Un ancien garde-du-corps appelle Netanyahu à démissionner
Rechercher

Un ancien garde-du-corps appelle Netanyahu à démissionner

"J'étais prêt à perdre la vie pour vous... La population est divisée, vous êtes déconnecté", a écrit Nir Adan

Des manifestants israéliens brandissent des panneaux contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 23 juillet 2020 (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP)
Des manifestants israéliens brandissent des panneaux contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 23 juillet 2020 (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP)

Un ancien garde-du-corps du Premier ministre Benjamin Netanyahu a appelé son ancien employeur à démissionner dans une publication parue sur Facebook.

Nir Adan a écrit : « j’ai fait partie de ceux qui, dans le passé, étaient prêts à perdre la vie pour vous… prêt à vous défendre à l’aide de mon propre corps ». Aujourd’hui, a ajouté Adan, « il est temps que vous partiez ».

Adan a indiqué qu’il s’était rendu à un mouvement de protestation anti-Netanyahu aux abords de la résidence du Premier ministre située sur la rue Balfour, à Jérusalem, pour « y faire une visite », notant que le haut-responsable israélien ne se souvenait probablement pas de lui.

La période précise passée par Adan au service du Premier ministre reste indéterminée.

« Je me suis tenu d’innombrables heures à l’extérieur de votre maison, l’hiver, l’été, les samedis, pendant les vacances. Nous avons voyagé ensemble dans le monde, vous et moi… J’ai toujours pris place devant vous… » a-t-il écrit dans son post. « Je vous ouvrais la porte, tous les matins, en vous disant ‘Bonjour’. »

« Je connais l’habitation à Balfour mieux [que je ne connais] mon propre domicile, je me tenais toujours à proximité de votre épaule droite, mon oreille gauche en entendait toujours trop… Et j’étais si fier de vous protéger ».

« Vous ne vous souviendrez pas de moi. Je ne suis pas important pour vous. Vous seul êtes important à vos yeux », a-t-il poursuivi.

היי ביבי.האמת? מוזר לקרוא לך ביבי.מוזר כי כל השנים שהייתי הצל שלך אסור היה לי לפנות אליך בשמך הפרטי.זוכר אותי? ניר…

פורסם על ידי ‏‎Nir Adan‎‏ ב- יום שישי, 24 ביולי 2020

« Moi, hier, j’ai entendu les voix désespérées de notre peuple pendant la manifestation », a expliqué Adan dans son post. « Moi, hier, j’ai été frappé par la police, seulement parce que j’étais venu exercer mon droit démocratique fondamental ».

« Et vous, Bibi ? », a-t-il écrit. « Vous n’êtes même pas venu dire ‘Bonjour’, ou ‘Je suis désolé’, ou ‘Merci.’ Vous avez eu peur. Mais sachez-le, j’ai senti que vous étiez là, je savais que vous étiez assis dans ce fauteuil que vous appréciez tant, dans le patio de Balfour, et que vous écoutiez », a-t-il ajouté, interpellant Netanyahu par son surnom.

« La population est divisée, Bibi. Et vous êtes déconnecté, tout comme votre gouvernement affairiste », a poursuivi Adan. « Je pense que le moment est venu de rentrer chez vous, de nous laisser reconstruire notre pays brisé, d’abandonner votre poste [en le cédant] à de vrais dirigeants ».

Adan était membre des services de sécurité intérieurs du Shin Bet et il est le petit-fils de l’ancien général israélien Avraham Adan, qui figure sur la photo du « drapeau à encre » emblématique – le drapeau qu’Adan avait brandi après une victoire arrachée dans la région d’Eilat, au cours de la guerre d’Indépendance de 1948.

Statue du « drapeau à encre » érigée pendant la guerre de l’indépendance israélienne pour marquer la capture d’Eilat (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Un ancien membre de l’unité de Nir Adan a fustigé ce dernier pour son post, selon la Douzième chaîne, disant que les « critiques à l’encontre des politiciens sont absolument légitimes mais elles ne peuvent se propager à travers les services et les activités de l’unité comme ce serait le cas dans une plateforme de relations publiques ».

Les manifestants anti-Netanyahu organisent régulièrement des rassemblements, ces derniers jours, aux abords de la résidence officielle du Premier ministre, l’appelant à démissionner suite à sa mise en examen pour corruption. Des rassemblements contre les politiques économiques mises en oeuvre par Netanyahu pendant la pandémie du coronavirus ont également eu lieu, essentiellement à Tel Aviv.

Il y a eu des scènes occasionnelles de violences lors des mouvements de protestation, et les manifestants ont accusé la police d’usage excessif de la force pendant les rassemblements.

La police israélienne utilise un canon à eau pour disperser les manifestants lors d’une manifestation contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 23 juillet 2020. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Plusieurs centaines de personnes se sont réunies, vendredi, aux abords de la résidence du Premier ministre et jeudi, un mouvement de protestation anti-Netanyahu a dégénéré après des violences. La police, qui a utilisé des canons à eau pour disperser des manifestants, a arrêté 55 personnes.

Les 55 individus ont été remis en liberté vendredi, la majorité ayant écopé d’une interdiction de se rendre à de telles manifestations la semaine prochaine, voire pendant dix jours. Un homme a été assigné à domicile après avoir été accusé par les forces de l’ordre de s’en être pris violemment à des policiers.

Les agents ont aspergé les protestataires à l’aide de canons à eau pour tenter de disperser les personnes présentes, après minuit. Certains manifestants qui quittaient pacifiquement les lieux ont été pris pour cible par les jets d’eaux à haute-pression, les militants affirmant que la police leur avait ôté toute possibilité de s’enfuir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...