Selon Netanyahu, l’UE a accepté de ne plus financer une ONG de gauche
Rechercher

Selon Netanyahu, l’UE a accepté de ne plus financer une ONG de gauche

Le Premier ministre a déclaré que sa pression a permis de mettre un terme au soutien du Conseil de Protection de la Liberté qui, selon lui, "sape le droit d’exister d’Israël"

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirige la réunion hebdomadaire au bureau du Premier ministre à Jérusalem le 29 juillet 2018. (Alex Kolomoisky / Pool Yedioth Ahronoth / Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirige la réunion hebdomadaire au bureau du Premier ministre à Jérusalem le 29 juillet 2018. (Alex Kolomoisky / Pool Yedioth Ahronoth / Flash90)

Mardi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que grâce à la pression de Jérusalem, l’Union européenne (UE) avait accepté d’arrêter le financement d’une association israélienne de groupes de gauche qu’il a accusée de « délégitimer » l’Etat juif.

« Après les efforts diplomatiques du Premier ministre Benjamin Netanyahu, l’Union européenne a annoncé qu’elle mettra immédiatement un terme à son financement et à son partenariat avec le ‘Conseil de Protection de la Liberté’, une ONG opérant en Israël », a souligné le bureau de Netanyahu dans un communiqué.

Le communiqué explique que l’association « sape le droit d’Israël à exister et s’efforce de noircir l’image de l’état dans le monde ».

L’UE n’a pas encore commenté le communiqué de Netanyahu.

Le Conseil de Protection de la Liberté a été créé en 2017 par Ilam, une ONG arabo-israélienne pour la liberté des médias.

Elle est composée de représentantes de dizaines d’ONG israéliennes de gauche y compris B’Tselem et Adalah, avec l’objectif déclaré de lutter contre les tentatives visant à limiter les libertés démocratiques dans le pays et de résister aux attaques contre des groupes de défense des droits de l’Homme.

L’organisation a été accusée par des sites de droite de décrire les actions israéliennes en utilisant les termes « d’apartheid » et de « crimes de guerre », et de travailler pour saper les lois soutenues par le gouvernement.

Selon le site internet de la Délégation de l’Union Européenne en Israël, l’UE a déclaré à l’origine qu’elle allait fournir à cette initiative plus de 400 000 euros de fonds entre janvier 2017 et décembre 2019.

« L’objectif général de cette action est d’assurer un engagement actif des Organisations de la Société Civile en contrant les barrières systématiques qui limitent leur participation dans les processus de décisions politiques », a déclaré l’UE sur son site internet.

Mardi, Netanyahu aurait déclaré : « Ce n’est que le début. Nous continuerons à prendre des actions déterminées contre des organisations qui s’efforcent de délégitimer l’Etat d’Israël et de noicir le nom de l’état et de Tsahal dans le monde ».

Il s’agirait de l’un des rares cas où l’UE accepte une demande du gouvernement israélien d’arrêter le financement d’une ONG qui s’occupe du conflit israélo-palestinien, selon un officiel israélien cité par la Dixième chaîne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...