Rechercher

Sinaï: l’Israélienne noyée était épileptique ; les secours n’ont pas su la réanimer

Selon l'époux d'Orit, le personnel ne connaissait pas les techniques de sauvetage de base et manquait d'équipement médical ; la femme faisait du snorkeling à Charm el-Cheikh

Orit Peled, 49 ans, une Israélienne qui s'est noyée alors qu'elle faisait du snorkeling à Charm el-Cheikh, dans la péninsule du Sinaï, le 17 juin 2022. (Crédit : Autorisation)
Orit Peled, 49 ans, une Israélienne qui s'est noyée alors qu'elle faisait du snorkeling à Charm el-Cheikh, dans la péninsule du Sinaï, le 17 juin 2022. (Crédit : Autorisation)

L’Israélienne qui s’est noyée pendant ses vacances avec son mari dans le Sinaï le week-end dernier, a fait une crise d’épilepsie pendant qu’elle faisait du snorkeling. Les sauveteurs ne maîtrisaient pas suffisamment les techniques de réanimation pour lui sauver la vie, a déclaré son mari dimanche.

Orit Peled, 49 ans, est décédée lors d’une excursion avec son mari dans la station balnéaire de Charm el-Cheikh, située à l’extrémité sud de la péninsule égyptienne – une destination touristique très prisée des Israéliens.

Son mari, Itzik, a déclaré à la Treizième chaîne qu’Orit était une plongeuse en apnée et une plongeuse sous-marine expérimentée qui se rendait dans le Sinaï deux ou trois fois par an.

« Elle disait que c’était un endroit unique au monde », a-t-il déclaré, ajoutant qu’elle était extraordinaire.

Itzik a déclaré que sa femme souffrait d’épilepsie mais « prenait des médicaments et n’avait pas de crises de manière systématique ».

Il a ajouté qu’elle était une plongeuse sous-marine expérimentée qui avait atteint le plus haut niveau de certification en plongée récréative. La plongée sous-marine est déconseillée aux personnes épileptiques par les autorités médicales.

Vendredi, le couple s’était rendu sur une plage où Orit voulait faire du snorkeling. Selon la plupart des autorités, si la plongée en apnée est risquée pour les personnes souffrant d’épilepsie, elle peut être pratiquée en relative sécurité si la personne est accompagnée.

« J’avais des craintes, mais elle voulait vraiment le faire », a-t-il dit. « Elle m’a emmené avec elle et nous avons fait de la plongée au tuba ensemble. Au bout de 30 minutes, j’étais fatigué et je suis sorti. Je suis resté debout sur le ponton pour qu’elle me voie et sorte aussi. Mais elle a continué », a-t-il dit.

« Au bout de trois ou quatre minutes, j’ai vu qu’elle ne relevait pas la tête. J’ai commencé à chercher le tuyau du tuba à la surface de l’eau mais je ne l’ai pas trouvé », a-t-il déclaré au site d’information Ynet.

« J’ai appelé un sauveteur et lui ai demandé d’aller voir si elle allait bien. Il a sauté dans l’eau avec quelqu’un d’autre. Ils l’ont trouvée a environ 30 mètres du ponton et l’ont ramenée », a-t-il dit.

Mais selon Itzik, « ils ont fait toutes les erreurs possibles. Ils n’ont pas enlevé son équipement et l’ont allongée sur le dos. J’ai vu de l’écume et du sang sortir de sa bouche. J’ai immédiatement compris qu’elle avait fait une crise. »

« Ils ne savaient pas comment pratiquer la réanimation cardio-respiratoire. Ils n’avaient pas d’équipement. Un touriste présent sur place lui a fait un massage cardiaque, mais ça n’a rien changé », a-t-il ajouté.

Dans une interview avec la chaîne publique Kan, Itzik a déclaré que le personnel « a essayé de faire quelque chose mais qu’il ne savait pas quoi faire », notant que le site était une plage surveillée et qu’ils avaient payé pour y entrer.

« Non seulement les sauveteurs ne savaient pas ce qu’ils faisaient, mais il n’y avait aucun équipement disponible pour qu’ils puissent tenter quoi que ce soit », a-t-il dit, ajoutant que l’ambulance n’est arrivée qu’au bout d’une heure « et n’avait pas le bon équipement. »

Mme Peled a été transportée dans un hôpital local où son décès a été constaté. Elle laisse derrière elle trois enfants, Noa, Michal et Daniel.

Le ministère des Affaires étrangères a été informé de l’incident et aide la famille à ramener le corps de la femme en Israël pour l’enterrer.

En avril dernier, la compagnie aérienne israélienne Arkia a ouvert une liaison directe entre Tel Aviv et Charm el-Cheikh, contribuant ainsi à une forte hausse du tourisme israélien dans la péninsule.

Pour la première fois depuis plus de dix ans, le Conseil de sécurité nationale israélien a baissé cette année le niveau d’alerte aux pour certaines parties de la péninsule du Sinaï cette année.

Des voyageurs traversent la frontière de Taba au moment de la fête de Pessah dans la ville israélienne d’Eilat, le 17 avril 2022. (Crédit : Flash90)

Le week-end dernier, plusieurs noyades ont eu lieu en Israël.

Samedi, un homme de 71 ans s’est noyé dans le Jourdain, près du kibboutz Kfar HaNassi, dans le nord d’Israël. Par ailleurs, une femme de 70 ans qui faisait de la randonnée dans la source de Banias, sur les hauteurs du Golan, a été secourue après avoir glissé et être tombée à l’eau.

Le même jour, trois autres Israéliens étaient secourus après avoir échappé à la noyade.

Vendredi, Az a-Din Awad, âgé de 15 ans et originaire de la ville de Tamra, dans le nord d’Israël, a succombé suite à sa noyade dans le Jourdain, la veille.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...