Tsahal publie des photos des sites du Hezbollah à l’aéroport de Beyrouth
Rechercher

Tsahal publie des photos des sites du Hezbollah à l’aéroport de Beyrouth

Le groupe terroriste chiite libanais, soutenu par l’Iran, y cache des usines de productions de missiles de précision, a révélé le Premier ministre israélien

Une image satellite diffusée par l'armée israélienne montrant trois sites près de l'aéroport international de Beyrouth qui, selon l'armée, sont utilisés par le Hezbollah pour convertir des missiles conventionnels en missiles à guidage de précision, le 27 septembre 2018. (Crédit : Armée israélienne)
Une image satellite diffusée par l'armée israélienne montrant trois sites près de l'aéroport international de Beyrouth qui, selon l'armée, sont utilisés par le Hezbollah pour convertir des missiles conventionnels en missiles à guidage de précision, le 27 septembre 2018. (Crédit : Armée israélienne)

Benjamin Netanyahu a accusé jeudi, depuis la tribune de l’Assemblée générale de l’ONU, l’Iran d’avoir demandé au mouvement terroriste chiite libanais du Hezbollah de s’équiper de missiles de précision dirigés contre Israël.

« Au Liban, l’Iran a ordonné au Hezbollah de construire des sites secrets pour transformer des projectiles inadaptés en missiles guidés, des missiles qui peuvent frapper en profondeur Israël avec une précision de 10 mètres », a-t-il affirmé.

Trois de ces sites ont été placés près de l’aéroport international de Beyrouth, a-t-il ajouté, reprochant au Hezbollah d’utiliser ainsi « délibérément les habitants innocents de la capitale comme boucliers humains ».

On ne pense pas que les usines, qui ont pour objectif de transformer des missiles réguliers en armes plus précises, soient déjà opérationnelles. Tsahal a déclaré qu’elles sont actuellement construites avec l’aide de l’Iran.

L’armée israélienne considère qu’il s’agit « d’un autre exemple de l’implantation iranienne dans la région et de l’influence négative de l’Iran ».

La cible visée par la frappe aérienne israélienne la semaine dernière, au cours de laquelle un avion de reconnaissance russe a été abattu après une erreur des défenses aériennes syriennes, abritait des machines utilisées dans la production de missiles de précision, qui étaient en route vers le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, selon des informations du Times of Israël.

Selon Netanyahu, ces missiles de précision sont capables de frapper à 10 mètres de leur cible désignée. On pense que le Hezbollah dispose d’un arsenal de 100 000 à 150 000 roquettes et missiles, même si on considère que la grande majorité de ces armes ne sont pas très précises.

L’armée israélienne considère qu’il s’agit « d’un autre exemple de l’implantation iranienne dans la région et de l’influence négative de l’Iran ».

Une image satellite diffusée par les forces de défense israéliennes montrant trois sites situés près de l’aéroport international de Beyrouth, selon lesquels l’armée aurait utilisé le Hezbollah pour convertir des missiles ordinaires en munitions à guidage de précision, le 27 septembre 2018. (Crédit : armée israélienne)

Selon l’armée israélienne, le Hezbollah a commencé à travailler l’année dernière sur ces installations pour missiles sol-sol.

L’un des sites est situé sous un terrain de football d’une équipe soutenue par le Hezbollah, un autre se trouve juste au nord de l’aéroport international Rafic Hariri, et le troisième se trouve en dessous du port de Beyrouth et à moins de 500 mètres du tarmac de l’aéroport.

Une image satellite diffusée par les forces de défense israéliennes montrant trois sites situés près de l’aéroport international de Beyrouth, selon lesquels l’armée aurait utilisé le Hezbollah pour convertir des missiles ordinaires en munitions à guidage de précision, le 27 septembre 2018. (Crédit : armée israélienne)

Ce ne sont pas les seules installations dont Tsahal pense qu’elles sont utilisées par le Hezbollah pour fabriquer et stocker des missiles de précision.

« Israël surveille ces sites avec de nombreuses capacités et outils, il dispose d’une connaissance détaillée sur ce projet de précision et s’y oppose avec une grande variété de réponses, de techniques et d’outils opérationnels », a déclaré l’armée.

Des informations selon lesquelles l’Iran construisait des usines souterraines de conversion de missiles au Liban sont apparues pour la première fois en mars 2017.

Depuis lors, des officiels ont déclaré, à de nombreuses reprises, qu’Israël ne tolérerait pas de telles installations.

En janvier, Netanyahu a déclaré que le Liban « devient une usine pour des missiles de précision qui menacent Israël. Ces missiles posent une grave menace à Israël, et nous ne pouvons pas accepter cette menace ».

« Israël surveille ces sites avec de nombreuses capacités et outils, il dispose d’une connaissance détaillée sur ce projet de précision et s’y oppose avec une grande variété de réponses, de techniques et d’outils opérationnels », a déclaré l’armée.

En mai, Netanyahu a déclaré qu’Israël « s’opposait au transfert d’armes mortelles de la Syrie vers le Liban ou à leur fabrication au Liban ».

Au cours des récentes années, Israël a reconnu avoir mené des centaines de frappes aériennes en Syrie qui visait à la fois à empêcher l’implantation d’une présence militaire iranienne permanente en Syrie et à bloquer le transfert de munitions avancées au Hezbollah au Liban.

L’Armée de l’Air israélienne (AAI) s’est largement abstenue de mener des raids à l’intérieur du Liban lui-même, même si elle a indiqué être prête à le faire.

Plus tôt cette année, Amikam Norkin, le chef de l’AAI, a montré à des généraux en visite une image d’un F-35 israélien furtif volant à proximité de l’aéroport de Beyrouth, dans ce qui a été perçu comme un message direct au Hezbollah.

Israël a mené une guerre punitive avec le Hezbollah en 2006. Jérusalem pense que le groupe s’est depuis réarmé avec des centaines de milliers de missiles qui peuvent tous menacer Israël.

Benjamin Netanyahu à l’Assemblée générale de l’ONU, le 27 septembre 2018 (Crédit : AFP/TIMOTHY A. CLARY)

Netanyahu accuse Téhéran d’abriter un « site de stockage atomique secret »

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a accusé jeudi l’Iran, cartes à l’appui depuis la tribune de l’ONU, d’abriter un « site de stockage atomique secret » à Téhéran.

« Ce que l’Iran cache, Israël le trouvera », a lancé le dirigeant israélien, brandissant des photos de l’extérieur du bâtiment, affirmant qu’elles montraient l’entrée de ce site, en pleine capitale iranienne.

Netanyahu a mis au défi le directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) d’envoyer des inspecteurs pour « inspecter immédiatement ce site avant que les Iraniens ne le vident ».

« Vous aviez promis que les inspections pourraient avoir lieu partout, à n’importe quel moment », a-t-il dit à l’intention du directeur, le Japonais Yukiya Amano. « Alors pourquoi pas une inspection à cet endroit, immédiatement? ».

Benjamin Netanyahu a assuré que les Iraniens avaient commencé à évacuer ce que contient le site, qui pourrait renfermer selon lui jusqu’à « 300 tonnes de matériaux liés au nucléaire ».

« Les responsables iraniens essaient désespérément de vider les lieux (…) Rien que le mois dernier, ils ont retiré 15 kilos de matières radioactives », a-t-il ajouté.

Il a affirmé que ce site secret prouvait une fois encore que l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien, qu’Européens, Russes et Chinois continuent à défendre malgré le retrait des Américains annoncé en mai par les Américains, reposait « sur un mensonge ».

Les dirigeants iraniens « n’ont pas abandonné leur objectif de développer des armes nucléaires » et ont l’intention de « réutiliser ce site dans quelques années », a-t-il affirmé avant d’ajouter : « Cela ne se produira pas ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...