Rechercher

Une biographie en français sur Moshe Dayan, « héros de guerre et politicien maudit »

Georges Ayache, avocat, ancien diplomate et universitaire a rédigé une biographie complète et inédite, la première en français, d'une figure incontournable de l'histoire d'Israël

Le ministre de la Défense de l'époque, Moshe Dayan, prononce un discours pendant la guerre du Kippour en 1973, sur une photo non datée. (Crédit : Unité du porte-parole de Tsahal/Archives du ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense de l'époque, Moshe Dayan, prononce un discours pendant la guerre du Kippour en 1973, sur une photo non datée. (Crédit : Unité du porte-parole de Tsahal/Archives du ministère de la Défense)

Moshe Dayan est LE symbole de la puissance militaire d’Israël. De lui, on ne sait pourtant que peu de choses.

Pilier de la Haganah pendant la guerre de 1948, vainqueur de la campagne de Suez (1956) et de la guerre des Six Jours (1967), ce général aux airs de pirate (il a perdu son œil gauche alors qu’il se battait aux côtés des forces alliées pendant la Seconde Guerre mondiale) est l’une des plus grandes figures israéliennes.

Georges Ayache, avocat, ancien diplomate et universitaire, lui a consacré une biographie majeure, publiée l’an dernier. Complète et inédite, il s’agit de la première en français.

Après sa grandeur militaire, l’auteur narre le déclin politique de Dayan, affecté par la guerre du Kippour (1973).

Figure du Parti travailliste, Dayan a été député, ministre de la Défense et ministre des Affaires étrangères.

De héros de guerre, l’homme est devenu un politicien maudit, cloué au pilori avec la même unanimité qui avait fait sa grandeur. Il est mort en 1981 à l’âge de 65 ans.

« Né en 1915, Moshe Dayan est un outsider et rien ne le prédestinait à ce destin hors normes », indique la quatrième de couverture du livre. « Enfant de la terre d’Israël, sa jeunesse est marquée par la maladie et une scolarité médiocre. Ce n’est que lorsqu’il intègre la Haganah en 1930 que sa vie change du tout au tout. Excellent soldat, il gravit les échelons facilement, grâce à son talent et à la protection de son mentor, Ben Gourion. Ainsi, lorsque l’État d’Israël est proclamé en 1948, Dayan incarne pour les Israéliens le héros absolu. Mais lorsque l’on s’approche trop du soleil, on se brûle les ailes… Dans les années 1960, au faîte de sa gloire, il se met à rêver d’une carrière politique qui pourrait être aussi brillante que son passé militaire est glorieux. Mais le Dayan politicien ne possède pas, et de loin, les qualités du Dayan guerrier. Comment cet homme est-il passé du rang d’icône à celui de pestiféré en un claquement de doigts ? En quoi la guerre du Kippour d’octobre 1973 a-t-elle sonné le glas de la carrière de Moshe Dayan ? »

Georges Ayache avait déjà consacré plusieurs ouvrages à la politique américaine, aux relations internationales et au conflit israélo-palestinien. Il a notamment publié Israël, la naissance de l’État des Juifs (2008), Joe Kennedy (2018), Les douze piliers d’Israël (2019) ou encore La Chute de Nixon (2020).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...