Steinitz : Israël a déjoué de « sérieuses attaques informatiques »
Rechercher

Steinitz : Israël a déjoué de « sérieuses attaques informatiques »

Le chef du Directoire de la sécurité informatique d'Israël a rapporté qu'Israël avait réussi à déjouer toutes les attaques contre des infrastructures stratégiques l'an dernier

Yuval Steinitz, le ministre israélien de l'Energie, s'exprime lors de la conférence Cybertech 2020, le 29 janvier. (Cybertech)
Yuval Steinitz, le ministre israélien de l'Energie, s'exprime lors de la conférence Cybertech 2020, le 29 janvier. (Cybertech)

Mercredi, lors d’une conférence sur la sécurité informatique organisée à Tel Aviv, le ministre israélien de l’Energie Yuval Steinitz a fait savoir que le pays avait « détecté et neutralisé » une attaque informatique grave et sophistiquée il y a quelques mois. L’attaque visait à paralyser et contrôler l’une des principales centrales électriques du pays et d’autres sites.

Des pays hostiles à Israël, comme l’Iran, peuvent créer le chaos s’ils ciblent de telles infrastructures névralgiques comme les transports, les services de santé ou les systèmes de communication, a expliqué Steinitz lors d’une réunion d’experts et d’entrepreneurs du secteur de la sécurité informatique. Mais l’infrastructure la plus sensible de toute est le secteur énergétique, a-t-il souligné.

« Si quelqu’un parvient à paralyser le secteur énergétique du pays et la chaîne d’approvisionnement en eau, ce serait une véritable catastrophe, a-t-il dit. Cela peut ravager l’ensemble du pays ».

Sans l’énergie et l’eau, « tout s’écroule », a-t-il ajouté.

Une centrale électrique d’Israël Electric Corporation située sur la côte méditerranéenne à Hadera, Israël (Crédit : Yossi Zamir / Flash90)

Pour protéger l’infrastructure énergétique du pays, les autorités ont mis en place un quartier général spécialisé dans la défense informatique à Beer Sheva, à proximité de l’Équipe de réponse informatique d’urgence (CERT). Le centre est en mesure de surveiller tous les systèmes énergétiques du pays – à la fois publics et privés – et de transmettre des informations au CERT national, en l’aidant ainsi à développer une expertise sur la manière de traiter les attaques numériques dans le secteur de l’Énergie.

« Israël est visé par des milliers de millions d’attaques, et il y a eu quelques attaques sérieuses sur nos installations énergétiques », a fait savoir Yuval Steinitz.

La Compagnie israélienne d’Électricité (IEC) — le principal producteur d’électricité du pays – n’a pas été la cible de l’attaque évoquée par le ministre a précisé Yossi Shneck, le chef du développement informatique de l’entreprise, au Times of Israël, dans un entretien séparé.

L’IEC a pourtant été sujet à 11 000 événements informatiques suspects par seconde en moyenne en 2019, il s’agit de l’une des infrastructures les plus attaquées dans le monde.

« C’est un miracle que jusqu’à présent, Israël et le monde n’ont pas été témoins d’énormes désastres et de calamités provoqués par le terrorisme et des attaques informatiques », a estimé Yuval Steinitz.

Mais elles arrivent, a-t-il prévenu. « Malheureusement, je suis convaincu que dans les années à venir nous verrons dans plusieurs pays du monde des désastres et des calamités qui interviendront après une attaque informatique. Nous devons faire de notre mieux pour développer des outils afin d’éviter cela autant que possible ».

Yigal Unna, le chef du Directoire de la sécurité informatique d’Israël, à la conférence Cybertech 2020 à Tel Aviv, le 29 janvier. (Cybertech)

Lors de la conférence Cybertech 2020, Yigal Unna, chef du Directoire de la sécurité informatique d’Israël, a rapporté que l’année dernière, Israël avait réussi à contrecarrer toutes les attaques contre des infrastructures nationales clefs.

« Il y a eu zéro attaque informatique réussie sur des infrastructures nationales au cours de l’année passée », a-t-il dit, ajoutant qu’une augmentation inquiétante des attaques informatiques ‘essuie-glace’ avait été observée dans le monde, lesquelles visent à voler et détruire des informations.

Dans le monde, les attaques informatiques vont « plus vite, plus haut et plus fort », a-t-il fait savoir. Il a expliqué que la menace allait encore se renforcer.

Pour aider à combattre les menaces, un réseau de partenaires publics et privés appelé Cybernet a été mis en place, où des entreprises et des entités échangent des informations sur les attaques et règlent les failles. Le Directoire informatique cherche maintenant à mettre en place un Cybernet international avec le même objectif, a-t-il dit, « dans les prochains mois ».

Dans un communiqué séparé, le Directoire informatique a également présenté une analyse des incidents de sécurité informatique l’année dernière. Sur les quelque 8 600 signalements et alertes, environ la moitié (4 415) ont été réalisés par des citoyens et d’organisations via la ligne d’urgence 119, mise en place par le centre basé à Beer Sheva. Le reste provenait des systèmes de détection. Environ deux tiers (3 233) des signalements du public et d’organisations se sont révélés être de véritables incidents informatiques, ou des tentatives d’infiltration dans des systèmes informatiques de différent niveau, notait le communiqué.

Ygal Unna a indiqué que le Directoire informatique travaille étroitement avec 87 autres CERT internationaux pour combattre conjointement les menaces. « Nous partageons un but et des amis communs et nous travaillons ensemble, a-t-il dit. Aucune agence ou pays ne peut réussir seul en matière de sécurité informatique ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...