Israël en guerre - Jour 201

Rechercher

Schumer défend son appel à des élections en Israël lors d’une réunion avec des groupes juifs US

Le membre du Congrès a souligné que la majeure partie de son discours était axée sur la critique du Hamas et a déploré que les médias se soient concentrés presque uniquement sur son appel à remplacer Netanyahu

Le chef de la majorité au Sénat des États-Unis, Chuck Schumer, prendra la parole au Sénat le 14 mars 2024. (Crédit : Capture d’écran X)
Le chef de la majorité au Sénat des États-Unis, Chuck Schumer, prendra la parole au Sénat le 14 mars 2024. (Crédit : Capture d’écran X)

Le leader de la majorité au Sénat américain, Chuck Schumer, a organisé une réunion plus tôt dans la journée de mardi avec des dirigeants des principales organisations juives américaines pour défendre le discours très discuté qu’il a prononcé la semaine dernière, appelant à des élections anticipées en Israël pour remplacer le Premier ministre Benjamin Netanyahu, a déclaré au Times of Israel l’un des dirigeants de la communauté présents à la réunion

« La question fondamentale était de savoir s’il allait rétropédaler ou se défendre, et il s’est très clairement défendu », a expliqué le dirigeant à propos de l’appel que Schumer a tenu avec la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines.

Schumer a souligné que la majeure partie de son discours de 45 minutes était axée sur la critique du Hamas et a déploré que les médias se soient concentrés presque uniquement sur son appel à des élections anticipées, a déclaré le dirigeant, qui a parlé sous le couvert de l’anonymat pour partager les détails de la réunion privée.

Néanmoins, le leader de la majorité au Sénat a réaffirmé sa conviction que Netanyahu est un danger pour Israël, notamment parce qu’il donne du pouvoir à des politiciens d’extrême droite tels que Bezalel Smotrich et Itamar Ben Gvir, rappelle l’exécutif lors de la réunion.

Schumer a précisé qu’il ne disait pas aux Israéliens pour qui voter et qu’il ne faisait qu’encourager la tenue d’élections lorsque la guerre à Gaza commencerait à s’essouffler.

Il a souligné ce qu’il considère comme sa bonne foi pro-israélienne, rappelant qu’il était l’un des quatre démocrates du Sénat à voter contre l’accord sur le nucléaire iranien négocié par le président américain de l’époque, Barack Obama, en 2015, selon l’exécutif.

Schumer a reconnu que certains membres de la communauté juive n’avaient pas apprécié son discours, mais il a maintenu qu’il avait l’obligation de le prononcer au vu de sa position. Il a reconnu que la politique intérieure était un facteur, mais a insisté sur le fait que ce n’était pas l’élément moteur de son discours.

Dans ce discours, chef de la majorité démocrate au Sénat et l’élu juif le plus haut-placé aux Etats-Unis, a déclaré que Netanyahu était l’un des quatre obstacles à la paix, avec le Hamas, l’extrême droite israélienne et le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Tout en répondant aux questions des membres de la Conférence des présidents, Schumer a réfuté l’idée qu’il assimilait Netanyahu au Hamas.

Tant qu’ils ne seront pas retirés de l’équation, avait prédit Schumer, « il n’y aura jamais de paix en Israël, à Gaza et en Cisjordanie ».

« En tant que démocratie, Israël a le droit de choisir ses propres dirigeants, et nous devons le respecter. L’important, c’est que les Israéliens aient le choix. Il doit y avoir un nouveau débat sur l’avenir d’Israël suite au 7 octobre », avait déclaré Schumer.

« Une coalition menée par Netanyahu ne correspond plus aux besoins d’Israël après le 7 octobre », date de début de la guerre avec le Hamas, a déclaré l’influent élu américain lors de son discours. « Le monde a changé – et radicalement – et le peuple israélien est aujourd’hui étouffé par une vision gouvernementale figée dans le passé », avait estimé Schumer.

« Je pense que le Premier ministre Netanyahu s’est égaré, en laissant sa survie politique passer avant l’intérêt supérieur d’Israël, en se prêtant à une coalition avec des gens d’extrême droite comme [le ministre des Finances] Bezalel Smotrich ou [celui de la Sécurité intérieure] Itamar Ben-Gvir », avait affirmé le parlementaire démocrate depuis l’hémicycle du Sénat.

« Si la coalition actuelle du Premier ministre Netanyahu reste au pouvoir dans l’après-guerre avec les mêmes politiques dangereuses et provocatrices qui mettent à l’épreuve les règles de conduite américaines en matière d’assistance, alors les États-Unis n’auront pas d’autre choix que de jouer un rôle plus actif dans l’élaboration de la politique israélienne en utilisant notre influence pour changer le cours actuel des choses » avait poursuivi Schumer lors de son discours au Sénat.

Avant ses commentaires cinglants sur le leadership de Netanyahu, Schumer a consacré une grande partie de son discours à souligner qu’il soutenait fermement le droit d’Israël à se défendre et qu’il s’irritait des critiques internationales sur l’effort de guerre de Jérusalem, qui, selon lui, ignoraient trop souvent les crimes du Hamas et son utilisation des civils de Gaza comme boucliers humains.

Joe Biden avait salué le « bon discours » prononcé par Chuck Schumer, mais Netanyahu avait jugé cet appel « complètement déplacé ».

« Il est inapproprié de se rendre dans une démocratie sœur et d’essayer d’y remplacer les dirigeants élus », avait affirmé Netanyahu lors de l’interview accordée à CNN. « Nous ne sommes pas une république bananière. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.