« Tuez les Juifs » peint sur une synagogue ukrainienne
Rechercher

« Tuez les Juifs » peint sur une synagogue ukrainienne

Dans un autre incident, une couronne de fleurs déposée par la ministre de la Justice Ayelet Shaked pour les victimes de l’Holocauste à Kiev a été brûlée

Une congregation réformée à Cherkasy, Ukraine (Autorisation : Rabbi Alexander Dukhovny)
Une congregation réformée à Cherkasy, Ukraine (Autorisation : Rabbi Alexander Dukhovny)

Des vandals ont gribouillé « Tuez les Juifs » sur une synagogue située au centre de la ville ukraïnienne de Cherkasy. Dans un incident séparé, des personnes non identifiées ont brûlé une couronne de fleurs qu’une ministre du cabinet israélien avait placée pour les victimes de l’Holocauste à Kiev.

L’incident concernant une synagogue a été découvert mercredi à Cherkays, a écrit Eruard Dolinsk, le directeur du Comité Juif Ukraïnien, sur Facebook.

En outre au message peint incitant à la violence contre les Juifs sur le mur externe, les délinquants ont écrit : « Les Juifs ont annexé l’Ukraïne ».

Les vandales ont employé le mot « jid » que beaucoup de Juifs ukraïniens considèrent comme offensant.

Dolinsky a décrit avec sarcasme l’inscription comme une « félicitation traditionnelle de Pourim ».

Сегодня в Черкассах появились традиционные поздравления с Пуримом.

Posted by Eduard Dolinsky on Wednesday, 23 March 2016

Mardi, Dolinsky a écrit que la couronne de fleurs placée plus tôt ce mois par la ministre de la Justice Ayelet Shaked au monument de l’Holocauste Babi Yar avait été brûlée quelques heures après qu’elle l’ait déposée. L’attaque constituait le septième cas de vandalisme contre le monument depuis 2015.

Lors de l’Holocauste, des nazis et des collaborateurs locaux ont tué 50 000 Juifs là-bas.

La Russie et l’Ukraïne ont échangé des accusations d’antisémitisme depuis que les relations entre les pays se sont détérioriées en 2014. Cette année là, les manifestants ont fait tomber le gouvernement de l’ancien président Viktor Yanukovych, dont des critiques le considéraient comme un faire-valoir corrompu du Kremlin.

La Russie a réagi en annexant la Crimée de l’Ukraïne, citant un besoin de protéger les minorités, y compris les Juifs, de l’Ukraïne post-révolutionnaire, dont la Russie a dit qu’elle était dirigée par des fascistes antisémites.

Rejetant et renvoyant les accusations, le nouveau gouvernement d’Ukraïne a accusé la Russie d’opprimer les minorités.
Dans les deux pays, le nombre d’incidents antisémites rapportés annuellement est inférieur à 50, un chiffre qui est 10 fois moins important que les données en France et en Grande-Bretagne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...