Rechercher

Tsahal se tourne vers de nouveaux simulateurs de formation

Le système, qui doit être mis en œuvre dans toutes les bases d'entraînement de l'infanterie, permettra à l'armée de suivre de près les progrès

Un soldat s'entraîne à entrer dans une pièce dans un centre d'entraînement situé sur la base de la brigade Nahal, dans le sud d'Israël, le 15 décembre 2021. (Crédit : Emanuel Fabian/The Times of Israel)
Un soldat s'entraîne à entrer dans une pièce dans un centre d'entraînement situé sur la base de la brigade Nahal, dans le sud d'Israël, le 15 décembre 2021. (Crédit : Emanuel Fabian/The Times of Israel)

À l’aide d’un simulateur de pointe doté d’outils d’analyse de données sophistiqués et d’une salle remplie d’écrans et de projecteurs, l’armée israélienne se dirige vers ce qu’elle espère être, un moyen plus précis, de suivre les progrès de ses troupes terrestres au cours de leur formation de base.

Le simulateur, situé dans la base d’entraînement de la brigade Nahal de Tsahal, dans le désert du Neguev, est le premier d’une longue série, qui sera construite sur des bases dans tout le pays, a déclaré mercredi, un porte-parole de l’armée.

Toutes les unités d’infanterie de l’armée israélienne commenceront à utiliser ces simulateurs pendant la formation de base d’ici la fin de 2022, selon le porte-parole militaire. Bien que ces simulateurs ne remplacent pas l’entraînement réel, ils sont présentés comme un meilleur moyen, de suivre les soldats et de trouver des moyens de les améliorer.

L’installation comprend cinq stations que les soldats parcourent en rotation pendant la journée, ce qui leur permet de s’entraîner à de multiples compétences.

Des soldats s’entraînent dans un appartement fictif dans un centre d’entraînement situé dans la base d’entraînement de la brigade Nahal, dans le sud d’Israël, le 15 décembre 2021. (Crédit : Emanuel Fabian/The Times of Israel)

Un écran à 270 degrés permet à quatre soldats de s’entraîner à la coordination ; une rue simulée permet à une escouade d’affiner sa puissance de feu ; une réplique d’appartement permet de suivre méticuleusement les capacités d’intrusion d’une équipe ; un torse factice enregistre la force physique d’un soldat ; et un stand de tir individuel développe leur temps de réaction et leur capacité de concentration.

Les soldats, équipés de leur matériel tactique habituel, reçoivent des bracelets intelligents, qui suivent et enregistrent leurs données pendant qu’ils s’entraînent dans le simulateur.

« Par le passé, nous n’avions aucun moyen d’analyser correctement si les soldats s’introduisaient correctement dans une pièce. Il n’y avait tout simplement aucun moyen de le faire », a déclaré au Times of Israel le capitaine Uri Getter, commandant de compagnie du 932e bataillon d’infanterie.

« Maintenant, je peux voir exactement où un soldat ou l’escouade doit s’améliorer », a-t-il dit.

Le capitaine Uri Getter montre à un soldat ses performances sur un écran dans un centre d’entraînement situé sur la base de la brigade Nahal, dans le sud d’Israël, le 15 décembre 2021. (Crédit : Emanuel Fabian/The Times of Israel)

L’appartement, par exemple, se compose de cinq pièces, chacune équipée de projecteurs à ultra-courte portée pour afficher les ennemis, ainsi que de capteurs et de caméras qui enregistrent la façon dont les soldats opèrent. Les commandants peuvent ensuite rejouer l’entrée dans une pièce sous plusieurs angles pour analyser en détail leurs performances.

Les données relatives aux performances des soldats sont également disponibles pour leur propre examen, afin de les comparer à la moyenne de leur escouade ainsi qu’au reste du bataillon. Ils peuvent également consulter des graphiques montrant leur amélioration progressive au cours de la période de formation de huit mois.

Tout au long de leur période d’entraînement de base et avancé, les soldats passent quelques jours par semaine, dans le simulateur, pour améliorer leurs compétences de base, jusqu’à ce qu’ils atteignent les normes définies par l’armée.

L’installation a été développée par Bagira Systems, en collaboration avec la division des technologies terrestres de l’armée israélienne, sous la direction de la technologie et de la logistique militaires.

Un soldat s’entraîne à tirer avec un M72 LAW dans un centre d’entraînement situé sur la base de la brigade Nahal dans le sud d’Israël, le 15 décembre 2021. (Crédit : Emanuel Fabian/The Times of Israel)

Le capitaine Getter a déclaré qu’il pensait que ses soldats s’amélioraient beaucoup plus rapidement lorsqu’ils pouvaient voir leurs progrès et comprendre exactement ce qu’ils devaient travailler, et qu’ils réussissaient ensuite à mettre en œuvre ces compétences sur le terrain.

Le premier lieutenant Nir Levy, qui supervise le fonctionnement du simulateur, a déclaré que l’installation de formation, simulée par ordinateur, était plus sûre que les exercices traditionnels de tir réel.

« Sur le terrain, une escouade peut tirer 500 à 600 balles en une journée, mais ici c’est plutôt 2 000. Et le risque que quelque chose se produise est négligeable », a déclaré Levy.

Les fusils utilisent des chargeurs d’air comprimé au lieu de balles réelles, simulant ainsi la sensation de tirer avec un risque minimal.

La salle de contrôle d’une installation d’entraînement située sur la base de la brigade Nahal dans le sud d’Israël, le 15 décembre 2021. (Crédit : Emanuel Fabian/The Times of Israel)

Un nouvel équipement, en cours d’introduction dans l’installation, permettra d’enregistrer si les soldats se touchent accidentellement avec des tirs amis pendant les combats rapprochés, ce qui était auparavant presque impossible à détecter pendant les exercices à blanc, a déclaré Levy.

M. Levy a également noté les gains d’efficacité de l’entraînement simulé : les soldats peuvent s’entraîner à différents scénarios en une seule journée, sans perdre de temps à organiser de longs briefings sur la sécurité, des exercices à blanc, à installer des cibles et à les démonter, a-t-il expliqué.

Mais Getter a souligné qu’il n’y a pas de véritable substitut à l’entraînement réel sur le terrain.

« Il s’agit d’un complément, distinct de l’entraînement à la guerre urbaine, en plein air, et du champ de tir [réel] », a-t-il expliqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...