Un homme d’affaires argentin part en guerre contre la « mafia » de la casheroute
Rechercher

Un homme d’affaires argentin part en guerre contre la « mafia » de la casheroute

Le propriétaire juif d'une grande chaîne de supermarchés propose de la viande casher moins chère que ses concurrents, accusant les organismes de supervision d'escroquer les gens

Illustration : un steak végétal accompagné de frites servi au restaurant vegan "La Reverde" à Buenos Aires, le 30 juin 2019. (Crédit : AP Photo/Natacha Pisarenko)
Illustration : un steak végétal accompagné de frites servi au restaurant vegan "La Reverde" à Buenos Aires, le 30 juin 2019. (Crédit : AP Photo/Natacha Pisarenko)

BUENOS AIRES, Argentine – Le propriétaire juif d’une grande chaîne de magasins a commencé à vendre de la viande casher à un prix bien inférieur à celui de ses concurrents ce mois-ci, affirmant que les responsables de la certification casher du pays font artificiellement gonfler les prix pour les consommateurs.

Roberto Goldfarb, le fondateur et PDG de Diarco, avait annoncé son intention pour la première fois lors d’un appel en mai avec El Lazo, un centre de jeunesse juif associé au mouvement Habad Loubavitch. Lors de cet appel, il a qualifié de « mafia » l’industrie de la supervision casher, qui escroque les clients et leur fait payer plus que nécessaire en mentant sur le poids de la viande concernée.

« Je peux vendre un kilo d’asado [une viande traditionnelle argentine utilisée dans les barbecues] pour 290 pesos et puis quelqu’un vient me dire que le prix de l’asado casher doit être de 800 pesos … Je ne peux pas accepter cela », a-t-il dénoncé.

Au début de ce mois, les magasins Diarco ont commencé à vendre de la viande casher à plusieurs centaines de pesos de moins que les prix habituels pratiqués dans le pays. M. Goldfarb a indiqué que certains agriculteurs avaient cessé de travailler avec lui en raison de la baisse des prix.

Lundi, Clarin, le plus grand site d’information argentin, a fait état de la querelle et a cité à la fois le chef d’entreprise et les rabbins impliqués dans la supervision de la viande casher.

Roberto Goldfarb, directeur de Diarco. (Capture écran/YouTube)

Samuel Levin, un rabbin qui travaille avec l’organisme de surveillance Gorina, a déclaré : « Je travaille avec 30 personnes, 10 ‘shochatim’, qui sont des spécialistes. C’est pour cela que vous payez ».

Le séminaire rabbinique latino-américain basé à Buenos Aires a publié la semaine dernière un communiqué intitulé « Casher signifie approprié, pas cher ». Cette déclaration a également été signée par l’Assemblée rabbinique, l’association internationale des rabbins conservateurs.

« Au cours des dernières décennies, un commerce brutal et hors de prix a été généré en Argentine, en violation flagrante de la loi juive et des pratiques raisonnables, basé sur l’industrie de la supervision rabbinique de la nourriture. Les rabbins ont fait des gens les otages de leurs décisions ‘halachiques’ et, avec certains hommes d’affaires, ils ont créé une mafia dans l’approvisionnement et le prix des aliments casher », peut-on y lire.

Sans mentionner Diarco, le communiqué se termine en disant qu’au nom des deux institutions, « Nous soutenons et encourageons toute nouvelle initiative qui, dans le cadre de la loi juive, cherche à mettre fin aux abus et à aider les gens ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...