Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

Deux soldats blessés lors d’une explosion d’une mine à la frontière libanaise

L'armée affirme que l'incident s'est produit au cours de travaux de génie de routine le long de la frontière nord ; un soldat a été moyennement blessé, un autre légèrement

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats israéliens transportent un soldat blessé à la frontière avec le Liban après l'explosion d'une ancienne mine, le 21 mars 2023. (Capture d'écran : Twitter)
Des soldats israéliens transportent un soldat blessé à la frontière avec le Liban après l'explosion d'une ancienne mine, le 21 mars 2023. (Capture d'écran : Twitter)

Deux soldats israéliens ont été blessés lors de l’explosion d’une vieille mine à la frontière avec le Liban mardi, a annoncé l’armée.

Selon l’armée israélienne, la mine a explosé lors de travaux de génie de routine sur le côté nord de la barrière de sécurité, érigée sur le territoire israélien.

Tsahal a affirmé qu’une attaque était exclue, mais qu’une enquête était toujours en cours pour déterminer ce qui a déclenché l’explosion de la mine et pourquoi elle n’a pas été détectée par l’armée.

Les deux soldats ont été transportés à l’hôpital Galilée de Nahariya, qui a déclaré que l’un d’entre eux se trouvait dans un état modéré mais stable, tandis que l’autre était légèrement blessé.

Ali Shoeib, journaliste du quotidien libanais Al-Manar, affilié au Hezbollah, a publié des images de l’incident survenu à la frontière.

De nombreuses régions frontalières d’Israël, proches du Liban, sur le plateau du Golan et dans le sud de la région de l’Arava, sont encore parsemées de mines plantées lors des guerres qui ont marqué les premières années de l’État.

Certaines mines ont été posées par l’armée israélienne, d’autres par la Syrie et la Jordanie.

Les efforts de déminage sont dangereux et extrêmement lents. La région proche de la frontière libanaise, le Golan et la région de l’Arava sont donc parsemés de champs de mines clôturés. Les accidents sont rares, mais arrivent occasionnellement.

L’incident de mardi est survenu plus d’une semaine après l’infiltration en Israël, depuis le Liban, d’un terroriste présumé du Hezbollah qui avait posé une bombe à la jonction de Megiddo, dans le nord d’Israël, blessant grièvement un Israélien. Il avait franchi la barrière frontalière avec une échelle.

Lundi soir, Tsahal a déclaré avoir compris comment le suspect était entré en Israël depuis le Liban, mais n’a pas donné plus de détails, se contentant de dire qu’elle avait exclu l’utilisation d’un tunnel.

Le fait que le suspect ait utilisé une échelle pour escalader la barrière frontalière est maintenant une information dont la publication a été autorisée, bien que l’armée ne fasse toujours pas de commentaires sur le sujet.

Selon la police et les secouristes, l’explosion s’est produite le 13 mars vers 6 heures du matin sur la route 65, à l’embranchement de Megiddo, près de la prison éponyme.

Ce n’est que mercredi que Tsahal et l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet ont publié les détails de l’attentat de lundi matin, qui a fait un blessé grave et qui avait été gardé secret pour des raisons de sécurité.

Le terroriste libanais présumé est entré en Israël dans la nuit de samedi à dimanche et s’est rendu au carrefour de Megiddo sur la Route 65, à environ 60 kilomètres au sud.

Des soldats israéliens sur la frontière libanaise, le 13 mars 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Il y a déposé une bombe qui a explosé lundi à 6h du matin, blessant grièvement Shareef ad-Din, 21 ans, originaire du village arabe de Salem.

Selon Tsahal, la bombe était inhabituelle et ne semblait pas similaire aux engins explosifs utilisés par les Palestiniens au cours des derniers mois. La voiture d’Ad-Din, qui a été touchée par les éclats d’obus, se trouvait à une trentaine de mètres de l’engin.

Le terroriste présumé a fait du stop vers le nord d’Israël après l’attentat, et lundi après-midi, les soldats ont repéré le suspect à bord d’un véhicule à proximité de la ville israélienne de Yaara, près de la frontière libanaise, a déclaré Tsahal.

Des officiers de l’unité d’élite de la police Yamam, chargée de la lutte contre le terrorisme, et des officiers du Shin Bet ont ouvert le feu sur le suspect, le tuant. Tsahal a déclaré que le suspect représentait un « danger évident » pour les forces de sécurité et qu’il portait sur lui une ceinture d’explosifs amorcés. D’autres armes ont ensuite été trouvées dans le véhicule.

L’armée et le Shin Bet ont déclaré qu’ils soupçonnaient le terroriste d’avoir perpétré l’attentat pour le compte du Hezbollah, le groupe terroriste soutenu par l’Iran. La manière exacte dont le suspect est entré en Israël fait toujours l’objet d’une enquête, de même que ses liens potentiels avec le groupe terroriste libanais.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.