Israël en guerre - Jour 285

Rechercher

Un bastion terroriste neutralisé ; Tsahal se rapproche du QG du Hamas à l’hôpital Shifa

L'armée annonce la mort d'un soldat alors que le bilan de l'incursion terrestre s'élève à 34 ; les couloirs de sécurité pour les civils sont élargis

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats gardant l'entrée d'un tunnel du Hamas dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 9 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats gardant l'entrée d'un tunnel du Hamas dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 9 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a annoncé que leurs troupes ont capturé un bastion majeur du groupe terroriste palestinien du Hamas dans l’ouest de Jabaliya, juste au nord de la ville de Gaza, dans les premières heures de jeudi matin après 10 heures de combat, alors que l’armée a entre-temps poussé plus loin dans le cœur de la ville de Gaza où le groupe terroriste est censé avoir son quartier général souterrain.

Tsahal a déclaré que les troupes de la brigade d’infanterie Nahal ont combattu les terroristes du Hamas et du Jihad islamique palestinien dans le bastion de l’ouest de Jabaliya connu sous le nom d’avant-poste 17, qui étaient à la fois « en surface et dans un itinéraire souterrain dans la région », et que des dizaines de terroristes ont été tués au cours des combats.

À l’intérieur de l’avant-poste 17, Tsahal a découvert de « significatifs » plans de bataille du Hamas. Les troupes israélienne ont localisé de nombreuses armes et découvert des tunnels, dont un situé à côté d’un jardin d’enfants qui menait à un « vaste itinéraire souterrain ».

Jeudi matin, Tsahal a également annoncé avoir tué un haut commandant du Hamas responsable des opérations de missiles guidés antichars (ATGM) du groupe terroriste dans le centre de la bande de Gaza.

Dans un communiqué conjoint avec l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet jeudi, Tsahal a déclaré qu’Ibrahim Abu-Maghsib était le chef du réseau ATGM du Hamas dans la brigade dite « des camps centraux » et a partagé des séquences vidéo de la frappe.

« Dans le cadre de ses fonctions, il a dirigé et effectué de nombreux tirs de missiles antichars visant des civils israéliens et des soldats de Tsahal », ajoute le communiqué.

Dans le quartier Sheikh Radwan de la ville de Gaza, les soldats ont également localisé une usine de fabrication de drones et un dépôt d’armes du Hamas à l’intérieur d’un immeuble résidentiel situé à côté d’une école.

Des images partagées par Tsahal montrent que les troupes ont trouvé plusieurs drones du Hamas dans le bâtiment, ainsi que du matériel utilisé pour les fabriquer et des instructions pour fabriquer des engins explosifs.

Adjacent au site de fabrication et au dépôt d’armes se trouve une chambre d’enfant, a déclaré Tsahal, ajoutant que plusieurs bombes ont été récupérées sur le site.

Les mises à jour de jeudi matin de Tsahal n’ont pas encore fourni de nouvelles informations sur les pertes potentielles parmi les troupes au cours de la bataille. Dans la nuit de mercredi à jeudi, l’armée a annoncé le décès du sergent-chef (réserviste) Eliahou Benjamin Elmkayes, 29 ans, franco-israélien qui vivait à Jérusalem.

Le soldat israélien Eliahou Benjamin Elmakayes, tué en combattant le Hamas, à Gaza, le 8 novembre 2023. (Autorisation)

Soldat du 8219e bataillon du Corps du Génie Militaire, Elmkayes a été tué lors de combats dans le centre de la bande de Gaza mercredi, ce qui porte à 34 le nombre de soldats tués lors de l’incursion terrestre israélienne à Gaza, et à 352 le nombre de soldats tombés au combat depuis le 7 octobre.

En outre, un officier et un soldat du 202e bataillon de parachutistes, un officier réserviste du 697e bataillon de la 551e brigade et un soldat du 6551e bataillon de la 551e brigade ont été grièvement blessés lors d’affrontements distincts à Gaza mercredi, selon Tsahal.

Alors que les forces terrestres israéliennes continuent de se frayer un chemin à travers le nord de la bande de Gaza, où les combats font rage, Tsahal a de nouveau ouvert un corridor d’évacuation pour permettre aux civils de fuir vers le sud.

Le porte-parole arabophone de l’armée israélienne, le lieutenant-colonel Avichay Adraee, a écrit sur X, qu’Israël ouvrira la rue Salah-al-Din à la circulation vers le sud entre 10h et 16h.

Il a ajouté qu’environ 50 000 habitants de Gaza avaient profité de cet itinéraire sécurisé pour se rendre dans le sud de la bande de Gaza mercredi.

« N’écoutez pas ce que disent certains dirigeants du Hamas depuis leurs hôtels à l’étranger ou depuis les lieux souterrains qu’ils ont aménagés pour eux-mêmes et les membres de leur famille », a prévenu Adraee. « Pour votre sécurité, profitez de [l’ouverture de Salah a-Din] pour vous diriger vers le sud, au-delà de Wadi Gaza. »

Ces dernières semaines, des centaines de milliers de Palestiniens ont répondu aux appels d’Israël à fuir vers le sud pour se mettre à l’abri de l’incursion terrestre.

« Nous n’avions ni nourriture ni eau potable. Ils ont frappé les boulangeries. Il n’y a pas de vie à Gaza », a déclaré Abeer Akila, une femme qui a fui vers le sud avec sa famille.

Des Palestiniens fuyant vers le sud de la bande de Gaza dans la rue Salah al-Din à Bureij, dans la bande de Gaza, le 8 novembre 2023. (Crédit : Hatem Moussa/AP Photo)

Majed Haroun, un enseignant resté dans la ville de Gaza, a déclaré que les femmes et les enfants qui ont perdu leur famille font du porte-à-porte pour mendier de la nourriture.

« Aucun mot ne peut décrire ce que nous vivons », a-t-il déclaré.

L’armée israélienne avançant depuis le nord-ouest le long de la côte méditerranéenne a affronté des terroristes à l’intérieur de Shati, un quartier dense adjacent au centre-ville de Gaza City, ont déclaré deux résidents à l’Associated Press jeudi.

Les dernières nuits ont été marquées par des frappes intenses sur Shati.

Des palmiers brisés, des panneaux de signalisation déformés et des lampadaires tordus marquent les ruines de ce qui était autrefois la principale artère du nord de Gaza, a constaté un journaliste de l’AFP, qui était aux côtés de soldats israéliens.

Des drapeaux israéliens flottaient sur les bâtiments des stations balnéaires du nord de la bande de Gaza et il y avait peu de signes d’une quelconque présence humaine au milieu de la destruction.

Alors que Tsahal se rapproche des points chauds du Hamas dans le nord de la bande de Gaza, une rare livraison de fournitures médicales d’urgence est parvenue à l’hôpital al-Shifa, comme l’ont confirmé les Nations unies.

Ces dernières semaines, Israël a présenté des preuves que le principal centre de commandement du Hamas se trouvait sous l’hôpital al-Shifa et a accusé le groupe terroriste d’utiliser l’hôpital et ses occupants – qui comptent 1 500 lits et quelque 4 000 employés – comme boucliers humains.

Une vue aérienne de l’enceinte de l’hôpital al-Shifa, à Gaza City, le 7 novembre 2023. (Crédit : Bashar Taleb/AFP)

Des témoins oculaires à l’intérieur de la ville de Gaza racontent avoir vu et entendu les forces terrestres israéliennes qui continuent de se rapprocher de plusieurs directions. D’autres informations indiquent que les combats ont eu lieu à seulement un kilomètre du périmètre de l’hôpital.

« À l’aube, un obus est tombé tout près de l’hôpital, mais Dieu merci, seules quelques personnes ont été légèrement blessées », a déclaré Mohammed Abu Selmia, directeur-général de Shifa. « Les conditions ici sont désastreuses dans tous les sens du terme. »

« Nous manquons de médicaments et de matériel, et les médecins et les infirmières sont épuisés. Nous ne pouvons pas faire grand-chose pour les patients. »

Dans une déclaration commune, les Nations unies et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont confirmé que les fournitures avaient atteint le plus grand hôpital de Gaza, mais ont déclaré que « les quantités que nous avons livrées sont loin d’être suffisantes pour répondre aux immenses besoins de la bande de Gaza ».

Les organismes internationaux ont décrit les conditions de l’hôpital comme étant « désastreuses », avec « presque deux patients pour chaque lit » alors que « le nombre de blessés augmente d’heure en heure ».

Les médecins étaient contraints de traiter les blessés et les malades dans les couloirs, à même le sol et en plein air, « alors que les patients souffrent inutilement car les médicaments et les anesthésiques viennent à manquer », poursuivent-ils.

Dans le même temps, des dizaines de milliers de personnes déplacées ont trouvé refuge dans les parkings et les cours de l’hôpital depuis le 7 octobre.

Les responsables palestiniens et internationaux de l’aide humanitaire ont averti depuis le début de la guerre que la nourriture, les médicaments et le carburant étaient sur le point de manquer.

Des Palestiniens déplacés de la bande de Gaza campant dans l’enceinte de l’hôpital al-Nasser, à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 9 novembre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Un responsable militaire israélien a assuré jeudi « qu’il n’y a pas de crise humanitaire dans la bande de Gaza » tout en reconnaissant les « nombreuses difficultés » auxquelles font face les civils palestiniens.

« Nous savons que la situation civile dans la bande de Gaza n’est pas facile », a affirmé jeudi le colonel Moshe Tetro, chef de la coordination et de la liaison au COGAT, l’organe du ministère israélien de la Défense supervisant les activités civiles dans les Territoires palestiniens. « Mais je peux affirmer qu’il n’y a pas de crise humanitaire dans la bande de Gaza », a-t-il déclaré aux journalistes.

Le 7 octobre, le groupe terroriste palestinien du Hamas a envoyé plus de 3 000 terroristes qui ont fait irruption à la frontière depuis la bande de Gaza et se sont déchaînés avec une violence sadique dans le sud d’Israël. Des communautés entières ont été prises d’assaut ; plus de 1 400 personnes ont été tuées, des civils pour l’essentiel – certains brûlés, d’autres mutilés ou décapités, ou encore violées. Des dizaines de bébés ont été décapités et des familles entières ont été massacrées ou brûlées vives dans leurs maisons. Au moins 240 hommes, femmes et enfants ont été enlevés et emmenés comme otages à Gaza. L’attaque a eu lieu sous un déluge de milliers de roquettes tirées sur Israël. Depuis lors, le Hamas continue de bombarder le pays. Plus de 200 000 Israéliens ont été déplacés par les attaques.

Israël s’est engagé à éradiquer le Hamas et à le chasser du pouvoir dans la bande de Gaza, en lançant des frappes aériennes qui visent les infrastructures terroristes tout en s’efforçant de minimiser les pertes civiles.

Les autorités sanitaires de Gaza, contrôlées par le Hamas, affirment que les représailles israéliennes auraient fait plus de 10 000 morts.

Les chiffres publiés par le groupe terroriste ne peuvent pas être vérifiés de manière indépendante, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.