Sécurité renforcée au domicile du Procureur général israélien
Rechercher
Les manifestants estiment que le procureur est trop indulgent envers Netanyahu

Sécurité renforcée au domicile du Procureur général israélien

Un gardien permanent sera placé aux abords de l'habitation d'Avichai Mandelblit, qui supervise les enquêtes pour corruption visant le Premier ministre

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Avichai Mandelblit, procureur général, à Netanya, le 16 janvier 2017. (Crédit : Roy Alima/Flash90)
Avichai Mandelblit, procureur général, à Netanya, le 16 janvier 2017. (Crédit : Roy Alima/Flash90)

Le ministère de la Justice a décidé de renforcer la présence sécuritaire devant le domicile du Procureur général Avichai Mandelblit, a fait savoir la Dixième chaîne lundi.

Mandelblit avait annoncé en janvier qu’une enquête criminelle impliquant le Premier ministre Netanyahu avait été lancée, sept mois environ après l’ouverture d’une enquête initiale.

Depuis, des manifestations hebdomadaires sont organisées chaque samedi soir aux abords de la résidence de Mandelblit à Petah Tikva.

Les protestataires clament que le procureur général se montre trop indulgent avec Netanyahu dans les enquêtes qui le visent, citant un processus qui traîne en longueur.

Les manifestations ont été amorcées par Menny Naftali, ancien gardien de la résidence officielle du Premier ministre, qui a été indemnisé à hauteur de 170 000 shekels (environ 43 735 dollars) en dommages et intérêts au mois de février après qu’un tribunal des prud’hommes a reconnu les mauvais traitements que lui aurait infligés Sara Netanyahu durant la période où il était employé.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) avec Avichai Mandelblit, alors secrétaire du cabinet, pendant une réunion du cabinet à Jérusalem, le 20 décembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) avec Avichai Mandelblit, alors secrétaire du cabinet, pendant une réunion du cabinet à Jérusalem, le 20 décembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

De plus, des inscriptions sous forme de graffitis ont été remarquées par les voisins et les passants sur l’habitation de Mandeblit, disant : « Prison pour les corrompus », « collaborateur » et « champagnes » en référence à l’une des enquêtes portant sur Netanyahu avec, à côté du mot écrit, le sigle d’un dollar américain.

En réponse, la branche chargée de la sécurité au ministère de la Justice a décidé de ne pas prendre de risques et a augmenté significativement la sécurité autour de Mandelblit. Un gardien permanent sera posté aux abords de son domicile et un certain nombre de mesures qui n’ont pas été spécifiées seront mises en oeuvre, a annoncé la Dixième chaîne.

Une équipe spécialisée d’enquêteurs a été nommée pour enquêter sur l’acte de vandalisme.

Le Procureur général est chargé de superviser les investigations contre Netanyahu, soupçonné d’avoir accepté des cadeaux illicites de la part de riches bienfaiteurs et d’avoir agi en leur faveur dans une enquête surnommée l’Affaire 1000.

Dans les transcriptions d’un enregistrement qui ont fuité et dans le cadre d’une deuxième enquête – connue sous le nom d’Affaire 2000 – Netanyahu négocie avec le propriétaire du quotidien Yedioth Aharonoth, Arnon Mozes, sur une législation possible pour réduire la circulation du journal Israel Hayom de Sheldon Adelson en échange d’une couverture plus favorable de la part de Yedioth.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...