UE : les 27 adoptent une déclaration contre l’antisémitisme
Rechercher

UE : les 27 adoptent une déclaration contre l’antisémitisme

Les 27 ont exprimé leur "préoccupation" face à la montée de l'antisémitisme et appelé à prendre des mesures en particulier au niveau européen

Des manifestants avec une bannière qui dit "l'antisémitisme tue" à Halle, dans le centre de l'Allemagne, le 11 octobre 2019 (Crédit : Yaakov Schwartz/ Times of Israel)
Des manifestants avec une bannière qui dit "l'antisémitisme tue" à Halle, dans le centre de l'Allemagne, le 11 octobre 2019 (Crédit : Yaakov Schwartz/ Times of Israel)

Les Etats membres de l’UE ont adopté jeudi une déclaration exprimant leur « préoccupation » face à la montée de l’antisémitisme et appelant à prendre des mesures en particulier au niveau européen.

« L’augmentation des menaces pesant sur les personnes juives en Europe, notamment la résurgence des mythes conspirationnistes, les expressions publiques d’antisémitisme, en particulier dans le contexte de la pandémie Covid-19, ainsi que l’augmentation des incidents antisémites et des crimes de haine est très préoccupante », écrivent les 27 dans cette déclaration.

« La lutte contre l’antisémitisme est une question transversale qui implique différents niveaux de gouvernement et de politiques aux niveaux local, national et européen », soulignent-ils.

Par conséquent, « la lutte contre l’antisémitisme doit être prise en compte de manière cohérente dans les mesures et les décisions prises par les institutions de l’Union européenne et, en particulier, se refléter dans les mesures présentées par l’Union européenne », ajoutent-ils.

Ils rappellent que « toute forme d’antisémitisme, d’intolérance ou de haine raciste est incompatible avec les valeurs et les objectifs de l’Union européenne et de ses États membres ».

Parmi les mesures évoquées, il appellent à la suppression rapide des « discours de haine illégaux et les contenus terroristes en ligne », à « une réponse judiciaire forte et systématique aux actes antisémites » et à une « éducation sur l’Holocauste, l’antisémitisme et la vie juive ».

« Le partage des bonnes pratiques » entre Etats membres « est également essentiel », ajoutent-ils.

Felix Klein, premier émissaire spécial du gouvernement allemand auprès de la communauté juive. (Crédit : ministère de l’Intérieur allemand)

« L’antisémitisme est un phénomène qui touche l’ensemble de l’Union européenne. Pour le combattre efficacement, nous avons besoin d’un ensemble approprié d’instruments européens », a souligné dans le communiqué le commissaire du gouvernement allemand pour la lutte contre l’antisémitisme, Felix Klein, dont le pays occupe la présidence tournante de l’UE.

Le Congrès juif mondial a salué la déclaration européenne.

Ronald Lauder, président du Congrès juif mondial, lors d’une interview accordée à l’Associated Press à Berlin, le samedi 13 septembre 2014. (Crédit : AP/Markus Schreiber)

Le président du Congrès Juif Mondial, Ronald S. Lauder, s’est félicité de l’adoption de la déclaration : « L’Europe est confrontée à un problème d’antisémitisme grave et terrifiant et il est temps que l’Union européenne et ses états membres y consacrent des ressources significatives. L’adoption de cette déclaration par le Conseil de l’Europe démontre que l’Allemagne, au cours de sa présidence du Conseil et l’ensemble des dirigeants de l’EU reconnaissent le danger créé par l’antisémitisme et la haine ainsi que la menace pour la société et la sécurité s’ils ne sont pas traités. Cette déclaration est un pas en avant significatif pour de faire de l’Europe un endroit meilleur pour les Juifs. Il incombe désormais aux états membres d’œuvrer à la compréhension et à la concrétisation des mesures définies par l’Union Européenne dans chaque pays ».

Dans le cadre de sa mission primordiale de lutte contre l’antisémitisme, le Congrès juif mondial travaille depuis des années en étroite collaboration avec les autorités et les institutions gouvernementales européennes, ainsi qu’avec les communautés juives à travers le continent, afin de souligner l’importance du leadership de l’UE dans ce domaine, avec pour résultat l’adoption de cette déclaration.

La déclaration est établie sous la présidence allemande du Conseil et après une déclaration précédente au cours de la présidence autrichienne en 2018.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...