Sara Netanyahu compare la situation de sa famille à l’Inquisition
Rechercher

Sara Netanyahu compare la situation de sa famille à l’Inquisition

En visite dans un mémorial en hommage aux Juifs tués lors d'un massacre en 1506 à Lisbonne, la femme du Premier ministre a évoqué les déboires judiciaires de son époux

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu consulte son téléphone en s'appuyant sur un mémorial d'un pogrom qui a fait des centaines de victimes juives à Lisbonne en 1506, le 5 décembre 2019. (Crédit : Shalom Yerushalmi/Zman Yisrael)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu consulte son téléphone en s'appuyant sur un mémorial d'un pogrom qui a fait des centaines de victimes juives à Lisbonne en 1506, le 5 décembre 2019. (Crédit : Shalom Yerushalmi/Zman Yisrael)

En visite dans un mémorial en hommage aux Juifs tués lors d’un massacre en 1506 à Lisbonne, au Portugal, près du site de l’Inquisition de Lisbonne, Shalom Yerushalmi, journaliste pour Zman Yisrael, a demandé à Sara Netanyahu, sur le ton de la plaisanterie, ce qui était pire : l’Inquisition de l’époque médiévale ou celle à laquelle sa famille est soumis par le biais des démêlés de son mari avec la justice.

Plutôt que de rejeter cette remarque ou d’en rire, Sara Netanyahu a mordu à l’hameçon et rebondi sur les propos du journaliste.

« Ahh, vous marquez un point », a-t-elle dit en souriant. « Je n’écarte pas votre question. Je suis ravie que vous compreniez que c’est une inquisition pour nous. »

Quand son époux, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, a tenté de changer de sujet, elle s’est tournée vers Yerushalmi et a déclaré que « nous trouverons un moment pour en parler, hein ! »

Près de 1 900 personnes, majoritairement juives, qui avaient fui l’Inquisition espagnole quelques années auparavant, ont été tuées dans le pogrom de 1506. L’Inquisition portugaise, qui tuera des dizaines de milliers de personnes, ou les forcera à fuir, n’a commencé que 30 ans plus tard.

 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...