Un Arabe israélien, accusé d’espionnage pour l’Iran, assigné à résidence
Rechercher

Un Arabe israélien, accusé d’espionnage pour l’Iran, assigné à résidence

La décision intervient après des doutes sur la gravité des informations prétendument transmises par Yaqoub Abu al-Qiaan, ancien potentiel candidat à la Knesset détenu depuis juin

Yaqoub Abu Al-Qia'an, accusé de délits de sécurité nationale pour avoir transmis des informations à l'Iran, au tribunal de district de Beer Sheva, le 12 juillet 2021. (Crédit : Flash90)
Yaqoub Abu Al-Qia'an, accusé de délits de sécurité nationale pour avoir transmis des informations à l'Iran, au tribunal de district de Beer Sheva, le 12 juillet 2021. (Crédit : Flash90)

Un millionnaire arabe israélien qui avait brièvement envisagé de se présenter à la Knesset aux côtés de l’ancien ministre de la Défense Moshe Yaalon a été assigné à résidence mardi, dans l’attente de son procès pour espionnage pour le compte de l’Iran.

Yaqoub Abu al-Qiaan, ancien homme politique et magnat bédouin de la construction dans le nord du Néguev, est en prison depuis juin, date à laquelle il a été arrêté car soupçonné d’avoir transmis des documents à un homme libano-irakien qui servait d’intermédiaire aux services de renseignements iraniens, selon le service de sécurité du Shin Bet.

Abu al-Qiaan a été inculpé par le tribunal du district sud de Beer Sheva en juillet pour contact avec un agent étranger et transmission d’informations à un ennemi.

Mais des doutes ont été soulevés quant à la gravité de ses actes présumés, ses avocats faisant remarquer que les informations qu’il est accusé d’avoir transmises concernant les déplacements du ministre de la Défense Benny Gantz et l’activité économique avec le Golfe étaient déjà accessibles au public.

Fin août, la Cour suprême a ordonné au tribunal de district de Beer Sheva de reconsidérer la décision de la juge Dina Cohen, qui avait ordonné qu’Abu al-Qiaan soit maintenu derrière les barreaux pendant la durée de la procédure.

Lundi, le juge du tribunal de district de Beer Sheva, Nasser Abu Taha, a annulé la décision de Cohen et a accepté de libérer Abu al-Qiaan pour le renvoyer chez lui, dans la ville bédouine de Rahat, dans le sud du pays.

Abu al-Qiaan devra porter en permanence un bracelet électronique et il lui sera interdit d’utiliser des dispositifs technologiques pour communiquer avec l’extérieur, a décidé le juge.

Il ne sera pas libéré avant mercredi, afin de donner à l’État la possibilité de faire appel de la décision.

En 2019, Yaalon avait inscrit Abu al-Qiaan sur la liste de son parti Telem pour les élections de mars de cette année-là. Il n’a jamais été officiellement enregistré et n’est finalement pas entré dans la course à la Knesset après que Telem a fusionné avec deux autres partis pour former la coalition Kakhol lavan.

Il a été arrêté le 10 juin et maintenu en détention sans pouvoir contacter ses avocats pendant plusieurs semaines. Son dossier n’a été signalé qu’en juillet, après la levée d’un embargo.

Au cours de l’enquête, le Shin Bet a déterminé qu’Abou al-Qia’an avait été en contact prolongé avec le Libanais Haidar al-Mashhadani, proche des services de renseignement iraniens.

Yaqoub Abu Al-Qia’an, accusé de délits de sécurité nationale pour avoir transmis des informations à l’Iran, au tribunal de district de Beer Sheva, le 12 juillet 2021. (Capture d’écran Twitter)

« Dans le cadre de ces contacts, Abu al-Qiaan a fourni des mises à jour de ce qui se passait en Israël », a déclaré le service de sécurité. Il aurait également cherché à rencontrer d’autres Iraniens travaillant avec al-Mashhadani.

Selon le Shin Bet, outre les renseignements échangés entre les deux parties, les contacts ont également porté sur des opportunités commerciales potentielles dans divers pays arabes de la région.

Le service de sécurité a déclaré que cette affaire avait été révélée dans le cadre de ses activités de ces dernières années visant à contrecarrer les tentatives de l’Iran et de son mandataire, le groupe terroriste libanais du Hezbollah, d’obtenir l’aide d’Israéliens dans le pays et à l’étranger afin d’attaquer des personnalités israéliennes de haut rang dans le domaine de la défense et de recueillir des informations.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...