Rechercher

Trois Arméniens tués dans des affrontements avec l’Azerbaïdjan

Le Premier ministre arménien a tweeté que ces trois Arméniens avaient été tués "dans une attaque contre l'indépendance, la souveraineté et la démocratie de l'Arménie"

Dans cette image tirée d'une séquence YouTube publiée par le ministère arménien de la Défense, des militaires azerbaïdjanais traversent la frontière arméno-azerbaïdjanaise et s'approchent des positions arméniennes, le 13 septembre 2022. (Crédit : Ministère de la défense arménien via AP)
Dans cette image tirée d'une séquence YouTube publiée par le ministère arménien de la Défense, des militaires azerbaïdjanais traversent la frontière arméno-azerbaïdjanaise et s'approchent des positions arméniennes, le 13 septembre 2022. (Crédit : Ministère de la défense arménien via AP)

Trois Arméniens ont été tués mercredi dans de nouveaux affrontements à la frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, selon les autorités arméniennes.

« Les forces de l’Azerbaïdjan ont ouvert le feu avec des mortiers d’autres armes de gros calibre vers l’Est de la frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan », a déclaré le ministère arménien de la Défense.

« Il en a résulté trois morts côté arménien », a ajouté le ministère.

Le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, a tweeté que ces trois Arméniens avaient été tués « dans une attaque contre l’indépendance, la souveraineté et la démocratie de l’Arménie ».

« Le retrait des troupes de l’Azerbaïdjan et le déploiement d’une force internationale d’observation sur les territoires de l’Arménie occupés par l’Azerbaïdjan et les zones frontalières sont une absolue nécessité », a-t-il souligné.

Des affrontements meurtriers, faisant près de 300 morts, ont éclaté le 13 septembre à la frontière entre les deux pays, qui se rejettent mutuellement la responsabilité des combats, les plus violents depuis la guerre en 2020.

Le calme était revenu ces derniers jours, mais la situation reste tendue entre les ex-républiques soviétiques rivales.

L’Arménie, alliée de la Russie, et l’Azerbaïdjan, soutenu par la Turquie, se sont affrontés lors de deux guerres au cours des trois dernières décennies pour le contrôle du Nagorny Karabakh, une enclave majoritairement peuplée d’Arméniens rattachée à l’Azerbaïdjan, et ayant unilatéralement proclamé son indépendance en 1991.

Après une première guerre qui a fait plus de 30 000 morts au début des années 1990, Erevan et Bakou se sont affrontés à nouveau à l’automne 2020, lors de combats qui ont coûté la vie à plus de 6 500 personnes.

Après un accord signé sous l’égide de la Russie, Moscou a déployé en novembre 2020 quelque 2 000 soldats de la paix au Nagorny Karabakh.

Occupée à son offensive en Ukraine, la Russie est isolée sur la scène internationale. Par conséquent, la médiation historique du groupe de Minsk, menée par les Américains, les Russes et les Français, est remise en cause dans le conflit entre les deux pays du Caucase.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...