Ra’anana, ville d’accueil des Olim brésiliens, jumelée avec Rio de Janeiro
Rechercher

Ra’anana, ville d’accueil des Olim brésiliens, jumelée avec Rio de Janeiro

"Rio et Ra'anana sont toutes deux des pôles d'attraction pour les nouveaux arrivants, où chacun se sent chez lui", a déclaré Alberto Klein, président de la fédération juive de Rio

Illustration : des danseurs de samba brésiliens se produisent à Tel-Aviv pour célébrer les Jeux olympiques d'été de Rio le 7 août 2016. (Crédit ; Tomer Neuberg/Flash90)
Illustration : des danseurs de samba brésiliens se produisent à Tel-Aviv pour célébrer les Jeux olympiques d'été de Rio le 7 août 2016. (Crédit ; Tomer Neuberg/Flash90)

JTA – Rio de Janeiro et Ra’anana sont désormais jumelées, pour le plus grand bonheur des immigrants brésiliens qui ont fait de la banlieue chic de Tel-Aviv leur nouveau foyer.

« C’est le résultat de la grande relation entre Israël et le Brésil et du fait que Ra’anana abrite la plus grande population d’immigrants brésiliens dans notre pays », a écrit le maire de Ra’anana, Chaim Broyde, sur les réseaux sociaux lundi. « J’ai l’intention d’exploiter les liens, de promouvoir les questions économiques, commerciales et culturelles entre nos villes. »

Ce jumelage implique une forme d’accord juridique ou social entre deux localités géographiquement et politiquement distinctes dans le but de promouvoir les liens culturels et commerciaux.

Rio n’est pas la première localité à devenir une ville jumelée avec Ra’anana. Elle rejoint Boulogne-Billancourt, Vérone, Atlanta et cinq autres villes.

« Ra’anana est connue pour son accueil chaleureux des immigrants de Rio qui choisissent de commencer une nouvelle vie en Israël », a déclaré à la Jewish Telegraphic Agency Teresa Bergher, membre du conseil de Rio qui a proposé le partenariat en 2015.

« Nous sommes vraiment heureux de renforcer nos liens d’amitié et de fraternité », a ajouté Bergher, dont la famille a co-organisé l’inauguration du mémorial de la Shoah de Rio en décembre.

La nouvelle construction d’immeubles d’appartements à Derech Kfar Nachman dans la ville israélienne de Raanana (Crédit : Hadas Parush / Flash90)

Depuis 2015, Ra’anana est rapidement devenue la principale destination des Brésiliens qui se rendent en Israël, soit en moyenne quelque 650 personnes chaque année, selon l’Agence juive pour Israël. Dans les parcs et les écoles, l’afflux de Brésiliens est palpable partout à Ra’anana.

La ville a été fondée dans les années 1920 par un groupe de New-Yorkais, et environ 20 % de ses habitants ont l’anglais comme langue maternelle. Pour les Juifs brésiliens qui rêvaient autrefois d’immigrer aux États-Unis mais qui ont eu des difficultés à le faire légalement, vivre à Ra’anana – avec son style de vie haut de gamme et sa prépondérance d’anglophones – est la meilleure solution.

La statue du christ rédempteur de Rio de Janeiro illuminée en bleu et blanc pour le 70ème anniversaire d’Israël le 14 mai 2018 (Autorisation du Consulat honoraire israélien à Rio via JTA)

« Rio et Ra’anana sont toutes deux des pôles d’attraction pour les nouveaux arrivants, où chacun se sent chez lui. Les immigrés de Rio peuvent ressentir le même aspect informel de ce lieu d’accueil », a déclaré Alberto Klein, président de la fédération juive de Rio, à la JTA.

La nouvelle s’est rapidement répandue parmi les 300 familles brésiliennes de la ville et a fait la une des journaux au sein de la communauté juive brésilienne, forte de 120 000 personnes. Un seul message sur Viva Israel, un portail d’information juif populaire en portugais, a permis de obtenu plus de 1 500 mentions « J’aime » et partages en seulement quelques heures.

« Je considère cette annonce comme une réussite partagée par nous tous, Brésiliens, qui vivons ici. Notre objectif a toujours été d’aider à stimuler la socialisation des nouveaux immigrants », a déclaré à la JTA Alexandre Gomberg, originaire de Rio et l’un des fondateurs de la communauté brésilienne de Ra’anana.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...