Regev invoque sa « conscience » et s’oppose à la zone mixte du mur Occidental
Rechercher

Regev invoque sa « conscience » et s’oppose à la zone mixte du mur Occidental

Le Premier ministre aurait exclu la ministre de la Culture de la commission sur la construction de la zone mixte après avoir dit qu'elle ne pouvait pas approuver le projet

Miri Regev, ministre de la Culture, arrive au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 31 décembre 2017. (Hadas Parush/Flash90)
Miri Regev, ministre de la Culture, arrive au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 31 décembre 2017. (Hadas Parush/Flash90)

La ministre de la Culture et des Sports Miri Regev a annoncé mercredi qu’elle n’approuverait pas les travaux concernant la zone de prière pluraliste et longtemps retardés du mur Occidental de Jérusalem, invoquant sa conscience et sa « tradition juive ».

Mme Regev dirige la commission chargée de superviser les travaux de la plate-forme égalitaire.

En conséquence, a déclaré Mme Regev lors d’une interview à la radio, le Premier ministre Benjamin Netanyahu prendra en main le dossier afin de faire avancer les travaux.

Regev a écrit sur Facebook qu’elle ne pouvait pas, en toute bonne conscience, accepter les prières mixtes au mur.

« Au cours des derniers mois, j’ai été déchirée », a-t-elle écrit. « Ma conscience ne me laissait pas en paix. Je ne pouvais pas approuver le projet du mur Occidental qui bouleverserait le statu quo. L’exigence du Mouvement réformé de transformer le mur en un lieu où les hommes et les femmes prient ensemble est inacceptable pour moi ou pour la tradition juive. »

« Nous ne sommes pas revenus sur notre site le plus sacré pour le déshonorer », a-t-elle ajouté.

Le chef du mouvement Masorti (Conservative) d’Israël, l’avocat Yizhar Hess, a accusé Regev de céder à des groupes d’intérêts particuliers et a dénoncé son « humiliation des Juifs pour leur judaïsme ».

« Qui êtes-vous, Madame la ministre Regev, pour dire à la majorité du peuple juif, qui prie sans mehitza [séparation des sexes] que leurs prières sont une honte ? », a dit Hess.

La zone de prière pluraliste de l’Arche de Robinson est actuellement sur plusieurs niveaux, avec une petite plate-forme qui touche le mur Occidental. (Amanda Borschel-Dan/ToI)

Les positions actuelles de Mme Regev sont en contraste direct avec celles qu’elle avait exprimées dans ses messages sur Facebook en octobre 2013. Puis, en réponse aux affrontements entre la police et le groupe de prière féministe « Les femmes du mur », Regev a écrit : « En tant que présidente de la commission chargée de permettre à chaque citoyen de prier dans le lieu qui lui est saint, je continuerai à me battre pour la mise en place de la zone mixte à l’Arche de Robinson… J’en ai parlé avec le rabbin du mur Occidental, et nous allons bientôt faire avancer la question des Femmes du mur… ».

Quelques mois plus tard, en mai 2013, Regev a rapporté sur Facebook que les Femmes du Mur ne pouvaient plus prier « selon leur coutume » dans l’espace de prière du mur Occidental. « La solution de l’Arche de Robinson doit être accélérée dans les jours à venir afin de préparer la zone désignée dans un délai très court ».

La décision initiale de construire cette zone remonte au 31 janvier 2016, lorsque le gouvernement – sous l’impulsion de décennies d’activisme de la part des Femmes du Mur – a approuvé le compromis dit du mur Occidental. Négocié patiemment depuis 2012 avec les dirigeants du judaïsme libéral et d’autres personnalités, il prévoyait la construction d’un espace pluraliste permanent. D’autres aspects clés du projet comprenaient une entrée unique partagée avec l’esplanade de prière orthodoxe non mixte, et la création d’une commission de juifs pluralistes pour superviser la zone mixte.

Mais le 25 juin 2017, Netanyahu a gelé le compromis. Tout en supprimant l’entrée commune et la commission d’administration pluraliste, il a toutefois promis de poursuivre la construction d’une plate-forme permanente.

On peut voir sur cette photo d’avril 2018, un petit chantier archéologique supervisé par l’Autorité des Antiquités d’Israël qui se déroule actuellement dans la section de prière mixte de l’Arche de Robinson près du mur Occidental. (Amanda Borschel-Dan/Times of Israel)

Les inspections archéologiques à proximité de la plate-forme ont commencé en février 2018 par l’Autorité israélienne des antiquités, qui est chargée par le gouvernement de superviser les travaux de construction. Mais des obstacles bureaucratiques subsistent dans la mise en chantier, qui était supervisée par Regev.

Bien qu’en 2016, le projet initial ait été chaleureusement accueilli par les juifs libéraux et ceux de la diaspora, il a immédiatement fait l’objet d’une controverse lorsque les politiciens ultra-orthodoxes israéliens sont entrés dans la mêlée et ont juré de le stopper.

L’actuelle section pluraliste, en bleu, va doubler de taille. La section orthodoxe est en violet. La zone à l’arrière de la section orthodoxe est destinée aux cérémonies nationales (JTA)

De ce fait, les juifs de diaspora ont repris le combat pour la plate-forme pluraliste, qui est devenue un point de friction exacerbé. La saga en cours a rapidement atteint la Cour suprême, qui a depuis lors tenu d’innombrables audiences sur la question.

Vestige d’un mur soutenant la structure du Second Temple détruit par les Romains en 70 de notre ère, le mur Occidental est honoré par les Juifs depuis des milliers d’années. C’est l’endroit le plus saint où les Juifs peuvent prier en raison de sa proximité avec le mont du Temple, l’endroit le plus saint du judaïsme, qui est administré par le Waqf musulman, et où se trouvent la mosquée al-Aqsa, le troisième site sacré de l’islam, et le Dôme du Rocher.

La zone pluraliste est située dans le parc archéologique Davidson, dans une zone appelée l’Arche de Robinson. Elle n’est pas visible de l’actuelle zone de prière orthodoxe « principale », séparée de celle-ci par la rampe menant à la porte des Maghrébins, qui est l’unique entrée des non-musulmans vers la mosquée Al-Aqsa.

S’il est achevé, le nouvel espace permanent élargira considérablement la modeste plate-forme de prière utilisée par les juifs libéraux depuis 2000. De même, il remplacera la plate-forme temporaire de type gradins qui a été mise en place avant les grandes fêtes de 2013.

Amanda Borschel-Dan a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...