ethiopiens avec des parents proches en Israël cherchent à immigrer. Le ministère de l’Intérieur ne les considère pas comme des Juifs, leur immigration n’entre donc pas dans le cadre de la Loi du Retour et requiert des examens spécifiques de dossiers, selon un porte-parole de l’Agence juive.

« Depuis le début du mois de mars, [un total de] 961 immigrants sont arrivés en suivant les directives de quarantaine du ministère de la Santé », notait un communiqué du 24 mars publié par Yoav Gallant, ministre de l’Alyah et de l’Intégration et général de réserve.

« L’Etat d’Israel est le foyer de chaque Juif. Même en ces jours, nous continuons à accueillir des nouveaux arrivants en respectant des règles du ministère de la Santé, a déclaré Gallant. Je suis satisfait et fier que nous ayons pu… faire venir progressivement par avion le reste des Falash Mura et les réunir avec leurs familles en Israël… Même pendant le coronavirus, les immigrants sont bienvenus en Israël ».

Leur arrivée intervient après que le gouvernement a décidé le 9 février d’approuver l’immigration de 398 immigrants éthiopiens, dont 43 sont arrivés à la fin février et 72 mardi.

Des immigrants éthiopiens peu après leur arrivée à l’aéroport Ben Gurion, le 14 mars 2020. (Michael Dimenstein/ GPO)

Lors de la période d’isolement, les immigrants sont placés en quarantaine dans une auberge de jeunesse réquisitionnée et sont accompagnés par du personnel de l’Agence juive. Après la période de 14 jours, ils seront intégrés comme à l’habitude dans les centres d’intégration en Israël, selon le bureau de Gallant.

« Après le début de la crise du coronavirus, les opérations d’alyah de l’Agence juive fonctionnent en mode d’urgence… afin de pouvoir recevoir tous les nouveaux olim [immigrants] et de les aider à s’installer le plus efficacement possible, conformément à toutes les instructions du gouvernement », a déclaré un porte-parole de l’Agence juive au Times of Israël dans un email.

Le périple des nouveaux immigrants a commencé avec un voyage en bus de 12 heure depuis la ville du nord de Gondar jusqu’à Addis-Adeba. Leur vol est parti peu avant minuit lundi soir et est arrivé en Israël à 3h du matin.

L’Agence juive a confirmé que les deux groupes restants de Juifs éthiopiens, qui devaient auparavant arriver les 25 et 31 mars, seront accueillis en Israël à une date indéterminée.

Des immigrants éthiopiens en partance pour Israël à l’aéroport Addis-Abeba, le 23 mars 2020. (Crédit: Avraham Neguise)

Les billets d’avions ont été pris en charge par l’Ambassade chrétienne internationale de Jérusalem (ICEJ), a déclaré le porte-parole David Parsons au Times of Israël par téléphone. L’ICEJ donne aussi des paniers en cadeau pour Pessah avec de la nourriture, des jeux, des matériels éducatifs et d’autres articles. L’immigration éthiopienne est également soutenue par les Fédérations juives d’Amérique du nord, Keren Hayesod-UIA et les amis d’Israël du monde entier, selon le porte-parole de l’Agence juive.

Des immigrants éthiopiens peu après leur arrivée à l’aéroport Ben Gurion, le 14 mars 2020. (Michael Dimenstein/ GPO)

« Nous travaillons en respectant les consignes fixées par le ministère de la Santé pour aider les Israéliens autant que possible dans ce moment difficile pour le monde entier, a déclaré Jürgen Bühler, le président de l’ICEJ. Nous savons que c’est dans ces moments difficiles comme maintenant que nos efforts pour bénir et aider Israël comptent le plus ».

Depuis le début de la crise du COVID-19 au début mars, 800 immigrants sont arrivés des Etats-Unis, de Russie, du Brésil, d’Argentine, de France, du Royaume-Uni, d’Ukraine, d’Afrique du sud, d’Australie et d’autres pays, a fait avoir l’Agence juive. Ces prochaines semaines, jusqu’au début de Pessah le 9 avril, l’Agence juive doit se préparer à recevoir 250 autres immigrants du monde entier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...