Israël en guerre - Jour 231

Rechercher

Tsahal frappe une cellule du Hezbollah et intercepte une « menace aérienne »

L'armée a rapporté des affrontements limités le long de la frontière nord ; l'envoyé de Biden, Amos Hochstein, est à Beyrouth pour des entretiens avec les dirigeants libanais

L'artillerie de Tsahal stationnée près de la frontière avec le Liban, au nord d'Israël, le 2 novembre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
L'artillerie de Tsahal stationnée près de la frontière avec le Liban, au nord d'Israël, le 2 novembre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

Des combats limités se sont poursuivis le long de la frontière israélienne avec le Liban mardi, alors que l’armée a frappé des cellules d’hommes armés près de la frontière et a abattu un appareil qui s’approchait de son espace aérien.

L’armée israélienne a déclaré avoir frappé une cellule du Hezbollah au Liban dans la matinée, alors qu’elle tentait de lancer un missile guidé antichar vers le territoire israélien, près de la communauté agricole de Shtula en Haute Galilée.

Dans un autre incident, les forces de Tsahal ont attaqué une position du Hezbollah « pour éliminer une menace », a déclaré l’armée, sans donner plus de détails.

Mardi après-midi, l’armée a intercepté une « cible aérienne suspecte » détectée à la frontière libanaise et l’a détruite avant qu’elle ne pénètre dans l’espace aérien israélien.

Par ailleurs, un poste de Tsahal près du village bédouin d’Aramsha, en Galilée occidentale, a essuyé des tirs, selon un communiqué de l’armée. Aucune victime n’a été signalée.

Ces incidents surviennent un jour après le lancement de dizaines de roquettes vers des villes israéliennes, dans le cadre d’une forte intensification des combats après des semaines de tirs transfrontaliers relativement limités.

Amos Hochstein, conseiller principal du président américain Joe Biden, était à Beyrouth mardi pour s’entretenir avec les dirigeants libanais afin d’éviter une escalade de la violence le long de la frontière avec Israël.

Hochstein devait rencontrer le Premier ministre intérimaire Najib Mikati, le président du Parlement et d’autres responsables.

Amos Hochstein, conseiller principal du président américain Joe Biden, s’adresse aux journalistes à l’aéroport international Rafik Hariri de Beyrouth après sa réunion avec des responsables libanais, à Beyrouth, le 31 août 2023. (Crédit : Bilal Hussein/AP)

Depuis le déclenchement de la guerre contre le Hamas, suite à son attaque choc du 7 octobre contre Israël, le Hezbollah, soutenu par l’Iran, a mené et supervisé des attaques quotidiennes contre la frontière nord d’Israël depuis le Liban, mais s’est abstenu de lancer une campagne à grande échelle contre le pays.

Israël s’est efforcé de maintenir un équilibre délicat, répondant avec une puissance de feu importante aux attaques et aux tentatives d’attaques, tout en essayant d’éviter les actions qui pourraient entraîner une escalade du conflit, car il cherche à maintenir son attention sur Gaza.

Lundi, des terroristes libanais ont bombardé des villes israéliennes avec des roquettes, multipliant les attaques à la frontière. L’armée a confirmé qu’en l’espace d’une heure, une trentaine de roquettes avaient été tirées depuis le Liban sur le nord d’Israël. Les troupes ont répondu par des tirs d’artillerie sur les sources des tirs, avant d’annoncer des frappes aériennes sur des sites appartenant au Hezbollah.

Des séquences vidéo montrent le système de défense aérienne du Dôme de Fer interceptant des roquettes au-dessus de la zone. Aucun blessé ou dommage n’a été signalé.

Les lancements ont déclenché des sirènes d’avertissement à Nahariya, Akko et dans plusieurs villes voisines de la Galilée occidentale et de la région de Krayot. Peu avant, des sirènes avaient retenti dans les villes de Malkia, Avivim et Dishon, en Haute Galilée.

Le Hamas a revendiqué une partie des tirs de roquettes, déclarant que sa branche libanaise avait lancé 16 projectiles sur Nahariya, Haïfa et les villes voisines.

Les projectiles non tirés par le Hamas – probablement lancés par le Hezbollah ou une autre faction palestinienne – ont déclenché des sirènes en Haute Galilée.

Quelques heures après les tirs de roquettes, Tsahal a déclaré que des avions de chasse avaient frappé des cibles du Hezbollah au Liban, notamment un site abritant des « actifs technologiques », un dépôt d’armes, des positions de lancement de roquettes et d’autres infrastructures.

À la lumière de ces attaques, la ville de Kiryat Shmona, dans le nord du pays, qui a été en grande partie évacuée, a exhorté lundi ses habitants restants à quitter les lieux, car elle continue d’être la cible de roquettes en provenance du Liban. La grande majorité des 20 000 habitants de la ville ont déjà quitté les lieux en raison des attaques du Hezbollah et d’autres groupes terroristes. Selon le site d’information Ynet, il resterait encore 3 000 personnes dans la ville.

Certains quartiers de la ville ont subi d’importants dégâts lors des attaques à la roquette de dimanche.

Pendant ce temps, Avigdor Liberman, chef du parti Yisrael Beytenu, a demandé lundi au gouvernement de se montrer plus ferme face aux attaques du Hezbollah dans le nord, affirmant que la politique actuelle de réponse contrôlée d’Israël était insuffisante.

« Nous devons changer de politique. Nous ne pouvons pas nous contenter de riposter », a déclaré Liberman au début de la réunion de sa faction à la Knesset, affirmant que la manière de raisonner du cabinet de guerre était dépassée.

Le chef du parti Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, tenant une réunion de faction, à la Knesset, le 16 octobre 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/FLASH90)

Dimanche, un civil israélien a été tué par un missile guidé antichar lancé depuis le Liban. Il s’agit du deuxième décès de civil du côté israélien de la frontière lors d’attaques menées par le Hezbollah et des tireurs palestiniens depuis le 7 octobre. Six soldats des Tsahal ont également été tués au cours de cette période.

Du côté libanais, au moins 81 personnes ont été tuées, selon un décompte de l’AFP. Ce bilan comprend au moins 60 terroristes du Hezbollah, huit terroristes palestiniens, plusieurs civils et un journaliste de l’agence Reuters.

Le chef d’état-major de Tsahal, le général Herzi Halevi, a déclaré dimanche que l’armée était « prête à tout moment à passer à l’offensive dans le nord », après que le ministre de la Défense Yoav Gallant a effectué une tournée dans le nord samedi et a mis en garde le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, contre toute « erreur ».

Dans son discours de vendredi, le chef du groupe terroriste a déclaré que le conflit limité entre le Hezbollah et Israël à la frontière depuis le 7 octobre n’était « pas terminé » et a averti Israël de « ne pas poursuivre l’opération » à Gaza. Mais il a également indiqué que la guerre dans la bande de Gaza ne le concernait pas entièrement, en déclarant : « L’attaque du 7 octobre était une opération 100 % palestinienne, planifiée et exécutée par des Palestiniens pour la cause palestinienne ; elle n’a aucun rapport avec les questions internationales ou régionales. »

Israël a également déployé des forces considérables dans le nord, ainsi que dans le sud, afin d’être prêt pour toute tentative du Hezbollah de reproduire les atrocités perpétrées par le Hamas dans les communautés du sud. Il a également ordonné l’évacuation des localités frontalières afin d’assurer la protection des habitants.

Emanuel Fabian, Carrie Keller-Lynn et l’AFP ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.