Rechercher

Un homme gravement blessé par sa cigarette électronique qui lui a explosé au visage

Ce résident de Dimona souffre de brûlures au premier degré au visage et à la poitrine ; il a été transporté à l’hôpital Soroka par les secouristes du MDA

Illustration : Un homme utilisant une cigarette électronique, à Mayfield Heights, dans l'Ohio, le 4 octobre 2019. (Crédit : AP Photo/Tony Dejak/Dossier)
Illustration : Un homme utilisant une cigarette électronique, à Mayfield Heights, dans l'Ohio, le 4 octobre 2019. (Crédit : AP Photo/Tony Dejak/Dossier)

Un résident de Dimona, âgé de 28 ans, a été hospitalisé dans un état grave mercredi après que la cigarette électronique qu’il était en train d’utiliser lui a explosé au visage.

L’homme travaillait apparemment sur un circuit automobile dans le sud du pays lorsque l’incident s’est produit.

Des passants sont venus en aide à l’homme blessé, appelant les secours sur les lieux. Les personnels des services du Magen David Adom (MDA) ont emmené l’homme, qui était dans un état grave, à l’hôpital Soroka de Beer Sheva pour y être soigné.

« Nous avons été appelés pour un homme allongé au bord de la route. Il était pleinement conscient et souffrait de brûlures à la poitrine et de saignements au visage. Les personnes présentes sur les lieux nous ont dit qu’il avait été blessé par une cigarette électronique qui a mal fonctionné et qui a explosé », ont déclaré les secouristes du MDA.

Les raisons de l’explosion de l’appareil sont encore indéterminées.

Le professeur Hagai Levine, un éminent responsable de la santé publique, a déclaré à la Douzième chaîne que ces dommages « s’ajoutent au reste des résultats dommageables pour la santé déjà prouvés des cigarettes électroniques ».

Une enseigne de cigarettes électroniques Juul suspendue dans la vitrine d’une supérette Bodega, à New York, le 25 juin 2022. (Crédit : AP Photo/Ted Shaffrey/Dossier)

« Les fabricants de cigarettes et d’e-cigarettes continuent de cibler les jeunes dans le but de les rendre dépendants tout en profitant de la faible réglementation », a-t-il déclaré.

En 2019, le ministère de la Santé a envisagé une interdiction totale des cigarettes électroniques – souvent appelées « vapes » – en raison de rapports concernant des décès liés aux cigarettes électroniques aux États-Unis dans un contexte de montée en flèche de l’utilisation de ces substituts, en particulier chez les jeunes.

En juin, la Food and Drug Administration (FDA) américaine a interdit la vente de produits de vapotage fabriqués par Juul, en raison des niveaux élevés de nicotine présents dans les huiles aromatisées produites par la société.

Israël avait déjà placé une interdiction d’importation des produits Juul contenant plus de 20 milligrammes de nicotine en 2018. L’utilisation de la cigarette électronique reste cependant légale.

« L’interdiction qui a été décidée aujourd’hui est un nouveau progrès dans l’engagement pris par la FDA de garantir que tous les produits de type e-cigarette et système d’administration de nicotine électronique actuellement commercialisés auprès des consommateurs répondent à nos normes de santé publique », avait alors déclaré Robert Califf, commissaire de la FDA.

Vingt-quatre pays ont totalement interdit le vapotage, dont l’Argentine, le Brésil, l’Inde et Hong Kong.

D’autres pays, comme les États-Unis et l’Australie, ont des lois strictes concernant l’utilisation et l’importation de cigarettes électroniques et de leurs produits associés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...