Récent retour de corps de terroristes palestiniens, une « erreur » pour Eizenkot
Rechercher

Récent retour de corps de terroristes palestiniens, une « erreur » pour Eizenkot

Le chef d'état-major a annoncé le changement des protocoles de rapatriement des corps

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Gadi Eizenkot, chef d'état-major de l'armée israélienne, pendant la conférence de Herzliya, le 20 juin 2017. (Crédit : Hagai Fried/conférence de Herzliya)
Gadi Eizenkot, chef d'état-major de l'armée israélienne, pendant la conférence de Herzliya, le 20 juin 2017. (Crédit : Hagai Fried/conférence de Herzliya)

Le chef d’Etat-major a estimé mercredi devant les ministres du cabinet que cela avait été une « erreur » de rendre vendredi dernier les dépouilles de deux terroristes palestiniens à leurs familles pour permettre leur inhumation.

Ces propos sont venus répondre aux critiques publiques sur cette décision, ont fait savoir les responsables.

Cette remarque n’aurait pas concerné la restitution des corps des terroristes de manière générale, mais le cas spécifique de vendredi dernier et la manière dont les dépouilles ont été restituées.

Le chef d’Etat-major israélien, Gadi Eizenkot, a déclaré que les protocoles de rapatriement des corps ont changé suite aux critiques.

Le bureau du ministre de la Défense Avigdor Liberman a fait savoir que le chef militaire avait « clarifié les choses » durant la réunion du cabinet de sécurité et que « le ministre a accepté » les remarques faites par Eizenkot.

La décision de restituer les dépouilles avait été approuvée par Liberman.

Ces dernières années, Israël a rendu les corps de douzaines de terroristes, mais d’une manière qui avait généralement permis de ne pas attirer l’attention publique, souvent à des heures avancées de la nuit ou durant le week-end, ou pendant des jours fériés. L’Etat juif, convaincu que des funérailles publiques encouragent des attentats terroristes supplémentaires, prend également en compte l’accord donné par les familles de terroristes de ne pas organiser ce type d’inhumations.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...