Rechercher

Tsahal largue des tracts sur le Golan syrien après une frappe nocturne à proximité

Dans ces tracts, l'armée avertit les troupes syriennes de cesser de coopérer avec le Hezbollah et nomme le commandant actif sur des sites militaires syriens ciblés

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Sur une photo non-datée; un hélicoptère israélien de type AS565 Panther vole au crépuscule. (Crédit : Armée israélienne)
Sur une photo non-datée; un hélicoptère israélien de type AS565 Panther vole au crépuscule. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne aurait largué mercredi des tracts menaçants dans le sud de la Syrie, avertissant les soldats syriens de cesser de coopérer avec le Hezbollah, quelques heures après avoir effectué des frappes de missiles sur un poste d’observation et un « bâtiment financier » près de la ville frontalière de Quneitra.

Les tracts, rédigés en arabe et adressés aux « soldats de l’armée [arabe] syrienne », ressemblent à d’autres tracts similaires largués en Syrie par le passé et comportent la silhouette d’un aigle, symbole de la 210e division « Bashan » de l’armée israélienne, chargée de défendre la frontière d’Israël avec la Syrie et le plateau du Golan. Tsahal a refusé de commenter.

Dans le tract, l’armée israélienne semblerait assumer la responsabilité des frappes nocturnes. L’armée ne reconnaît en général pas publiquement les frappes qu’elle a effectuées en Syrie ces dernières années, conformément à sa politique générale d’ambiguïté concernant ses efforts contre le Hezbollah dans le pays.

« Aux dirigeants et aux membres de l’armée syrienne, nous vous avons prévenus et continuons à vous prévenir, nous ne nous arrêterons pas tant que votre coopération avec le Hezbollah se poursuivra », peut-on lire dans le tract.

Le tract nomme aussi directement le responsable du Hezbollah qui, selon Tsahal, facilite la relation entre le groupe terroriste soutenu par l’Iran et l’armée syrienne, Jawad Hasham, fils de Hajj Hasham, qui dirige les efforts du Hezbollah le long de la frontière syrienne.

Le tract indique que les soldats syriens ont permis « à plusieurs reprises » à Hajj Jawad Hasham « de pénétrer dans les installations de l’armée syrienne, y compris… dans le bâtiment des finances et la base de Rwihinah », où les frappes de la nuit ont eu lieu.

« Ceux qui coopèrent avec le Hezbollah… sont des cibles », prévient le document.

Tsahal a, à plusieurs reprises, accusé l’armée du dictateur syrien Bachar el-Assad d’aider activement le Hezbollah et l’a mise en garde contre cette pratique, à la fois par le biais de tracts largués le long de la frontière et par des appels publics et explicites, désignant dans certains cas les responsables syriens et du Hezbollah impliqués, y compris des officiers de la 90e brigade et de la 1re division syriennes.

Au fil des ans, Israël a lancé des centaines de frappes contre des cibles liées à l’Iran en Syrie et contre des installations militaires syriennes lorsqu’elles étaient utilisées pour attaquer Israël ou ses forces.

Israël craint un renforcement de l’Iran à sa frontière nord et a frappé à plusieurs reprises des installations liées à l’Iran et des convois d’armes destinés au Hezbollah.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...