Rechercher

« Stop au génocide blanc » : Manifestation néo-nazie devant la synagogue d’Ulm

Pour le rabbin, l'évènement aurait été une sorte de célébration d'une tentative d'incendie de la synagogue ; les habitants ont demandé le départ d'un groupe d’extrême droite

Des hommes portent une bannière d’extrême droite lors d’une manifestation devant la synagogue d’Ulm, en Allemagne, le 5 juin 2022. (Crédit : Avec l’aimable autorisation de la Communauté religieuse juive de Wurtemberg)
Des hommes portent une bannière d’extrême droite lors d’une manifestation devant la synagogue d’Ulm, en Allemagne, le 5 juin 2022. (Crédit : Avec l’aimable autorisation de la Communauté religieuse juive de Wurtemberg)

Des hommes brandissant des banderoles arborant des symboles d’extrême droite se sont rassemblés devant une synagogue en Allemagne, à l’occasion de l’anniversaire de sa tentative d’incendie par un citoyen turc présumé.

Regroupés le 5 juin à Ulm, près de Munich, une dizaine d’hommes ont déployé une banderole sur laquelle on pouvait lire : « Les vies blanches comptent, arrêtez le génocide blanc. » Une autre banderole représentait le symbole du soleil noir, très prisé par les néo-nazis.

Des habitants du quartier – des non-Juifs – ont fait face aux manifestants et obtenu qu’ils quittent les lieux, a indiqué T-Deutschland, citant certaines informations qui n’ont toutefois pas été confirmées.

La date choisie pour la manifestation correspond au premier anniversaire d’une tentative d’incendie criminel de la synagogue qui aurait été perpétrée, selon les autorités, par un citoyen âgé de 45 ans ayant la double nationalité turque et allemande. Il avait versé de l’essence sur la façade avant d’y mettre le feu. L’intervention rapide des voisins et des pompiers avait empêché que les flammes ne se propagent au reste du bâtiment.

Le suspect avait fui l’Allemagne et s’était réfugié en Turquie, qui refuse de l’extrader.

T-Deutschland a déclaré que la manifestation de cette semaine avait peut-être pour but de célébrer la tentative d’incendie criminel. Le rabbin, Shnuer Trebnik, n’a pas exclu la possibilité que la manifestation néo-nazie ait effectivement eu vocation à célébrer les agissements du fugitif turc.

Vue de la ville d’Ulm, en Allemagne. (Crédit : Capture d’écran)

« Nous voyons tellement d’absurdités, c’est tout-à-fait possible. Ils pourraient avoir des intérêts communs », a-t-il déclaré à T-Deutschland. Les extrémistes d’extrême droite sont généralement hostiles à la fois aux Juifs et aux immigrants des pays à majorité musulmane.

La police enquête sur l’incident à l’extérieur de la synagogue.

En 2021, les autorités allemandes ont enregistré 3 027 incidents antisémites, soit une augmentation de 29 % par rapport aux 2 351 incidents enregistrés en 2020, selon un rapport de l’Office fédéral pour la protection de la Constitution. À l’instar des rapports précédents, ce rapport a précisé que la grande majorité des incidents étaient imputables aux néo-nazis.

Les principaux organismes de surveillance de l’antisémitisme, dont le RIAS basé à Berlin, contestent cette affirmation, qui, selon eux, relève d’une méthodologie erronée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...