Un homme voulant « tuer » Netanyahu arrêté devant le domicile du Premier ministre
Rechercher

Un homme voulant « tuer » Netanyahu arrêté devant le domicile du Premier ministre

Des démineurs se sont rendus chez le Premier ministre à Césarée après que le suspect a déclaré qu'il transportait des explosifs ; Netanyahu et sa famille ne sont pas chez eux

Résidence privée du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Césarée. (Capture d'écran : Dixième chaîne)
Résidence privée du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Césarée. (Capture d'écran : Dixième chaîne)

Un homme a été arrêté devant la résidence privée du Premier ministre Benjamin Netanyahu vendredi après avoir dit qu’il voulait « tuer » le Premier ministre et qu’il avait des explosifs sur lui.

La police a dit avoir reçu des informations selon lesquelles un homme suspect se promenait à l’extérieur de la maison de Netanyahu à Césarée et demandait aux voisins quelle était son adresse. Il a été arrêté par un garde de sécurité à l’extérieur de la maison après avoir dit qu’il « ferait du mal » à Netanyahu et portait des « sacs piégés ».

« Je vais tuer Bibi », aurait-il crié en faisant référence à Netanyahu par son surnom, selon la chaîne d’information Hadashot TV.

Aucun membre de la famille Netanyahu n’était à la maison à ce moment-là, le Premier ministre, son épouse Sara et son fils aîné Yair se trouvant au Brésil pour l’investiture du président élu Jair Bolsonaro. Hadashot a indiqué que le fils cadet du Premier ministre, Avner, est lui aussi à l’étranger.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et son épouse Sara prennent part à une cérémonie de bienvenue à leur arrivée à Rio de Janeiro, Brésil, le 28 décembre 2018. Le troisième à gauche est le député brésilien Eduardo Bolsonaro, fils du président élu Jair Bolsonaro. (Avi Ohayon/GPO)

Le suspect a été amené au poste de police de Hadera pour y être interrogé et des démineurs ont été appelés pour inspecter ses effets personnels.

« La police a l’intention de le traduire bientôt en justice afin de prolonger sa détention provisoire et de demander un examen professionnel (psychiatrique) si nécessaire », a déclaré un porte-parole de la police dans un communiqué.

L’identité du suspect n’a pas été révélée pour l’instant.

L’incident survient quelques jours à peine après que le gouvernement a voté la dissolution du Parlement et déclenché des élections anticipées, donnant ainsi le coup d’envoi de ce qui devrait être une campagne électorale animée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...