Un député arabe plaqué au sol par la police devant l’ambassade américaine
Rechercher

Un député arabe plaqué au sol par la police devant l’ambassade américaine

Des manifestants de gauche se sont battus avec des policiers à Jérusalem lors de la cérémonie d'inauguration de l'ambassade ; 14 personnes ont été arrêtées

Le député de la Liste arabe unie Jamal Zahalka est plaqué au sol par des policiers israéliens devant la nouvelle ambassade des États-Unis à Jérusalem alors que se déroule la cérémonie d'inauguration du bâtiment le 14 mai 2018. (Avec l'aimable autorisation de la Liste arabe unie)
Le député de la Liste arabe unie Jamal Zahalka est plaqué au sol par des policiers israéliens devant la nouvelle ambassade des États-Unis à Jérusalem alors que se déroule la cérémonie d'inauguration du bâtiment le 14 mai 2018. (Avec l'aimable autorisation de la Liste arabe unie)

La police a arrêté lundi 14 activistes de gauche qui protestaient contre le transfert de l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem près du nouveau bâtiment de la mission dans le quartier Arnona de la capitale.

Parmi les manifestants se trouvaient plusieurs membres arabes de la Knesset, dont certains se sont battus avec la police et l’un d’entre eux a été plaqué au sol par des agents.

Les personnes arrêtées « n’ont pas respecté les conditions convenues entre les manifestants et la police », a déclaré un porte-parole de la police.

La police a dit que certains ont crié « Allahu Akbar » pendant la manifestation.

La manifestation a eu lieu alors que des dizaines de milliers de Palestiniens ont participé à de violentes manifestations à la frontière de Gaza et que des centaines d’autres se sont heurtés aux soldats israéliens à la périphérie de Jérusalem et dans d’autres endroits de Cisjordanie, marquant le 70e anniversaire de ce qu’ils appellent la Nakba, ou « catastrophe », de la création d’Israël en 1948, ainsi que la protestation contre le transfert de l’ambassade.

Les images de la manifestation près de l’ambassade, qui se tenait alors que les dirigeants israéliens et les hauts responsables américains se réunissaient à l’intérieur pour la cérémonie d’inauguration, ont montré le député Jamal Zahalka du parti à majorité arabe de la Liste arabe unie, plaqué au sol par des policiers avec lesquels il se bagarrait.

Un autre membre de son parti, le député Masud Ganaim, a également été aperçu en colère face aux forces israéliennes.

Plus tôt au point de passage de Qalandiya, au nord de Jérusalem, des centaines de Palestiniens marchaient et lançaient des pierres sur les soldats israéliens, qui ont répondu avec des balles réelles, des gaz lacrymogènes et des pastilles d’acier recouvertes de caoutchouc. Un deuxième affrontement a été signalé entre Jérusalem et Bethléem, et il y a eu d’autres manifestations dans la ville de Hébron, en Cisjordanie. On ne signale aucun blessé pour l’instant.

Le député de Liste arabe unie Masud Ganaim face à la police israélienne devant la nouvelle ambassade des États-Unis à Jérusalem alors que se déroule la cérémonie d’inauguration du bâtiment le 14 mai 2018. (Avec l’aimable autorisation de la Liste arabe unie)

Plus tôt lundi, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, pour protester contre l’inauguration de l’ambassade des États-Unis.

La chaîne de télévision Hadashot a déclaré que l’Autorité palestinienne encourageait les manifestations, notamment en retransmettant en direct à la télévision les affrontements à la frontière de Gaza.

Les émeutes ont eu lieu alors que des dizaines de Palestiniens ont été tués par les forces de sécurité israéliennes lors de violentes manifestations à la frontière entre Israël et Gaza, dont plusieurs terroristes. Tsahal a également effectué plusieurs frappes aériennes dans la bande de Gaza.

Les militaires israéliens ont mentionné trois tentatives d’attaques par des hommes armés contre les forces israéliennes pendant les émeutes – deux équipes d’hommes armés qui ont ouvert le feu sur des soldats de Tsahal et un groupe qui a tenté de placer un engin explosif artisanal le long de la frontière.

Un serveur palestinien regarde un manifestant palestinien tenant son drapeau national dans la ville de Hébron, en Cisjordanie, lors d’affrontements entre manifestants et forces de sécurité israéliennes à la suite d’une manifestation contre le transfert de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem, le 14 mai 2018. (HAZEM BADER/AFP)

Des sources militaires ont déclaré que le groupe terroriste du Hamas était déterminé à déclencher un nouveau soulèvement majeur et à long terme contre Israël, qui s’étendrait jusqu’en Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...