Rechercher

Reprise de la délivrance des permis de travail pour les palestiniens de Gaza

La liaison militaire avec les Palestiniens indique que les permis seront valides dès dimanche, et que l'octroi de nouveaux permis dépendra des « conditions sécuritaires »

Travailleurs palestiniens au terminal d’Erez, dans le nord de la bande de Gaza, attendant d’entrer en Israël pour travailler, le 13 mars 2022. (Crédit : Attia Muhammed/Flash90)
Travailleurs palestiniens au terminal d’Erez, dans le nord de la bande de Gaza, attendant d’entrer en Israël pour travailler, le 13 mars 2022. (Crédit : Attia Muhammed/Flash90)

Israël a renoué mercredi avec la politique visant à porter le nombre de permis de travail octroyés aux Palestiniens de la bande de Gaza à 14 000, près d’une semaine après le lancement d’une roquette sur le sud d’Israël.

La liaison militaire avec les Palestiniens, plus connue sous l’acronyme COGAT, avait annoncé jeudi dernier que 2 000 permis supplémentaires viendraient s’ajouter au quota. La décision avait été suspendue samedi après un tir de roquette, par des terroristes de Gaza, sur la ville côtière d’Ashkelon.

Le COGAT a déclaré que le ministre de la Défense Benny Gantz avait donné son accord à la reprise des délivrances de nouveaux permis, à compter de dimanche, « à condition que les conditions de sécurité restent bonnes dans la région ».

La roquette tirée le week-end dernier avait été interceptée par le système de défense aérienne « Dôme de fer » et l’armée israélienne avait riposté en frappant plusieurs sites du Hamas.

Le ministère de la Défense a approuvé un plan provisoire visant à porter le nombre de permis octroyés aux Gazaouis à 20 000, décision spectaculaire et sans précédent. À la mi-2021, seuls 7 000 Palestiniens de Gaza bénéficiaient de permis pour travailler ou commercer en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...