Israël aide les Syriens fuyant Deraa dans le cadre de l’opération « Bon Voisin »
Rechercher

Israël aide les Syriens fuyant Deraa dans le cadre de l’opération « Bon Voisin »

Quelque 300 tentes, 28 tonnes de nourriture, dont des aliments pour bébés, et 30 tonnes de vêtements et de chaussures ont été distribués ; mais Israël n'accueillera pas de réfugiés

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Israël a acheminé plusieurs dizaines de tonnes d’aide humanitaire vers des camps de réfugiés dans le sud-ouest de la Syrie dans le cadre d’une opération de nuit jeudi soir, alors que des dizaines de milliers de Syriens fuient une offensive dans la province voisine de Daraa menée par les forces de Bashar el-Assad et l’armée russe.

Tsahal a déclaré qu’il continuerait probablement à fournir une aide humanitaire à la région, mais a insisté sur le fait qu’il n’autoriserait pas les réfugiés syriens à traverser la frontière.

« L’armée israélienne surveille ce qui se passe dans le sud de la Syrie et se prépare à divers scénarios, notamment en continuant à fournir une aide humanitaire aux Syriens qui fuient. Tsahal ne permettra pas aux réfugiés syriens d’entrer sur le territoire israélien et continuera d’agir pour protéger les intérêts sécuritaires d’Israël », a déclaré l’armée dans un communiqué en hébreu.

L’opération a duré « plusieurs heures », a indiqué l’armée, et a permis de livrer quelque 300 tentes, 13 tonnes de nourriture, 15 tonnes d’aliments pour bébés, trois palettes de matériel médical et 30 tonnes de vêtements et de chaussures aux réfugiés.

Depuis que les nouvelles attaques des forces pro-régime ont commencé plus tôt ce mois-ci dans la province de Deraa, des dizaines de milliers de civils syriens ont afflué vers les frontières israéliennes et jordaniennes voisines, à la recherche d’un refuge.

Des tracteurs chargent des produits humanitaires de Tsahal sur un camion qui est envoyé aux réfugiés syriens dans des campements de tentes dans le sud-ouest de la Syrie, le 28 juin 2018 sur le plateau du Golan. (Unité du porte-parole de Tsahal)

Un certain nombre de camps ont été installés dans la région, mais ils n’ont généralement pas accès à l’eau potable, à l’électricité et à d’autres biens de première nécessité. Dans de nombreux cas, ces camps sont surpeuplés, faute d’abris suffisants. Certains Syriens dormiraient dehors la nuit.

L’armée a déclaré avoir envoyé les marchandises dans quatre camps simultanément dans le sud et le centre du Golan syrien.

« Dans ces camps, situés près de la frontière, plusieurs milliers de Syriens vivent dans des conditions qui se détériorent, sans accès à l’eau, à l’électricité, aux rations alimentaires ou aux produits de première nécessité. Ces derniers jours, il y a eu une augmentation du nombre de Syriens vivant dans ces camps », a déclaré Tsahal.

Cette patrouille de Tsahal sur le plateau du Golan fait partie d’une opération menée le 28 juin 2018 pour fournir une aide humanitaire aux réfugiés syriens dans des villages de tentes dans le sud-ouest de la Syrie. (Unité du porte-parole de Tsahal)

Les réfugiés le long de la frontière fuient une offensive des forces gouvernementales syriennes qui cherchent à reconquérir la région stratégique qui s’étend le long de la frontière avec la Jordanie et le Golan israélien, et qui faisait jusqu’à récemment partie d’une trêve soutenue et négociée par les Etats-Unis.

Une photo prise le 26 juin 2018 depuis le Golan israélien montre un camp de déplacés syriens près du village syrien de Breqa. (AFP Photo/Jalaa Marey)

Israël fournit de l’aide au sud-ouest de la Syrie depuis 2013, notamment en soignant les enfants souffrant de maladies chroniques qui n’ont pas accès aux hôpitaux, en construisant des cliniques en Syrie et en fournissant des centaines de tonnes de nourriture, de médicaments et de vêtements aux villages ravagés par la guerre de l’autre côté de la frontière.

Depuis que la Syrie a sombré dans une guerre civile violente en 2011 qui a fait des centaines de milliers de morts et des millions de personnes déplacées, Israël s’est efforcé de faire face à la catastrophe humanitaire qui se déroule à ses portes, un dilemme encore plus compliqué par le fait qu’Israël et la Syrie restent officiellement en guerre.

Israël a d’abord réagi en soignant les Syriens blessés pendant la guerre qui sont arrivés à sa frontière, traitant plus de 3 000 personnes dans des hôpitaux de campagne à la frontière et dans des hôpitaux publics, principalement dans le nord d’Israël, depuis 2013.

Mais l’année dernière, l’armée a révélé que depuis juin 2016, elle travaille discrètement dans le cadre de l’opération « Bon Voisin » [Operation Good Neighbor], une importante action de secours humanitaire à multiples facettes pour empêcher des milliers de Syriens qui vivent le long de la frontière de mourir de faim ou de tomber malades en raison du manque de nourriture et de soins médicaux de base.

Des soldats de Tsahal se tiennent à côté des vivres en cours de préparation dans le cadre de l’aide humanitaire pour les Syriens touchés par la guerre civile dans leur pays, le 19 juillet 2017. (AFP/Menahem Kahana)

Au cours de la première année de l’opération, plus de 600 enfants syriens, accompagnés de leur mère, sont venus en Israël pour se faire soigner. Les centaines de tonnes de nourriture, d’équipement médical et de vêtements envoyés de l’autre côté de la frontière étaient clairement étiquetés en hébreu et provenaient d’entreprises israéliennes.

L’armée israélienne a également facilité la construction de deux cliniques en Syrie, qui sont gérées par des locaux et des travailleurs d’ONG. Cela inclut la coordination logistique et l’envoi de matériaux de construction et d’équipement médical, a précisé l’armée.

Les cliniques sont destinées à venir en aide aux 80 000 Syriens vivant dans la zone située près de la ville syrienne de Quneitra, juste de l’autre côté de la frontière.

A l’intérieur d’Israël, une autre clinique a été construite à l’avant-poste n° 116 de l’armée, qui est gardée par Tsahal, mais dont le personnel est composé de membres d’ONG.

Dans le cadre de l’opération, l’armée a également augmenté le montant de l’aide humanitaire qu’elle transfère à la Syrie, parfois de façon spectaculaire.

Selon les chiffres de Tsahal, la quantité de nourriture envoyée en Syrie a décuplé l’année dernière, passant de quelques dizaines de tonnes entre 2013 et 2016 à 360 tonnes entre 2016 et 2017.

La quantité de vêtements, de lait maternisé pour bébés, de médicaments, de carburant diesel et de générateurs transférés aux Syriens a également augmenté de manière significative au cours de cette période.

Israël a également acheminé des centaines de tonnes de farine, d’huile, de sucre, de sel, de haricots en conserve et de marchandises sèches, ainsi que plusieurs voitures et mules.

La plus grande partie de l’aide a été fournie par des ONG au fil des ans, selon l’armée, mais certaines ont également été fournies directement par le gouvernement israélien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...