Un Israélien meurt au volant de sa voiture à Ramat Gan après 2 tirs du Hamas
Rechercher

Un Israélien meurt au volant de sa voiture à Ramat Gan après 2 tirs du Hamas

Le tir des roquettes était une réponse à la mort de dix personnes à Gaza, dont 8 enfants suite à un raid mené contre des membres du groupe terroriste qui se mêlent aux civils

Des policiers et des sauveteurs sur les lieux d'une frappe de roquette à Ramat Gan le 15 mai 2021 (Crédit : Gili Yaari / Flash90)
Des policiers et des sauveteurs sur les lieux d'une frappe de roquette à Ramat Gan le 15 mai 2021 (Crédit : Gili Yaari / Flash90)

Un Israélien de 50 ans a été tué samedi midi à Ramat Gan, dans la banlieue de Tel-Aviv, après des tirs de roquette depuis la bande de Gaza, selon les services de secours israéliens et la police.

« Bilan après l’explosion d’une roquette à Ramat Gan: un mort », a indiqué sur Twitter Micky Rosenfeld, porte-parole de la police israélienne. Les services de secours israéliens ont précisé dans un communiqué que l’homme, retrouvé « grièvement blessé », n’avait pas pu être réanimé.

Il s’agit de la dixième victime en Israël.

Située à 70 km au nord de Gaza, la métropole de Tel-Aviv avait déjà été visée jeudi par des terroristes palestiniens tirant des roquettes depuis la bande de Gaza.

Le mouvement islamiste du Hamas a indiqué avoir tiré une salve de roquettes en représailles à une frappe israélienne « contre des femmes et des enfants » à Gaza. Peu de temps après, des sirènes d’alarme ont retenti dans les villes israéliennes du centre.

Dix membres d’une famille palestinienne parmi lesquels huit enfants et deux femmes ont été tués samedi matin dans cette frappe, selon les secours palestiniens.

S’exprimant devant l’hôpital Shifa de la ville de Gaza, Muhammad al-Hadidi, le père de quatre des enfants tués lors de la grève de nuit au camp de réfugiés de Shati à Gaza dit qu’il veut que le monde voie ces crimes injustes.

« Ils étaient en sécurité chez eux, ils ne portaient pas d’armes, ils ne tiraient pas de roquettes. Ils ont été tués en portant leurs vêtements pour l’Aïd al-Fitr », la fête marquant la fin du Ramadan.

Suite à cette information, le porte-parole du Premier ministre Benjamin Netanyahu en langue arabe a accusé le groupe terroriste palestinien du Hamas, selon la Douzième chaîne.

« Le Hamas est entièrement responsable de la mort de civils à Gaza », a-t-il souligné dans un communiqué.

« Il a cherché cette escalade et l’a initiée quand il a attaqué Jérusalem. Il a intentionnellement entreposé ses lance-roquettes, ses caches d’armes et ses postes au milieu de zones résidentielles et c’est un crime de guerre. Il attaque nos citoyens pour en tuer le plus grand nombre possible et ça c’est un autre crime de guerre. »

Des sources militaires israéliennes, citées par la Douzième chaîne, ont précisé que de « hauts responsables du Hamas » étaient réunis dans le bâtiment au moment de la frappe, et il n’est « pas clair » pour le moment combien d’entre eux figuraient parmi les morts.

Cette frappe à Ramat Gan a aussi fait évacuer l’ambassadrice autrichienne en Israël.

L’ambassadeur de Grande-Bretagne en Israël a de son côté présenté ses condoléances à la famille de l’homme tué à Ramat Gan, qui, selon lui, a frappé près de son domicile dans le centre de la ville d’Israël.

« Un homme de mon âge a été tué par un missile à quelques rues de chez moi cet après-midi. Mes plus sincères condoléances à sa famille en cette période terrible pour eux. Que sa mémoire soit une bénédiction », a écrit l’ambassadeur britannique Neil Wigan sur Twitter.

Un singe du safari de Ramat Gan a aussi été blessé par des éclats d’obus d’une roquette lorsqu’elle a explosé dans la ville du centre d’Israël.

Le dernier bilan des autorités palestiniennes fait état de 139 morts, parmi lesquels 39 mineurs et 1 000 blessés dans les bombardements israéliens sur des positions du Hamas dans la bande de Gaza depuis lundi.

En Israël, plus de 2 300 roquettes ont visé le territoire israélien depuis lundi, tuant 10 personnes, parmi lesquelles un enfant de 5 ans et un soldat, et faisant plus de 560 blessés, selon les secours.

Selon l’armée, le bouclier antimissile « Dôme de fer » a intercepté plus de la moitié de ces missiles.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...