Un journaliste licencié pour avoir déploré le manque de morts arabes israéliens
Rechercher

Un journaliste licencié pour avoir déploré le manque de morts arabes israéliens

Kobi Finkler impute à des jours de reportages sans sommeil son commentaire “malheureusement, ça n'a pas fait de morts” après des chutes de roquettes sur un terrain de football vide

Le correspondant de la Vingtième chaîne Kobi Finkler lors d'une émission le 19 mai 2021. (Capture d'écran / YouTube)
Le correspondant de la Vingtième chaîne Kobi Finkler lors d'une émission le 19 mai 2021. (Capture d'écran / YouTube)

La Vingtième chaîne, une chaîne de droite, a licencié un journaliste jeudi, quelques heures après qu’il a déploré à l’antenne le manque de victimes lors d’un tir de roquette depuis le Liban qui a frappé une ville arabe du nord d’Israël.

« Malheureusement, ça n’a pas fait beaucoup de morts », a déclaré Kobi Finkler à propos de l’attaque de mercredi qui a frappé un terrain de football vide à Shfaram.

Ses commentaires ont déclenché un tollé immédiat, plusieurs députés de gauche appelant au limogeage de Finkler.

Le correspondant militaire s’est par la suite excusé, déclarant qu’il s’agissait d’une « erreur » provoquée par le manque de sommeil après plusieurs jours consécutifs de reportage.

« Bien sûr, mon intention n’était pas de me réjouir [du manque de victimes] », a-t-il tweeté. « Il est regrettable que certains instrumentalisent mon erreur pour attaquer la chaîne. »

La Vingtième chaîne a publié une première condamnation de la remarque de Finkler mercredi soir, tout en soutenant le journaliste. Cependant, elle a rectifié le tir jeudi matin, affirmant avoir décidé de se séparer de son correspondant après avoir appris qu’il avait fait plus d’une fois des commentaires de ce type.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...