Un important financier du Hezbollah plaide coupable aux Etats-Unis
Rechercher

Un important financier du Hezbollah plaide coupable aux Etats-Unis

Kassim Tajideen, désigné comme un "important contributeur financier" d'une organisation "terroriste", avait contourné des sanctions lui interdisant certaines transactions

Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah, prononce un discours diffusé sur écran géant lors d'un rassemblement marquant le 12e anniversaire de la guerre Israël-Hezbollah de 2006, le 14 août 2018, à Beyrouth, Liban. (AP Photo/Hussein Malla)
Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah, prononce un discours diffusé sur écran géant lors d'un rassemblement marquant le 12e anniversaire de la guerre Israël-Hezbollah de 2006, le 14 août 2018, à Beyrouth, Liban. (AP Photo/Hussein Malla)

Un important financier du Hezbollah, Kassim Tajideen, a plaidé coupable jeudi devant un tribunal de Washington de conspiration en vue de blanchir de l’argent, après avoir contourné des sanctions lui interdisant de faire affaire avec des entreprises américaines, a annoncé le ministère de la Justice des Etats-Unis.

M. Tajideenj, 63 ans, avait été désigné comme un « important contributeur financier » d’une organisation « terroriste » en mai 2009 en raison de son soutien au groupe terroriste chiite libanais, considéré par les Etats-Unis comme une organisation terroriste depuis 1997.

Cette désignation lui interdisait d’être impliqué dans des transactions avec des Américains, mais M. Tajideen était accusé d’avoir continué de faire affaire avec des entreprises américaines.

« Selon le rapport de faits signé par M. Tajideen conjointement à sa requête, après sa désignation, M. Tajideen a conspiré avec au moins cinq autres individus pour conduire plus de 50 millions de dollars de transactions avec des entreprises américaines violant ces interdictions », rapporte le ministère américain de la Justice.

Expulsé du Maroc vers les Etats-Unis en mars 2017, cet homme originaire de Beyrouth était depuis placé en détention.

Son jugement est prévu mi-janvier 2019, a précisé le ministère de la Justice.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...