Israël en guerre - Jour 259

Rechercher

Un ex-général affirme avoir eu un entretien avec Sara et non Benjamin Netanyahu

Au cours d'un procès en diffamation, Guy Tzur a témoigné que le Premier ministre ne lui a posé qu'une seule question en 2012 avant de passer la main à sa femme

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara devant leurs partisans lors de la soirée des élections législatives israéliennes au siège du parti du Likud, à Tel Aviv, le 3 mars 2020. (Crédit :  Olivier Fitoussi/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara devant leurs partisans lors de la soirée des élections législatives israéliennes au siège du parti du Likud, à Tel Aviv, le 3 mars 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Un haut gradé de l’armée israélienne, aujourd’hui à la retraite, a témoigné devant un tribunal dimanche sur le fait que l’entretien qu’il a eu en 2012 pour devenir secrétaire militaire de Tsahal – un poste qui assure la coordination entre l’armée et le Premier ministre – a été mené par Sara, l’épouse de Benjamin Netanyahu, et non par le Premier ministre lui-même.

Le général de division (réserviste) Guy Tzur a été appelé à témoigner devant le tribunal de première instance de Rishon Lezion dans le cadre d’un procès en diffamation intenté par David Shimron, un confident de Netanyahu, à l’encontre de David Artzi, ancien responsable de l’industrie de la défense et ancien président de l’Institut des exportations.

Artzi a précédemment affirmé que Shimron avait rédigé un « accord secret » de 15 pages entre Netanyahu et sa femme en 1999, lui accordant certains pouvoirs décisionnaires dans le domaine de la défense, ainsi qu’un droit de veto sur les nominations et le droit d’être inclus dans les délibérations sur la sécurité.

Racontant l’entretien de 2012, qui était censé être mené par le Premier ministre, Tzur a déclaré à la cour que « le Premier ministre est arrivé, s’est assis et m’a posé une question. [Puis Sara] s’est assise et a parlé avec moi pendant cinq minutes. Plus tard, le Premier ministre est revenu, s’est excusé et a dit que nous avions assez parlé, et il m’a renvoyé de la réunion ».

Il a ajouté qu’avant que le Premier ministre ne quitte la salle de réunion de sa résidence officielle de la rue Balfour à Jérusalem, Sara avait murmuré quelque chose à l’oreille de son mari, ce qui a incité Netanyahu à se lever immédiatement et à partir.

« Sara et moi avons parlé », a poursuivi Tzur. « Elle a commencé par me poser des questions personnelles : mes origines, mon âge, puis elle a poursuivi notre conversation qui comprenait de nombreuses questions sur le désengagement [de Gaza], si je pense qu’il aurait dû être refusé ou non, ou si je referais tout cela. »

Major général (res.) Guy Tzur. (Capture d’écran YouTube ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

En tant que chef d’état-major du Commandement sud de Tsahal, Tzur a participé à la planification et à la mise en œuvre du désengagement de Gaza en 2005, qui a consisté à déraciner les citoyens israéliens et les implantations de la bande de Gaza, au grand dam de nombreux Israéliens.

Dans la suite de son témoignage, Tzur a déclaré que le Premier ministre avait à peine pris part à la réunion du vendredi après-midi : « J’avais l’impression que c’était elle qui avait mené l’entretien et qu’à cause de cela, je n’aurais pas le poste ».

Deux jours plus tard, le dimanche matin, Tzur a été informé qu’il ne serait pas nommé secrétaire militaire. « J’ai exprimé mon dégoût pour le comportement du Premier ministre », a ajouté Tzur.

Ayelet Shaked, qui était auparavant chef de cabinet de Netanyahu et qui était ministre de l’Intérieur jusqu’à la semaine dernière, a également témoigné dans la salle d’audience de Rishon Lezion dimanche.

« Avant d’être nommée chef de cabinet de Netanyahu, j’ai eu une réunion avec lui », a-t-elle déclaré. « Après cela, j’ai eu une réunion avec lui et sa femme à leur domicile. Je suppose qu’il l’a consultée à ce sujet. »

Ayelet Shaked au procès intenté par l’avocat David Shimron contre l’avocat David Artzi, au tribunal de Rishon Lezion, le 1er janvier 2023. (Crédit : Flash90)

Un avocat de la défense a demandé à Shaked : « Y a-t-il des tensions entre vous et Sara Netanyahu ? », ce à quoi Shaked a répondu : « De mon point de vue, non. Peut-être pense-t-elle qu’il y en a… Je dis toujours que [Benjamin et Sara] sont partenaires dans tout. Elle est la personne sur laquelle il compte le plus. Il la consulte sur les questions politiques, je le sais. »

Depuis plus d’une décennie, des rumeurs circulent sur l’aversion intense de Sara Netanyahu pour Shaked. Cette dernière a occupé des postes ministériels importants sous Benjamin Netanyahu, ainsi que sous le gouvernement éphémère qui l’a évincé, mais elle n’a pas réussi à franchir le seuil électoral lors du scrutin de novembre. Shaked a cherché à rétablir sa loyauté politique envers Netanyahu, qui a repris le poste de Premier ministre la semaine dernière après l’avoir occupé de 1996 à 1999 et de 2009 à 2021.

Un autre témoin du procès civil, Moshe Yaalon – un autre ancien partenaire de Netanyahu devenu un rival acharné – a déclaré que Sara avait mis son mari sous « pression » pour montrer qu’il agissait selon sa volonté.

Lors d’un incident, Yaalon, alors ministre de la Défense, délibérait avec Netanyahu pour savoir qui remplacerait l’ancien directeur du Mossad, Tamir Pardo.

Je pensais qu’il était judicieux de nommer « Noun et non Yossi Cohen », a déclaré Yaalon, en utilisant l’initiale du prénom hébreu de l’autre candidat, « et Netanyahu a dit qu’il l’annoncerait lors d’une conférence de presse. À un moment donné, j’ai compris qu’il y avait un retard, puis on a publié que Yossi Cohen avait été nommé directeur du Mossad. J’ai fait le rapprochement et j’ai compris qu’il y avait probablement eu une ingérence. »

L’avocat David Shimron assiste à une audience sur un procès qu’il a intenté à l’avocat David Artzi, au tribunal de Rishon Lezion, le 1er janvier 2023. (Crédit : Flash90)

En discutant avec « Noun » après l’annonce, Yaalon a demandé au candidat recalé ce qui s’était passé, ce à quoi « Noun » a répondu qu’il avait reçu un appel téléphonique de Netanyahu, et que quelqu’un d’autre écoutait sur la même ligne téléphonique.

Yaalon a déjà exprimé des inquiétudes quant à l’implication de Sara Netanyahu dans les affaires de l’État, déclarant dans une interview de 2018 qu’elle avait un droit de veto sur le choix du secrétaire militaire du Premier ministre.

« Lorsque nous devions choisir un secrétaire militaire, nous avons envoyé [les candidats] à un entretien avec le Premier ministre », a déclaré Yaalon à l’époque. « Le chef d’état-major de l’époque, Gadi Eisenkot, est venu me voir, très inquiet. Il a dit : ‘Ce n’était pas un entretien avec le Premier ministre. C’était un entretien avec sa femme’. C’est l’une des choses qui m’a fait sursauter. »

Le bureau du Premier ministre a nié que Sara Netanyahu ait été impliquée dans un quelconque processus d’entretien.

Odelia Carmon arrive pour témoigner dans un procès intenté par l’avocat David Shimron contre l’avocat David Artzi, au tribunal de Rishon Lezion, le 1er janvier 2023. (Crédit : Flash90)

Odelia Carmon, qui a été conseillère en relations étrangères de Netanyahu en 2006, a déclaré au tribunal dimanche que Sara avait une implication « totale » dans le bureau du Premier ministre, en disant : « Tout devait être mis à jour [pour elle], détaillé et expliqué pourquoi ceci et pourquoi cela ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.