Réfutant les accusations d’Israël, l’Iran dit que ses missiles ont frappé des cibles de l’EI
Rechercher

Réfutant les accusations d’Israël, l’Iran dit que ses missiles ont frappé des cibles de l’EI

Des responsables de la sécurité de Jérusalem avaient moqué les frappes, affirmant que certains missiles iraniens n’avaient même pas atteint la Syrie

Un missile balistique iranien tiré contre des cibles de l'Etat islamique en Syrie, le 18 juin 2017. (Crédit : Corps des gardiens de la révolution islamique)
Un missile balistique iranien tiré contre des cibles de l'Etat islamique en Syrie, le 18 juin 2017. (Crédit : Corps des gardiens de la révolution islamique)

Le responsable de la division aérienne du corps des Gardiens de la révolution iraniens a rejeté les affirmations israéliennes, selon lesquelles la plupart des missiles tirés contre des cibles de l’Etat islamique en Syrie la semaine dernière avaient raté leur cible.

Selon l’agence de presse publique de l’Iran Press TV, le général de brigade Amir Ali Hajizadeh a déclaré que tous les six missiles avaient « frappé leurs cibles avec succès et, à cet égard, nous avons publié des vidéos enregistrées par un drone. »

Des sources israéliennes, qu’Hajizadeh a citées sous le terme de « cercles sionistes », ont indiqué que sept missiles avaient été tirés, et que la plupart étaient tombés en territoire irakien, n’atteignant même pas la Syrie.

Le général iranien a cependant souligné que ce que les Israéliens avaient détecté étaient les « corps détachables » des missiles, selon les termes de Press TV, qui ont été intentionnellement lâchés en plein vol sur le territoire irakien.

Le général de brigade Amir Ali Hajizadeh, responsable des forces aériennes du Corps des gardiens de la révolution iraniens.  (Crédit : capture d'écran YouTube/MEMRI)
Le général de brigade Amir Ali Hajizadeh, responsable des forces aériennes du Corps des gardiens de la révolution iraniens. (Crédit : capture d’écran YouTube/MEMRI)

Selon Hajizadeh, des « dégâts considérables » ont été causés à l’Etat islamique, avec la mort de plus de 170 de ses combattants, dont plusieurs commandants. Un missile aurait aussi frappé un réservoir d’essence de 28 000 litres, déclenchant un « énorme » incendie, a-t-il affirmé.

La frappe était conçue comme un message à tous les partisans des « terroristes » dans la région, a-t-il déclaré, une référence à peine voilée aux opposants sunnites de l’Iran et à Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...