Un mémorial pour les enfants sauvés des nazis vandalisé à Prague
Rechercher

Un mémorial pour les enfants sauvés des nazis vandalisé à Prague

Le Farewell Memorial de la gare centrale de Prague a été retiré de son cadre et a été cassé, probablement à coups de marteau ; la police mène une enquête

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Le jeune Nicholas Winton pose avec une enfant sauvée. (Crédit : Menemsha Films)
Le jeune Nicholas Winton pose avec une enfant sauvée. (Crédit : Menemsha Films)

Un mémorial en verre rendant hommage à la fuite de centaines d’enfants principalement juifs des persécutions nazies a été vandalisé dans la gare centrale de Prague, où il était exposé.

Le Farewell Memorial rend hommage aux 669 enfants montés à bord de trains au départ de la gare, au printemps et à l’été 1939. Laissant leurs parents sur les quais, ils ont été emmenés en Grande-Bretagne avant que les nazis n’envahissent la Tchécoslovaquie. La plupart des parents ont été assassinés pendant la Shoah.

Un panneau de verre du mémorial a été retiré de son cadre et brisé en deux par un objet contondant.

La police a ouvert une enquête mais il n’y a pas eu d’arrestations.

Le monument représente une réplique d’une porte de train de 1939 avec les empreintes des mains d’enfants d’un coté de la fenêtre et celle des parents de l’autre, pour symboliser ceux qui se sont dit adieu (farewell, en anglais).

Jan Hunat, le graveur tchèque ayant conçu le verre pour le mémorial, a dit au journal The Guardian que les dégâts semblaient avoir été causés de façon délibérée. Il pense que des vandales ont retiré le verre de son cadre en bois avec un burin ou un tournevis et ensuite frappé le verre au marteau.

« C’était à 100% prémédité », a-t-il assuré. « La personne qui a fait cela a forcément dû préparer son coup. Le verre fait 18 millimètres d’épaisseur et n’aurait pas pu être cassé d’une autre manière. Sur l’une des mains, mêmes les bouts des doigts sont cassés. »

Zuzana Maresova, âgée de 87 ans, qui, avec ses deux sœurs aînées, était dans l’un des trains ayant quitté Prague en 1939, a déclaré qu’elle pensait qu’il s’agissait d’une attaque antisémite, mais qu’une telle motivation était difficile à prouver. Celle qui a contribué à la création du mémorial a indiqué qu’elle allait agir pour qu’il soit réparé, même s’il appartient aux Chemins de fer tchèques, qui se chargeront de la restauration.

פורסם על ידי ‏‎Valediction Memorial‎‏ ב- יום רביעי, 31 במאי 2017

Le mémorial est un hommage aux efforts déployés par Sir Nicholas Winton, un humanitaire britannique qui a affrété huit trains d’évacuation en 1939. Il a été dévoilé en 2017 par certains des enfants sauvés par ces convois.

Barbara, la fille de Winton, a écrit un tweet sur l’acte de vandalisme : « C’est tellement triste de voir cela ».

Le graveur a déclaré à The Guardian que pour une réparation complète, il faudrait graver une nouvelle fenêtre pour l’œuvre.

Selon la fédération des organisations juives tchèques, il n’y a pas de caméras de vidéo surveillance dans la zone, ce qui réduit les chances d’identifier le coupable.

Les actes de Winton, qui ont permis de sauver les enfants, sont devenus très célèbres après une émission télévisée de février 1988 sur la BBC, lors de laquelle il a retrouvé plus d’une vingtaine d’enfants qu’il avait sauvés. Winton, qui a reçu de nombreux prix et honneurs pour ses efforts, est décédé en 2015 à l’âge de 106 ans.

La plupart des enfants sauvés par Winton, qui sont arrivés en Grande-Bretagne sur le Kindertransport et ont été accueillis par des familles britanniques, n’ont jamais revu leurs parents.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...