Rechercher

Un Israélien, recherché par Interpol, arrêté en Afrique du Sud

Le suspect a été identifié par les médias comme étant Yaniv Ben Simon, le bras droit d'Yitzhak Abergil ; la police a saisi des armes, 40 000 dollars et trois motos volées

La police arrête un fugitif israélien recherché, qui serait lié au célèbre syndicat du crime d'Abergil, ainsi que sept autres personnes dans une maison à Bryanston, en Afrique du Sud, le 17 novembre 2022. (Crédit : Service de police sud-africain)
La police arrête un fugitif israélien recherché, qui serait lié au célèbre syndicat du crime d'Abergil, ainsi que sept autres personnes dans une maison à Bryanston, en Afrique du Sud, le 17 novembre 2022. (Crédit : Service de police sud-africain)

La police sud-africaine a annoncé l’arrestation jeudi d’un Israélien soupçonné d’appartenir à un gang mafieux et recherché pour tentative d’homicide.

Le suspect, un homme de 46 ans, n’a pas été initialement identifié par son nom, mais de nombreux médias l’ont ensuite identifié comme étant le fameux fugitif Yaniv Ben Simon.

Cet homme de 46 ans est associé à une organisation de grand banditisme baptisée Abergil, du nom des frères Méir et Yitzhak Abergil extradés il y a plus de dix ans vers les Etats-Unis, et faisait l’objet d’une notice rouge d’Interpol depuis 2015, précise le communiqué de la police.

« L’homme le plus recherché d’Israël », selon la police sud-africaine, a été arrêté au petit matin avec sept autres suspects dans une maison du quartier de Bryanston, une banlieue aisée du nord de Johannesburg.

Argent liquide et armes trouvés en possession d’un chef du crime israélien, identifié par les médias comme étant Yaniv Ben Simon, lors de son arrestation à Bryanston, en Afrique du Sud, le 17 novembre 2022. (Crédit : Police israélienne)

Des photos et vidéos de l’arrestation, partagées par la police, ont largement circulé sur les réseaux sociaux, montrant des hommes trapus en shorts ou pyjamas, assis par terre se cachant le visage ou allongés sur le ventre, les mains entravées par des menottes en plastique.

Selon les informations de leurs confrères israéliens, la police sud-africaine précise que le suspect principal appartient à « un gang notoire qui se livre au trafic de drogue, à l’extorsion et à d’autres activités criminelles ».

Sans identifier Ben Simon par son nom, la police israélienne a déclaré que le suspect était en fuite depuis 2015 en raison de son implication dans ce qu’on appelle l’affaire 512, une enquête approfondie menée par l’unité anti-fraude Lahav 433 de la police israélienne dans le cadre d’une répression continue du crime organisé en Israël.

En 2003 et 2004, il aurait été impliqué dans des attaques contre des rivaux du gang Abergil. Il « aurait placé une bombe sous la voiture d’un homme en Israël à deux reprises. À la suite de la première explosion, cinq personnes ont été grièvement blessées, mais toutes ont miraculeusement survécu », précise le communiqué. Lors du second incident, visant de nouveau la même personne, il avait placé cette fois une bombe sur le toit d’un véhicule, faisant trois blessés graves.

La police a également saisi jeudi douze armes à feu, dont cinq fusils d’assaut et sept pistolets, 40 000 dollars américains et trois motos volées, précise le communiqué.

L’arrestation a été menée par une équipe conjointe d’enquêteurs d’Interpol et de la police sud-africaine, aidée par des renseignements fournis par la police israélienne.

« Il figure sur la notice rouge d’Interpol depuis 2015 et est recherché en Israël pour conspiration en vue de commettre un meurtre et tentative de meurtre », a déclaré le porte-parole de la police sud-africaine, le colonel Athlenda Mathe.

Le gang d’Abergil a longtemps été considéré comme un acteur central du monde criminel israélien.

En juin, Abergil lui-même a été condamné à trois peines de prison à vie et à 30 ans supplémentaires derrière les barreaux par un tribunal israélien pour le meurtre de trois passants non impliqués lors d’une tentative d’attentat à la bombe en 2003, en raison de son rôle de chef d’un groupe de crime organisé qui a mené l’attentat.

Yitzhak Abergil au tribunal de Tel Aviv, le 5 février 2017. (Crédit: Flash90)

Bien qu’Abergil n’ait pas été accusé d’avoir perpétré l’attaque lui-même, les juges l’ont accusé d’avoir « initié et planifié l’acte qui porterait atteinte aux civils », et ont décrit l’attaque comme « un plan cruel, qui n’est pas différent d’une attaque terroriste. »

Le mois dernier, un citoyen israélien qui aurait des liens avec le crime organisé a été abattu au Cap. Les premières informations indiquent qu’il s’était rendu en Afrique du Sud pour tenter de prendre ses distances par rapport aux combats entre gangs en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...